Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


*12 – 18 Mai


Matthieu 24 et 25


Sabbat Après-Midi


Lecture de la semaine: Matt. 24:1-25, Apo. 13:11-17, Matt. 7:24-27, Luc 21:20, 2 Rois 23:13, Matt. 25:1-30.


Texte à mémoriser: « En effet, de faux messies et de faux prophètes se lèveront et produiront des signes formidables et des prodiges, au point d’égarer, s’il était possible, même les élus. » (Matthieu 24:24, LSG).


Dans Matthieu 24 et 25, Jésus révèle des vérités importantes sur la fin des temps et sur la façon d’être prêt. En effet, ces chapitres étaient l’enseignement de Christ sur les évènements des derniers jours. Dans le même temps, en contemplant l’avenir immédiat, Il voit la destruction imminente de Jérusalem, une tragédie aux proportions catastrophiques pour Son peuple.


Mais dans les paroles de Christ à Ses disciples immédiats, Il parle aussi à Ses disciples dans les générations qui succèderont, y compris et surtout la dernière génération, celle qui sera vivante à Son retour. Jésus ne fait pas une description agréable. Les guerres et les bruits de guerre, la peste, les faux messies, la persécution, voilà le sort du monde et de Son église. Étonnamment, en regardant en arrière à travers le temps, nous pouvons voir combien de fois Ses prédictions étaient précises. Donc, nous pouvons Lui faire confiance pour les prédictions non encore accomplies au cours de notre vie.


Mais Jésus ne nous a pas simplement avertis de ce qui allait arriver. Dans Matthieu 25, Il donne des paraboles qui, si elles sont bien respectées, prépareront Son peuple pour le retour « du Fils de l’Homme ». Oui, des moments difficiles viendront, mais Il préparera un peuple qui sera prêt pour Sa rencontre quand Il reviendra.


* Étudiez cette leçon pour le sabbat 19 Mai.



Leçon


7


(page 56 du guide standard)


13 Mai


Une puissante confirmation de la prophétie


Dans les derniers jours avant la croix, les disciples parlèrent à Jésus sur le mont des Oliviers. Imaginez-vous entendre Jésus dire que le temple sera détruit. Nul ne sait exactement ce qui se passait dans leur esprit, mais les questions qu’ils ont posées par la suite indiquent qu’ils établissaient une relation entre la destruction du temple et « la fin du monde » (Matthieu 24:3).


Lisez Matthieu 24:1-25. Quel message Jésus a-t-Il donné à Ses disciples concernant les derniers jours?


Matthieu 24:1-25 montre clairement que, entre autres choses, Christ attache de l’importance aux séductions qui confondront Son peuple à travers les âges et à la fin des temps. Parmi ces séductions, il y a les faux Christs et les faux prophètes. Certains viendront prétendant représenter Christ (faux prophètes), et certains viendront prétendant être Christ. Et ce qui est assez terrible, bon nombre de gens les croiront aussi.


Nous avons vu une confirmation triste, mais puissante de la parole de Dieu. Tout au long de l’histoire et même de nos jours, des séducteurs sont en effet venus, disant: « Je suis le Christ. » Quelle prophétie remarquable! Vivant en ce siècle, nous pouvons parcourir les longs siècles de l’histoire et voir (d’une manière que ceux qui ont vécu au temps de Christ ne le pouvaient pas) combien la prédiction était précise. Nous ne devrions non plus être surpris si les séductions comme celles-ci augmentent alors que nous nous approchons de la crise finale.


En outre, dans le cadre de l’affirmation de la foi, voyez comment Jésus a dépeint l’état du monde. À divers moments dans l’histoire de la terre depuis Christ, les gens avaient placé leurs espoirs sur des choses qu’ils croyaient éliminer ou du moins réduire grandement les souffrances et le malheur de l’humanité. Qu’il s’agisse des mouvements politiques ou de la technologie ou de la science ou de la raison – à un moment ou un autre, les gens ont placé beaucoup d’espoir sur le fait que ces choses s’évanouiraient en une utopie ici sur terre. Comme le témoignage douloureux de l’histoire l’a montré encore et encore, ces espoirs se sont toujours révélés sans fondement. Le monde est aujourd’hui tout comme Jésus l’avait prédit. Les paroles de Christ qui datent de près de deux mille ans montrent à quel point ces espoirs étaient vraiment illusoires.


Lisez Matthieu 24:25. Que pouvons-nous tirer de ce texte, et qui puisse nous aider à affirmer notre foi?


Dimanche


(page 57 du guide standard)


14 Mai


Persévérer jusqu’à la fin


Lisez Matthieu 24:9 et Apocalypse 13:11-17. Quels parallèles y a-t-il entre ce que dit Jésus dans Matthieu et ce qu’Il a inspiré Jean à écrire dans l’Apocalypse?


La préoccupation de Christ pour Son peuple à la fin des temps inclut un mensonge mondial qui amène les nations à s’opposer à la vraie foi et à imposer une fausse adoration au monde. Ceux qui se tiennent fermes feront face à la haine, à la tribulation et même à la mort.


Lisez Matthieu 24:13. Quelle est la clé pour être sauvé, pour être fidèle, même au milieu de l’opposition dans le monde entier?


Au jour du grand conflit final, « seuls ceux qui ont posé le pied sur le Rocher de la vérité et dont le cœur est régénéré par l’Esprit de Dieu sont à l’abri de son [Satan] influence. » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 500. Cette déclaration signifie que tous ceux qui fortifient leurs esprits avec des vérités bibliques ne seront pas emportés dans des séductions de la fin des temps. Ils doivent se tenir fermes sur la vérité présente; sinon, les séductions les emporteront.


Lisez Matthieu 7:24-27. Quelle autre raison y a-t-il à rester fidèle à Dieu?


Aussi important qu’il soit d’être intellectuellement enraciné dans la parole de Dieu, selon Jésus, cela ne suffit pas pour pouvoir résister aux épreuves auxquelles nous devrons faire face. Nous devons appliquer ce que nous avons appris; autrement dit, nous devons obéir à la vérité telle qu’elle est en Jésus. Dans la parabole ci-dessus, les deux bâtisseurs ont entendu les paroles de Jésus. La différence entre eux, entre celui qui a construit sa maison sur le roc et celui qui en a bâtie sur le sable, c’était l’obéissance à ce que Jésus avait enseigné.


Pourquoi celui qui est obéissant reste-t-il ferme alors que celui qui n’obéit pas tombe? Quelle différence l’obéissance fait-elle dans la fermeté d’une personne?


Lundi


(page 58 du guide standard)


15 Mai


« L’abomination de la désolation »


Dans Son grand discours sur la fin des temps, Christ pointe vers « l’abomination de la désolation » (Matt. 24:15), une image du livre de Daniel (Dan. 9:27, 11:31, 12:11).


Dieu déclarait une chose comme étant une « abomination » quand c’était une grave violation de Sa loi, telle que l’idolâtrie (Deut. 27:15) ou des pratiques sexuelles immorales (Lev. 18:22). Par conséquent, cette « abomination de la désolation » impliquait une sorte d’apostasie religieuse.


Lisez Matthieu 24:15 et Luc 21:20. Comment ces textes nous aident-ils à mieux comprendre de quoi Jésus parlait en termes d’« abomination de la désolation »?


Il ressort clairement de ces deux textes que la prédiction de Jésus comprend, de manière la plus immédiate, la destruction terrible qui viendrait sur Jérusalem en l’an 70 de notre ère quand la Rome païenne détruirait non seulement la ville mais aussi le temple sacré.


Cependant, il y a un deuxième accomplissement de cette prophétie dans lequel les évènements les plus immédiats, tels que la destruction de Jérusalem, étaient utilisés comme un type d’évènements futurs, à la fin des temps. « En Jérusalem, Jésus voyait le symbole d’un monde endurci, incrédule, rebelle, se précipitant au-devant des jugements de Dieu. » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 18.


Dans Daniel 12:11 et Daniel 11:31, « l’abomination de la désolation » apparait dans le cadre de la dernière phase de Rome, la phase papale, dans laquelle un système alternatif de médiation et de salut a été mis en place, et ce système cherche à usurper ce que Christ a fait et fait actuellement pour nous dans le sanctuaire céleste.


Daniel 8, particulièrement les versets 9-12, contribue à mettre ces évènements dans leur contexte historique, avec un pouvoir romain en deux phases. La première phase, en rapide expansion horizontale de la petite corne (Daniel 8:9), montre le vaste empire de la Rome païenne. Dans la deuxième phase (Dan. 8:10-12) la petite corne pousse verticalement, en éliminant des étoiles (en persécutant le peuple de Dieu) et s’élève elle-même jusqu’au « chef des habitants du ciel » (Dan. 8:11, PDV), Jésus. Il s’agit de la phase papale, qui est née de l’effondrement de l’empire romain païen, mais reste encore Rome. (C’est pourquoi un seul symbole, la petite corne, représente les deux phases de la même puissance.) Le jugement dans Daniel 7:9, 10, la purification du sanctuaire dans Daniel 8:14 et les signes dans les cieux de Matthieu 24:29 annoncent tous l’intervention de Dieu en faveur de Son peuple dans les derniers jours.


Mardi


(page 59 du guide standard)


16 Mai


Les dix vierges


Après Son discours dans Matthieu 24, sur les signes de Sa venue, dans Matthieu 25, Jésus parle de comment s’y préparer.


Lisez Matthieu 25:1-13, la parabole des dix vierges. Que dit Jésus ici et qui devrait nous aider à comprendre comment nous pouvons être prêts pour Son retour?


Jésus commence cette phase de Son discours en parlant de dix vierges. Le fait de les appeler « vierges » suggère qu’ils représentent ceux qui professent être chrétiens. Ils n’étaient pas du côté de Satan dans le grand conflit. Ils sont assimilés au royaume des cieux (Matthieu 25:1). Mais à la fin des temps, ils se sont tous endormis (Matthieu 25:5). Christ avait déjà averti sur le fait de veiller (Matthieu 24:42), sans quoi nous ne serions pas prêts quand Il viendra.


Toutes les dix vierges avaient des lampes et toutes sortirent à la rencontre de l’époux, ce qui signifie qu’ils étaient tous impatients de Sa venue. Il y avait un retard et tous ces croyants s’endormirent. Soudain, au milieu de la nuit, ils furent tous réveillés: l’époux est arrivé (Matt. 25:1-6).


Les vierges folles étaient surprises, elles n’étaient pas prêtes. Pourquoi? Certaines versions disent « nos lampes sont éteintes » (Matt. 25:8). D’autres versions, fidèles au texte original grec, disent « nos lampes s’éteignent », ce qui suppose qu’il y avait encore une flamme vacillante. Elles avaient encore un peu d’huile, mais pas assez pour être prêtes à la rencontre de Christ.


Qu’est-ce alors le problème?


Ces vierges représentent des chrétiens qui attendent la venue de Christ, mais qui ont une expérience superficielle avec Lui. Ils ont quelques gouttes d’huile, quelques œuvres de l’Esprit dans leur vie, mais cela brille à peine; ils étaient satisfaits du peu quand ils avaient besoin de beaucoup.


« L’Esprit n’agit sur le cœur de l’homme, pour le faire naitre à une vie nouvelle, que dans la mesure où il le désire. Mais ceux que symbolisent les vierges folles se sont contentés d’une expérience superficielle, et n’ont pas connu Dieu véritablement. Ils ne se sont pas appliqués à sonder son caractère, ils n’ont pas entretenu de communion avec le Seigneur; voilà pourquoi ils ne savent comment faire pour croire et pour vivre leur foi. Leur culte n’est plus qu’un tissu de rites formalistes. » – Ellen G. White, Les paraboles de Jésus, p. 360.


Quels sont les moyens par lesquels nous pouvons nous sonder nous-mêmes et nous assurer que nous ne faisons pas les mêmes erreurs que ces gens? Si nous nous voyons dans leur situation, comment pouvons-nous changer?


Mercredi


(page 60 du guide standard)


17 Mai


Utilisez vos talent


Lisez Matthieu 25:13-30. Quel rôle le fait d’utiliser nos dons joue-t-il dans notre préparation pour le retour de Christ?


Bien que Jésus dise ici une parabole différente de celle qui précède, les deux parlent du fait d’être prêt pour le retour de Christ. Toutes deux traitent de ceux qui sont prêts et de ceux qui ne le sont pas. Et les deux montrent le sort de ceux qui, par leur propre négligence spirituelle, font face à une perte éternelle.


Tout comme l’huile représente l’Esprit Saint pour les dix vierges, alors « les talents » ou « pièces d’or » (Matt. 25:15, Colombe et PDV) représentent les talents, du grec talanta. « Les talents représentent des dons particuliers de l’Esprit, ainsi que toutes les richesses naturelles » – The SDA Bible Commentary, vol. 5, p. 510.


Tous les serviteurs dans la parabole avaient reçu des biens de leur maitre. Remarquez aussi que c’étaient des biens du maitre (Matt. 25:14), qui leur étaient confiés « chacun selon sa propre capacité » (Matt. 25:15, LSG). Les dons qui leur étaient confiés étaient des placements; dans un sens réel, ces fonctionnaires étaient des économes de ce qu’ils ne possèdent pas, mais dont ils étaient responsables. C’est pourquoi, quand le maitre revint, il « leur fit rendre compte » (Matthieu 25:19, LSG).


Les dons spirituels viennent de l’Esprit Saint (voir 1 Cor. 12:1-11, 28-31; Eph. 4:11). Il y a une bonne nouvelle pour ceux qui pensent qu’ils ont de moindres dons. Les dons ne sont jamais reçus sans leurs dispensateurs. Ainsi, ces personnes reçoivent leurs dons en recevant le plus grand don – l’Esprit-Saint.


Les dons sont déjà les nôtres en Christ, mais notre possession effective dépend de notre réception de l’Esprit Saint et de notre abandon total à Lui. C’est là où le serviteur infructueux à commis l’erreur. Il avait reçu un don mais n’en avait rien fait. Il a laissé son don non exploité. Il n’a pas fait un effort pour prendre ce qu’il avait reçu gracieusement et en faire quelque chose avec. Comme résultat, Jésus l’a appelé « serviteur mauvais et paresseux » (Matthieu 25:26, PDV) – quelle puissante condamnation!


Jésus a dit cette parabole dans le contexte des derniers jours et de Son retour. Qu’est-ce que cela nous enseigne alors sur comment l’utilisation de nos talents est cruciale à notre préparation aux derniers jours?


Jeudi


(page 61 du guide standard)


18 Mai


Réflexion avancée: « Celui qui n’avait reçu qu’un talent “alla faire un creux dans la terre, et cacha l’argent de son maitre” (Matthieu 25:18). Ainsi l’homme pourvu du don le plus modeste négligea de le mettre à profit. C’est là un avertissement pour tous ceux qui croient que l’insuffisance de leurs capacités les dispense de servir le Maitre.


S’ils pouvaient réaliser de grandes choses, avec quelle joie ils les entreprendraient! Mais parce qu’ils occupent une position effacée, ils se croient justifiés en ne faisant rien. C’est une erreur. Dans la répartition des dons, le Seigneur éprouve les caractères. Celui qui a négligé de faire fructifier son unique talent a démontré qu’il était un serviteur infidèle. S’il avait reçu cinq talents, il les aurait enterrés comme il l’a fait pour un.


Son mauvais emploi de l’unique talent donne la mesure de son mépris pour les faveurs du ciel.


“Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes” (Luc 16:10). On méconnait généralement l’importance des petites choses parce qu’elles sont modestes, mais elles contribuent beaucoup à la discipline de la vie. Elles revêtent la plus haute valeur; les sous-estimer dans la formation du caractère serait une attitude des plus dangereuses. » – Ellen G. White, Les paraboles de Jésus, p. 356.


Discussion:


Quelles sont quelques idéologies et idéaux que les gens ont cru qu’ils entraineraient un changement idéal sur la terre? Quelles sont ces idées et pourquoi, sans exception, ont-elles toutes échoué?


Qu’y a-t-il de l’obéissance à ce que Dieu nous dit de faire qui renforce notre foi? Autrement dit, pourquoi la foi sans les œuvres conséquentes est-elle « morte » (Jaques 2:26)? Compte tenu de la nature des épreuves qui attendent ceux qui « gardent les commandements de Dieu » (Apo. 14:12), pourquoi est-il si important pour nous de se préparer maintenant pour ce qui va arriver quand on s’y attend le moins?


Pensez encore aux dix vierges. Pourquoi leur histoire est-elle un avertissement pour nous, du fait qu’à la surface et de diverses manières, elles se ressemblaient toutes et agissaient pareillement? Comment pouvons-nous nous assurer que nous ne nous trompons pas aussi tout comme les folles?


x Que signifie le fait que, si cela était possible, même « les élus » seraient séduits? Que comprenons-nous par « élus »? (Voir Matthieu 24:31, Rom. 8:33, Col. 3:12.) Qu’est-ce que cela nous apprend sur combien les séductions seront grandes?


Vendredi


(page 62 du guide standard)


Histoire Missionnaire


Produit par le Comité de la Conférence Générale pour la Mission Adventiste. Site Web: www.AdventistMission.org


Moment du Saint-Esprit


par Christopher Holland


J’ai cessé d’aller à l’église catholique romaine quand j’avais 16 ans. La raison principale est que mes parents, qui enseignaient les principes d’un mariage heureux à l’église, étaient en train de divorcer. Le prêtre, qui avait diné chez nous à plusieurs reprises, ne nous visita jamais quand mes parents se séparèrent.


Je décidai alors que si c’était cela Dieu et Son église, alors ce n’est pas pour moi.


Quatre années s’écoulèrent. Je déménageai dans la région de Chicago, au nord de l’Indiana, où j’ai travaillé de passage dans une station-service. C’est là que j’ai rencontré ma future épouse, Debbie, qui travaillait au bord de la rue d’à côté dans une maison de soins infirmiers.


Debbie et moi parlions chaque fois qu’elle achetait du gaz. Elle comprit mon intérêt aux questions spirituelles. Mes questions éveillèrent son propre intérêt pour la spiritualité en tant qu’Adventiste du septième jour.


Une nuit, nous avons visité l’église Pioneer Memorial à l’Université Andrews. Nous avions entendu dire que quelque chose d’intéressant s’y passait, et nous sommes entrés pour suivre l’évangélisation par satellite dirigée par Mark Finley.


À la fin de la séance, j’ai commencé à étudier la Bible. J’avais presque rejoint une autre église protestante, mais Debbie m’a arrêté avec une étude biblique sur l’enlèvement secret.


Debbie m’a demandé si je croyais sincèrement que les chrétiens devraient être discrètement enlevés au ciel. Quand j’ai haussé les épaules, elle m’a donné une puissante étude biblique sur comment tous les yeux verront Jésus à Son second avènement. C’était un moment de l’Esprit Saint.


Je fus baptisé en septembre 1995, et Debbie était rebaptisée un mois plus tard. Nous étions mariés au printemps suivant.


Je commençai à sentir un réel fardeau de partager l’évangile. Mais comment?


La réponse est venue quand l’Université Andrews m’a embauché pour gérer un restaurant sur le campus. Un avantage de l’emploi était un cours gratuit tous les semestres. Je me fis enregistrer pour un cours de religion et je commençai à sentir que Dieu m’appelait pour être un ministre de l’évangile.


Ma première série d’évangélisation a eu lieu dans la région de Chicago où j’avais grandi. C’était comme si le Seigneur m’avais donné l’occasion de faire du bien. Plusieurs années plus tard, Mark Finley, l’évangéliste dont les réunions NET 95 m’avaient présenté le message adventiste, fit équipe avec moi pour diriger les réunions d’évangélisation sur 34 sites dans la région de Chicago. Plus de 500 personnes furent baptisées.


Aujourd’hui, je propage le message partout au Canada en tant que directeur et orateur du programme Il est écrit, Canada. Si quelqu’un m’avait dit mon avenir quand j’avais 17 ans, j’aurais tenu ma bière de côté pour bien rire. Dieu conduit les choses d’une manière étonnante.



Commentaires pour les moniteurs


La leçon en bref


Texte clé: Matthieu 25:13


Objectifs:


Savoir: Comprendre l’époque dans laquelle l’humanité vit actuellement et identifier les symptômes de la fin des temps à la lumière des avertissements de Jésus.


Ressentir: Sentir l’urgence du moment et accroitre notre espérance en la venue de Christ.


Agir: Se préparer à rencontrer notre Seigneur. Changer nos priorités. Ne pas croire aux faux messies.


Plan de l’étude:


  1. Savoir: Les symptômes de la fin

A Comment devons-nous nous informer afin de bien nous situer dans le calendrier prophétique?


B Quels sont les signes de la fin? Comment pouvons-nous discerner les fausses doctrines de la fin et les faux messies?


C Pourquoi n’est-il pas possible de connaitre l’heure exacte de la fin?


  1. Ressentir: L’urgence du moment

A Pourquoi les évènements de la fin sont-ils si effrayants? Comment devons-nous faire face à ces sentiments?


B Pourquoi ne devrions-nous pas avoir peur de ces évènements troublants?


C Pourquoi ces évènements inspirent-ils notre désir du royaume de Dieu?


III. Agir: Préparez le chemin du Seigneur


A Que devriez-vous faire dans votre vie personnelle pour préparer Sa venue?


B Que devriez-vous faire pour aider d’autres personnes à se préparer pour Sa venue?


C Que devrions-nous faire pour amener cette nouvelle de Sa venue au monde?


Résumé: Les dernières paroles de Jésus avant Sa crucifixion sont des avertissements du jugement de la fin des temps et du destin du monde entier.


Cycle d’apprentissage


ÉTAPE 1—Motiver


Pleins feux sur l’Écriture: Matthieu 24:42-44


Concept clé de croissance spirituelle: La nouvelle de la venue du Fils de l’homme n’est pas seulement les évènements sensationnels qui précèdent Sa venue; l’évènement lui-même a un effet immédiat sur nos vies spirituelles. C’est maintenant que nous devons avoir une bonne relation avec le Seigneur. L’évènement de la venue imminente de Christ imprègne notre voyage spirituel et religieux actuel avec intention et sens. Plus nous venons à notre Seigneur dans nos prières et dans nos services d’adoration, plus nous désirerons Le voir en personne.


Coin du moniteur: Cette leçon se concentre sur les prophéties de Jésus et les enseignements de Son dernier discours sur le mont des Oliviers. Les avertissements de Jésus s’appliquent à Ses disciples de toutes les générations, mais surtout à Ses disciples des derniers jours. L’histoire de l’humanité prendra fin. Jésus nous avertit que cette heure de la fin sera troublante et secouera le monde, et Il nous exhorte à se préparer en conséquence. La leçon ne devrait pas effrayer les gens mais plutôt les stimuler à renforcer leur foi et leur espérance, et à revoir leurs priorités. Dans la mesure où nous avons réalisé que le temps de la fin est arrivée, la recommandation de Jésus, « cherchez premièrement le royaume de Dieu » (Matthieu 6:33, LSG), est plus pertinente que jamais.


Discussion d’ouverture: Pourquoi et comment pourrions-nous actualiser le sens de notre identité « adventiste » et précisément la mission qui concerne le temps de la fin et le proche retour de Christ? En considérant notre histoire, nous pouvons nous sentir frustrés et découragés et nous tourner alors vers d’autres points. Le mouvement adventiste du septième jour a connu des déceptions; et maintenant, après une longue période de proclamation du même message, nous sommes devenus une institution sophistiquée et bien organisée; et, parfois, il peut sembler comme si nous nous sommes bien établis pour de bon dans ce monde.


Discussion:


u Comment pouvons-nous combiner cette nécessité d’une action sage sur la terre avec la passion pour le royaume céleste?


2 Comment pouvons-nous combiner le besoin de se sentir à l’aise dans nos vies avec le sentiment d’urgence de se préparer pour Sa venue?


ÉTAPE 2—Explorer


Coin du moniteur: La manière dont Jésus s’engage dans la proclamation de la fin des temps et de Sa venue devrait nous inspirer. Jésus ne commence pas Son sermon avec une affirmation ou un message théologique ou une présentation PowerPoint d’un important point doctrinal. Il commence par une question directe sur la situation contemporaine: « Voyez-vous tout cela? » (Matthieu 24:2, LSG). Puis Il choque Ses disciples avec les nouvelles inquiétantes concernant leur réalité d’alors, le temple. Et c’est alors que les disciples posent cette question: « dites-nous, quand… et quel…? » (Matthieu 24:3). Alors, Jésus parla de leur situation d’où Il déduira Son message: « c’est pourquoi… » (Matthieu 24:15).


Notez que le premier argument de Jésus est pris dans les Écritures, une expression bien connue du livre de Daniel, « l’abomination de la désolation » (Matthieu 24:15, LSG), et ensuite, Il encourage Ses disciples à « lire … [et à] comprendre » (Matthieu 24:15). Son premier message est une prophétie au sujet de la « grande tribulation » (Matthieu 24:21). C’est sur la base de cette prophétie de la fin des temps qu’Il va continuer à leur enseigner sur « le royaume des cieux », par le biais des paraboles (Matthieu 24:22 – 25:30).


Commentaire biblique


  1. La grande tribulation (Examinez Mathieu 24:15-28 avec la classe.)

Depuis les temps les plus reculés, le sanctuaire, et plus tard, le temple, représentait le cosmos. Quand Moïse écrivait le livre de l’Exode, il a décrit le processus de la construction du sanctuaire (Exode 25-40) en parallèle à l’histoire de la création (Genèse 1:1-2:4). Les deux histoires se produisent en sept étapes et les deux se terminent par la même expression technique: « acheva l’œuvre/l’ouvrage » (Genèse 2:2, Exo. 40:33).


De même, la construction du temple de Salomon se développe en sept étapes et se termine par la phrase: « acheva l’ouvrage » (1 Rois 7:40, 51). Cette expression particulière n’apparait que dans ces trois passages. Le parallèle entre la construction du sanctuaire/temple et la création du monde indique clairement que, pour Moïse, il y a une relation entre le monde et le sanctuaire/temple (voir aussi Psaume 78:69; comparer avec 134:3; 150:1, 6). Donc, quand Jésus parlait de la fin du temple, les disciples ont compris immédiatement qu’Il faisait également allusion à la fin du monde.


L’expression « l’abomination de la désolation » est une expression très rare que Daniel utilise pour prédire la destruction de Jérusalem qui a eu lieu en l’an 70 de notre ère (Dan. 9: 27, Dan. 12:11). Et en effet, Jésus applique cette expression à cet évènement. Mais Jésus l’applique également à la destruction finale du monde dont le temple était considéré comme un élément important. Ainsi, Jésus parle à l’auditoire – Ses disciples qui seront témoins de la destruction de Jérusalem et à Ses disciples de la fin des temps qui seront témoins des évènements apocalyptiques – nous.


Tout comme les disciples de Jésus et les Juifs de l’époque, nous devons comprendre tout d’abord qu’il y aura une fin. Jésus déclare simplement le fait sans indiquer le moment où cela se produira. Ce message est donc pertinent d’une manière générale pour toutes les générations de chrétiens. Mais Jésus considère spécifiquement la génération de chrétiens qui vivra à travers ces évènements. Ces disciples sont les seuls qui seront en mesure de reconnaitre et de « voir » ces derniers évènements (Matthieu 24:15). Ils seront en mesure de « voir » et de reconnaitre Jésus comme leur Messie parce qu’Il les a avertis au préalable sur les faux messies (Matthieu 24:25).


Considérez ceci: Discutez de la méthode pédagogique de Jésus. Comment pourrions-nous appliquer Sa méthode à nos stratégies d’évangélisation? Sur quoi Jésus met-Il l’accent? Que pouvons-nous apprendre sur l’approche de Jésus des Écritures? Comment les Écritures se rapportent-elles à nos vies et à notre histoire? Comment pouvons-nous nous empêcher de tomber dans les pièges des faux messies et des fausses interprétations prophétiques?


  1. Le royaume des cieux (Examinez Matthieu 25:1-30 avec la classe.)

Bien que Jésus annonce qu’Il parle du « royaume des cieux » (Matthieu 25:1, 14), Il n’entend pas le décrire. Le royaume des cieux est suggéré à travers une comparaison; il est « semblable à ». Puis Jésus met l’accent sur la situation sur terre dans notre vie quotidienne. La première parabole, les « vierges », appartient au domaine personnel. La deuxième parabole, les « talents », appartient au domaine d’entreprise. Quand on compare les deux paraboles, nous pouvons trouver des leçons similaires, mais aussi d’autres, qui devraient nous aider dans notre préparation pour « le royaume des cieux. »


L’un des enseignements communs, l’huile, tout comme les talents, symbolise les dons de Dieu – l’Esprit Saint et les Écritures. L’idée est que nous ne pouvons pas produire de la lumière par nous-mêmes. Nous avons besoin de la lumière d’une source divine externe. Nous devrions apprendre à prendre au sérieux ces dons précieux. Nous devons prendre soin de conserver l’huile. Les vierges folles méprisaient leur ancienne huile, tout comme le mauvais serviteur méprisait son talent.


À la leçon qui demande instamment la fidélité et nous encourage à se soucier de notre héritage, la parabole des talents ajoute la leçon d’être créatif. Nous devons non seulement préserver ce que nous avons reçu, mais aussi trouver de nouvelles façons de multiplier nos dons. Cela vaut également pour la recherche des Écritures. Il ne suffit pas de répéter les mêmes vieilles vérités; nous devons étudier le texte biblique pour trouver de nouvelles gemmes. Cette leçon s’applique également à la vie de l’église. Il ne suffit pas de retenir nos membres. Nous devons les aider à se développer, et nous avons la responsabilité de convertir de nouveaux membres.


Dicussion: Pourquoi Jésus n’a-t-Il pas décrit le royaume des cieux? Comment les enseignements communs des deux paraboles s’appliquent-ils à notre préparation pour le royaume de Dieu? Pourquoi ce ne sont pas toutes les vierges et tous les serviteurs qui sont acceptés? Comment concilier l’idée biblique d’un Dieu aimant et bienveillant avec l’image d’un époux ou d’un maitre sévère?


ÉTAPE 3—Appliquer


Coin du moniteur: L’une des raisons pour lesquelles Jésus a enseigné en paraboles sur le royaume céleste est qu’Il ne voulait pas que Ses disciples comprennent et apprécient seulement les vérités profondes et riches; Il voulait également incorporer ces vérités à leur vie quotidienne.


Application:


Comment la parabole des vierges et la parabole des talents s’applique-t-elle à notre vie quotidienne? Trouvez des exemples dans votre travail ou dans votre vie personnelle qui illustrent les enseignements de ces deux paraboles?


Activité: Invitez votre classe à comparer les deux paraboles et à lister les leçons similaires ou différentes entre les deux. Comment les différentes leçons se complètent-elles?


ÉTAPE 4—Créer


Coin du moniteur: Tout comme Jésus a utilisé les paraboles pour enseigner certaines des vérités les plus difficiles, nous devrions être capables de faire la même chose. Notez que certaines des paraboles se retrouvaient dans le folklore culturel du peuple de cette époque. Que pouvons-nous apprendre de Jésus sur Sa familiarité avec la culture environnante et encore Sa capacité à faire sortir d’elle quelque chose de nouveau?


Activités:


1 Combien ces deux paraboles sont-elles vraies dans la vie ordinaire? Trouvez des cas concrets dans votre vie quotidienne qui illustrent les vérités de ces deux paraboles de Jésus.


2 Mettez au défi les membres de votre classe de trouver des histoires ou des paraboles dans leur culture qui illustrent les leçons spirituelles.


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


*19 – 25 Mai


Adorer le Créateur


Sabbat Après-Midi


Lecture de la semaine: Apocalypse 14:6, 7; Matthieu 24:14; Gal. 3:22; Luc 23:32-43; Gen. 22:12; Apocalypse 14:8-12.


Verset à mémoriser: « Je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel, ayant un Évangile éternel, pour l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple » (Apocalypse 14:6, LSG).


En tant que chrétiens adventistes du septième jour, nous croyons au concept biblique de la « vérité présente » (2 Pierre 1:12). C’est fondamentalement l’idée que Dieu dévoile la vérité à l’humanité à une époque où elle s’avère nécessaire, et ainsi, le Seigneur dispense de plus en plus de lumière au cours des siècles. La première promesse de l’évangile dans Genèse 3:15, a révélé au couple déchu que l’espoir viendrait de la semence de la femme. La promesse à Abraham selon laquelle il « deviendra certainement une nation grande et puissante, et en lui seront bénies toutes les nations de la terre » (Gen. 18:18, LSG), est une révélation plus complète de la promesse de l’évangile. La venue de Jésus, qui a proclamé que « le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner Sa vie comme la rançon de plusieurs » (Marc 10:45, LSG) est, bien sûr, une plus grande révélation de la vérité de l’évangile.


Aujourd’hui, nous pensons que les messages des trois anges d’Apocalypse 14:6-12 est la « vérité présente » pour ceux qui vivent dans les derniers jours avant le retour de Christ et l’accomplissement de tous nos espoirs en tant que chrétiens.


Cette semaine, nous nous concentrerons particulièrement sur le message du premier ange, car il contient des vérités essentielles pour ceux qui cherchent à rester fidèles au milieu des périls de la fin des temps.


* Étudiez cette leçon pour le sabbat 26 Mai.



Leçon


8


(page 64 du guide standard)


20 Mai


L’universalité de l’évangile


Lisez Apocalypse 14:6, Matthieu 24:14, 28:19. Quel thème similaire se répète dans ces textes? Comment ces textes mis ensemble aident-ils à comprendre combien l’évangélisation et le témoignage sont importants à notre but en tant qu’église?


Dans un sens, on peut dire que le message du premier ange est le grand mandat (Matthieu 28:19) qui doit être annoncé aujourd’hui dans le cadre des derniers jours. En effet, c’est « la vérité présente ».


Notez que les trois textes mettent l’accent sur l’évangélisation à tout le monde, « à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple. » En d’autres termes, ce message est universel dans sa portée. Tout le monde a besoin de l’entendre.


Lisez Galates 3:22. Que dit ce texte qui nous aide à comprendre pourquoi tout le monde a besoin d’entendre l’évangile?


L’universalité du péché explique l’universalité de notre mission et de notre appel. « Toute nation, toute tribu, toute langue, et tout peuple » a commis le mal, violé la loi de Dieu, et se trouve par conséquent dans les chaines du péché. La chute d’Adam en Éden a un impact sur tous les êtres humains; aucune nation, tribu ou personne n’a été épargnée. Nous sommes tous confrontés aux conséquences immédiates du péché, et à moins qu’un remède ne soit prévu, nous sommes tous confrontés à la conséquence ultime: la mort éternelle.


Ce remède, bien sûr, a été prévu: la vie, la mort, la résurrection et le ministère de Jésus dans le sanctuaire céleste, constituent la seule solution au problème du péché. Tout le monde a besoin de connaitre le grand espoir de ce que Dieu leur a offert en Jésus Christ. C’est pourquoi les Adventistes du septième jour sont allés partout dans le monde entier, pour apporter le message de Jésus à ceux qui ne l’ont pas encore entendu.


Pourquoi le fait de répandre le message de l’évangile aux autres est-il spirituellement bénéfique pour ceux qui le font? C’est-à-dire, pourquoi évangéliser les autres est-il l’une des meilleures façons de se préparer pour la venue de Jésus?


Dimanche


(page 65 du guide standard)


21 Mai


Le voleur sur la croix et « l’évangile éternel »


Dans l’Apocalypse 14:6, le message qui doit être proclamé au monde est « l’évangile éternel. » C’est un message d’espoir pour les habitants d’un monde qui, en lui-même, n’offre aucun espoir.


Lisez Luc 23:32-43. Comment cette histoire révèle-t-elle la grande espérance de « l’évangile éternel » pour tous les pécheurs?


En écrivant à propos du voleur, Ellen G. White dit que, bien qu’il ne soit pas un criminel endurci, il cherchait à « étouffer ses convictions » au sujet de Jésus, et « il s’est plongé de plus en plus profondément dans le péché, jusqu’à ce qu’il soit arrêté, jugé comme un criminel, et condamné à mourir sur la croix. » – Ellen G. White, Jésus-Christ, p. 752.


Pourtant, que lui est arrivé? Pendu à la croix, le voleur eut un aperçu de qui était Jésus, et alors, il s’écria: « Souviens-Toi de moi, quand Tu viendras dans Ton règne. » (Luc 23:42, LSG).


Et comment Jésus a-t-Il réagi? A-t-Il dit: Eh bien, mon ami, j’aimerais vous aider, mais vous n’auriez pas du étouffer vos convictions en plongeant plus profondément dans le péché? Jésus a-t-Il cité l’un de Ses sermons tel que: « Je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux » (Matthieu 5:20, LSG)? Jésus a-t-Il d’une manière ou d’une autre, fait apparaitre les erreurs passées du voleur?


Non. Au contraire, Jésus se tourna vers ce criminel, ce voleur avec un caractère défectueux qui n’avait rien à offrir en termes de justice et qui plus tôt L’avait maudit (Matthieu 27:44). En le voyant comme un nouvel homme, Jésus dit (essentiellement): Je te le dis maintenant, Je te donne l’assurance maintenant, que ton péché, tes crimes, tes défauts, sont pardonnées, et donc « tu seras avec Moi dans le paradis » (Luc 23:43, LSG).


Voilà en quoi consiste « l’évangile éternel », le fondement du message du premier ange. Sans cette vérité, rien de tout ce que nous enseignons sur la loi, le sabbat ou l’état des morts ne compte. À quoi servent ces enseignements sans « l’évangile éternel »?


Quel espoir pouvez-vous tirer pour vous-même de cette histoire?






Lundi


(page 66 du guide standard)


22 Mai


Craignez Dieu et donnez-Lui gloire


Après avoir parlé de la proclamation de « l’évangile éternel » à tout le monde, le premier ange explique le message. En proclamant « l’évangile éternel », nous devons inclure les vérités qui font partie de ce message de l’évangile du temps présent. En d’autres termes, « la vérité présente » pour les derniers jours comprend aussi Apocalypse 14:7.


Lisez Apocalypse 14:7. Qu’est-ce que cela signifie de craindre Dieu et de Lui donner gloire? Comment craignons-nous et donnons-nous gloire à Dieu? Comment ces concepts trouvent-ils leur place dans l’évangile?


Craindre Dieu et Lui donner gloire ne sont pas des concepts éloignés l’un de l’autre. Si nous craignons véritablement Dieu au sens biblique, nous Lui donnerons automatiquement gloire. L’un conduit directement à l’autre.


Lisez les textes suivants. Comment est-ce qu’ils nous aident à comprendre ce que veut dire « craindre Dieu » et comment cela se rapporte au fait de Lui donner gloire? Gen. 22:12, Exode 20:20, Job 1: 9, Eccles. 12:13, Matthieu 5:16.


Dans les versets ci-dessus, l’idée de craindre Dieu est liée au fait de Lui obéir, et quand nous obéissons à Dieu, quand nous faisons ce qui est juste, nous Lui apportons gloire. Bien qu’on dise souvent que la crainte de Dieu consiste à être dans une attitude de crainte et de révérence, nous devons aller plus loin que cela. La Bible dit de craindre Dieu. Or nous sommes des êtres déchus. Nous sommes des pécheurs. Nous sommes des êtres humains qui ne méritent que la mort. Qui ne s’est pas rendu compte à certains moments de la méchanceté de ses actions et de ce qu’il mériterait aux mains d’un Dieu juste? C’est la crainte de Dieu. Et c’est cette crainte qui nous conduit, d’abord à la croix pour le pardon, et ensuite, à demander la puissance de Dieu pour nous purifier de la méchanceté qui, n’eût été la croix, nous aurait amené à perdre notre âme (voir Matthieu 10:28).


Quelle a été votre expérience avec la crainte de Dieu? Comment une bonne dose de cette crainte est-elle bonne pour nous spirituellement, et nous aide à prendre plus au sérieux notre foi et ce que Dieu demande de nous?


Mardi


(page 67 du guide standard)


23 Mai


L’heure de Son jugement est venue


Dans le message du premier ange, l’idée de craindre Dieu et de Lui donner gloire est liée au jugement (Apocalypse 14:7). L’un des enseignements les plus clairs de la Bible est que Dieu est un Dieu de justice et de jugement. Un jour, le jugement et la justice tant attendus dans ce monde viendront.


Pas étonnant que tous doivent craindre Dieu.


Et c’est pourquoi « l’évangile éternel » comprend aussi la réalité du jugement. Quelle est la relation entre ces deux éléments? Si l’évangile signifie « bonne nouvelle », cela signifie que, bien que nous soyons tous des pécheurs ayant violé la loi de Dieu, au jour du jugement, tout comme le voleur sur la croix, nous ne ferons pas face à la pénalité que nous méritons pour notre péché et notre violation de la loi.


Lisez les textes suivants et demandez-vous: quel serait mon sort si je me présentais avec mes propres mérites au jour du jugement? Matthieu 12:36, Eccles. 12:14, Romains 6:2, 1 Cor. 4:5.


Le Dieu qui connait le nombre de cheveux sur la tête jugera ce monde. Toutefois, c’est précisément la raison pour laquelle « l’évangile éternel » est une bonne nouvelle. Le jugement vient, mais il n’y a « aucune condamnation » pour les fidèles disciples de Jésus, ceux qui sont lavés, sanctifiés et justifiés au nom du Seigneur Jésus (voir 1 Corinthiens 6:11), parce que Jésus Christ est leur justice, et Sa justice est ce qui les rend innocents dans ce jugement.


« L’homme ne peut satisfaire ces conditions par lui-même. Dans ses vêtements couverts de péché, avouant sa culpabilité, il se tient devant Dieu. Mais Jésus notre avocat présente un plaidoyer efficace en faveur de tous ceux qui, par la repentance et la foi, Lui ont confié leurs âmes. Il plaide leur cause et vainc leur accusateur par les puissants arguments du calvaire. Sa parfaite obéissance à la loi de Dieu, même jusqu’à la mort de la croix, Lui a garanti tout pouvoir dans les cieux et sur la terre, et Il prononce la miséricorde de Son Père et la réconciliation pour l’homme coupable. » – Ellen G. White, Testimonies for the Church, vol. 5, p. 471.


Qu’est-ce que la réalité du jugement nous apprend sur notre besoin intime du pardon? Comment pouvez-vous apprendre à donner aux autres qui vous ont offensé, le genre de grâce et de pardon que Dieu nous offre par l’intermédiaire de Jésus?





Mercredi


(page 68 du guide standard)


24 Mai


Adorez celui qui a fait les cieux et la terre


Relisez Apocalypse 14:6, 7. Quels sont les éléments spécifiques qu’on trouve dans l’ensemble du message du premier ange, et comment ils se rapportent l’un à l’autre?


Avec l’évangile, l’appel à propager la parole dans le monde et l’appel à craindre Dieu et à Lui donner gloire vont de pair avec l’appel à adorer Dieu comme Créateur. Et cela n’est pas étonnant. Tous ces autres aspects de la « vérité présente » – à savoir: l’évangile éternel, l’appel à témoigner, le jugement – que signifient-ils en dehors de Dieu notre Créateur? Ces vérités et toutes les autres vérités découlent de la vérité fondamentale du Seigneur comme celui qui a fait toutes choses. En adorant le Seigneur comme Créateur, nous arrivons à l’essentiel. Nous revenons à la base de ce que cela signifie d’être un humain, d’être vivant et d’être différent des autres créatures terrestres, en étant créé à l’image de Dieu. En adorant le Seigneur comme Créateur, nous reconnaissons notre dépendance à Lui pour notre existence et notre espérance future. C’est pourquoi l’observation du sabbat du septième jour est si cruciale. C’est une reconnaissance spéciale que Dieu seul est notre Créateur, et nous n’adorons que Lui seul. C’est pourquoi l’évangile, le jugement et l’appel à adorer le Seigneur en tant que Créateur sont très importants ici.


Lisez Apocalypse 14:8-11. Que disent ces versets qui puisse nous aider à comprendre l’importance d’adorer le Seigneur en tant que Créateur?


Alors que les derniers évènements se déroulent, la pression d’adorer la bête et son image plutôt que le Créateur s’abattra sur tout le monde. Si l’on considère l’avertissement redoutable sur le sort de ceux qui adorent la bête et son image, on peut mieux comprendre l’importance du fait d’adorer Dieu comme Créateur, comme le seul qui soit digne de recevoir l’adoration humaine. Dans la crise finale, cette vérité deviendra plus cruciale que jamais.


Prenez le temps de vous attarder sur les incroyables merveilles du monde créé. Que peuvent-elles nous enseigner sur celui qui a créé tout cela, et pourquoi Lui seul est digne de notre adoration?


Jeudi


(page 69 du guide standard)


25 Mai


Réflexion avancée: Les étudiants de la Bible ont vu depuis longtemps un lien entre l’appel dans Apocalypse 14:7, à « [adorer] celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux » (LSG) et le quatrième commandement, dans Exode 20:11, quand le sabbat pointe au fait qu’« en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu » (LSG). Bien que le langage soit étroitement lié, il y a un changement dans lequel le texte dans l’Apocalypse pointe vers le Seigneur comme celui qui a fait « les sources d’eaux. »


L’auteur John Baldwin affirme: « en supposant l’intentionnalité divine derrière l’expression ‘’sources d’eaux’’, pourquoi Jésus a-t-Il permis au messager de rompre le parallèle des choses mentionnées dans Exode 20:11? Pourquoi l’ange mentionne-t-il les ‘’sources d’eaux’’ et non pas d’autres choses créées, telles que les arbres, les oiseaux, les poissons ou les montagnes?


Peut-être la référence aux ‘’sources d’eaux’’ dans le contexte d’un message divin de l’arrivée d’un moment unique de jugement divin cherche à attirer l’attention du lecteur sur une période antérieure au jugement divin... Peut-être Dieu avait l’intention que l’allusion possible à l’inondation par l’expression ‘’sources d’eaux’’ souligne la vérité qu’Il est en effet un Dieu de jugement, mais aussi un Dieu fidèle et éternellement bienveillant (mis en évidence dans le récit du déluge dans Genèse). Si tel est le cas, l’implication personnelle et spirituelle de la connotation relative à l’inondation déclenchée, que sous-tend l’expression ‘’sources d’eaux’’, peut avoir pour but d’inciter le lecteur à prendre au sérieux l’arrivée imminente d’un nouveau procès du jugement divin sur le plan individuel, dans le contexte de la fin des temps, tel qu’annoncé par le premier messager d’Apocalypse 14. » – John Baldwin, ed., Creation, Catastrophe, and Calvary: Why a Global Flood Is Vital to the Doctrine of Atonement (Hagerstown, Md.: Review and Herald® Publishing Association, 2000), p. 27.


Discussion:


Ésaïe 53:6 se lit: « Nous étions tous errants comme des brebis ». Le mot en Hébreu pour « nous … tous » est cullanu. Dans le même texte, Ésaïe dit que le Seigneur a mis sur Jésus « l’iniquité de nous tous. » Le mot pour « nous tous » est aussi cullanu. Comment cela démontre-t-il que, quelle que soit l’ampleur du problème du péché, la solution donnée par Dieu est plus que suffisante pour le résoudre?


2 Quelles autres leçons pouvons-nous apprendre de l’histoire du voleur sur la croix? À supposer que le voleur ait obtenu le pardon et qu’il fût relâché pour continuer sa vie sur la terre. Quelle différence pensez-vous qu’il y aurait dans sa vie? Que nous apprend cette réponse sur le pouvoir de Christ de changer nos vies?


Vendredi


(page 70 du guide standard)


Histoire Missionnaire


Produit par le Comité de la Conférence Générale pour la Mission Adventiste. Site Web: www.AdventistMission.org



« Une maison en feu »


par Andrew McChesney, Mission Adventiste


Dan Frein, gérant d’une entreprise dans l’État américain du Michigan, avait cessé de fréquenter l’église protestante de sa jeunesse il y a une vingtaine d’années. Aussi, son épouse, qui était élevée dans un foyer adventiste du septième jour, n’était pas un membre d’église actif.


Mais le jour vint où Dan voulut revenir à l’église, donc il alla dans son ancienne église le dimanche matin. Ce qu’il vit et entendit le surprit. Ce n’était pas l’église qu’il avait quittée. Il comprit que l’église a maintenant approuvé l’homosexualité et autres pratiques contraires à la Bible, contre lesquelles elle avait prêché deux décennies plus tôt.


Déçu, Dan dit à sa femme qu’il avait très envie de trouver une église qui suivait la Bible. Sa femme se souvenait de l’Église Adventiste dans la ville voisine de Muskegon, où ses parents étaient membres.


Le couple commença à fréquenter l’église avec ses parents. Dans le même temps, Dan lut chaque livre d’Ellen White qu’il pouvait trouver.


Un mardi soir après la réunion de prière, il arrêta le pasteur dans le stationnement.


« Je veux que vous sachiez que je suis prêt », dit-il.


« Prêt pour quoi? » demanda le pasteur.


« Je suis prêt à être baptisé », déclara Dan. « J’ai lu les livres d’Ellen White. Je suis prêt, et je suis à bord. »


Le pasteur commença les études baptismales et trouva que Dan connaissait et croyait aux enseignements de l’église. Dan fut baptisé, sa femme fut rebaptisée, et leur fils aussi fut baptisé.


« Je loue le Seigneur que Dan soit venu malgré notre manque d’évangélisation », déclara le pasteur Kameron DeVasher. « Je sais que les ministères personnels travaillent et l’évangélisation n’est pas morte, mais j’ai l’impression qu’il y a beaucoup plus des Dan dehors, qui attendent juste une occasion pour venir à l’église. »


Il dit que l’expérience de Dan parle aussi de l’importance des livres d’Ellen White. « Je pense qu’il y a une puissance dans l’Esprit de Prophétie, donc nous ne devons pas avoir honte de partager ces livres », dit-il.


Quant à Dan, il a dirigé plusieurs campagnes d’évangélisation à l’église, a été un diacre et a participé aux ministères de la prison. Les membres le décrivent comme « une maison en feu. »


« C’est un quelqu’un qui a été dans l’église il y a moins de cinq ans et il prêche la parole et gagne des âmes », dit le pasteur DeVasher. « Il nous rappelle que les travaux de l’église locale sont d’abord l’évangélisation, le gain d’âmes, le discipulat et chaque membre devrait avoir un rôle dans ce travail. »


Pasteur Kameron DeVasher.


Commentaires pour les moniteurs


leçon en bref


Texte clé: Apocalypse 14:6


Objectifs:


Savoir: Comprendre le message du premier ange et le rapporter à la « vérité présente » de la fin des temps.


Ressentir: Éveiller le sens de la crainte de Dieu, afin d’approfondir et d’intensifier un sentiment d’admiration et de révérence.


Agir: Proclamer ce message au monde et adorer Dieu comme Juge et Créateur.


Plan de l’étude:


  1. Savoir: La vérité présente du premier ange

A Quelle est la vérité présente du premier ange?


B Pourquoi le message du premier ange est-il la « vérité présente » pour la fin des temps?


  1. Ressentir: La crainte de Dieu

A Que signifie craindre Dieu? Pourquoi devons-nous Le craindre?


B Comment le fait que Dieu ait créé le monde et en est le Juge inspire-t-il la crainte et la révérence?


III. Agir: La Proclamation du message


A Comment devons-nous proclamer le message du jugement?


B Comment devons-nous proclamer le message de la création?


Résumé: Le message du premier ange est pertinent et universel parce qu’il parle du sort du monde.


Cycle d’apprentissage


ÉTAPE 1—Motiver


Pleins feux sur l’Écriture: Apocalypse 14:7; Daniel 7:9-11, 26


Concept clé de croissance spirituelle: Si l’adoration est au cœur de la vie spirituelle, elle doit inspirer et nourrir nos vies spirituelles de tous les jours – quand nous prions, étudions les Écritures et sommes engagés dans l’adoration collective.


Coin du moniteur: Le message du premier ange nous enjoint à « craindre Dieu. » Un composant de la crainte de Dieu implique une conscience vive de la présence de Dieu. Faites comprendre aux membres comment cette prise de conscience devrait affecter notre vie quotidienne à tout moment et en tout lieu.


Discussion: Comment le message du jugement s’applique-t-il à l’histoire humaine?


ÉTAPE 2—Explorer


Coin du moniteur: Le message du premier ange est composé de deux exhortations suivies d’une explication. La première exhortation consiste à craindre Dieu et à Lui donner gloire (Apocalypse 14:7) car l’heure du jugement est venue. Et la deuxième exhortation est « d’adorer » Dieu, car Il est le Créateur de toutes choses. Analysez ce que signifie vraiment cette référence au jugement et à la création. Quelles leçons sont implicites par chacune de ces deux notions dans le contexte de ce passage? Explorez aussi les composantes existentielles des vérités de la création et du jugement et ce que chacune de ces deux notions devrait impliquer dans la vie quotidienne. Placez le message du premier ange dans le contexte de Daniel 7 afin d’être en mesure d’appréhender l’intention apocalyptique directe du message. Qu’est-ce que l’association « du jugement et de la création » veut dire?


Commentaire biblique


  1. Le message du jugement (Examinez Apocalypse 14:7 avec la classe.)

Les deux déclarations qui consistent à « craindre Dieu » et à « Lui donner gloire » transmettent le même message. Nous devons prendre Dieu au sérieux. Le concept biblique de « la crainte de Dieu » n’a rien à voir avec les sentiments superstitieux ou avec l’idée absurde que nous devrions servir Dieu en ayant peur de Lui. L’expression « craindre Dieu » est souvent utilisée dans les textes de sagesse pour encourager le disciple à être conscient de la présence de Dieu dans toutes ses transactions dans la vie quotidienne (Prov. 3:7). C’est l’idée que nous ne pouvons rien cacher à Dieu, parce qu’Il voit tout. En fait, les deux verbes « voir » et « craindre » semble provenir de la même racine (yra/raah). Les deux notions sont liées: « Voici, l’œil de l’Éternel est sur ceux qui Le craignent » (Ps. 33:18, LSG). C’est parce que Dieu voit tout, même ce qui est caché, qu’Il est qualifié à juger: « Crains Dieu et observe Ses commandements… Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal. » (Eccl. 12:13, 14, LSG).


Le concept biblique de « donner gloire » se réfère au mot hébreu kabod, qui signifie « lourd ». Le message du premier ange est donc un appel à donner un « poids » à notre religion. La raison évoquée pour justifier cet appel est le jour du jugement. Toutefois, le message du premier ange n’annonce pas seulement l’évènement – « l’heure de Son jugement ». C’est aussi un appel urgent à la justice. Plus tard dans le même passage, le texte mentionne les « saints », qui se caractérisent par leur obéissance aux commandements de Dieu (Apo.14:12, cf. aussi Eccl. 12:14).


Considérez ceci: Pourquoi le jugement est-il une bonne nouvelle?


  1. Le message de la création (Examinez Apo. 4:11; Ps. 95:6, 7; et Ps. 100:3 avec la classe.)

Selon la Bible, la création est la raison pour laquelle nous adorons Dieu. Dans le livre de Néhémie, l’adoration est justifiée sur la base de la création: « C’est Toi, Éternel, Toi seul, qui as fait les cieux, les cieux des cieux et toute leur armée, la terre et tout ce qui est sur elle, les mers et tout ce qu’elles renferment. Tu donnes la vie à toutes ces choses, et l’armée des cieux se prosterne devant Toi. » (Neh. 9:6, LSG). De même dans le livre de l’Apocalypse. Lors d’une scène céleste d’adoration, les 24 vieillards donnent la même raison de l’adoration: « Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance; car Tu as créé toutes choses, et c’est par Ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées » (Apo. 4:11, LSG). Ce n’est pas un hasard que les Psaumes – qui reflètent la vie spirituelle d’Israël et expriment leurs sentiments dans l’acte d’adoration – placent la création au cœur de l’adoration. Le verbe hébreu pour l’adoration (hishtakhaweh), qui apparait 25 fois dans les Psaumes, se trouve toujours dans le contexte de la création. Pour le psalmiste, Dieu seul peut être adoré, parce que « c’est Lui qui nous a faits, et nous Lui appartenons » (Ps. 100:3, LSG).


Le premier rapport biblique de l’adoration est une réponse directe à l’acte divin de création. L’adoration n’est pas seulement le premier acte humain; c’était la première réponse humaine à la création (Genèse 2:3). Pour cette raison, le message du premier ange fait allusion au commandement du sabbat, en utilisant exactement les mêmes paroles que le commandement lui-même (Exode 20:8-11). Donc, d’un sabbat à un autre, les humains devraient se rappeler que la création était la raison fondamentale de l’adoration. Comme le dit Ellen G. White, « Ce qui fait l’importance du sabbat comme mémorial de la création, c’est qu’il rappelle constamment la raison pour laquelle il faut adorer Dieu, à savoir qu’Il est le Créateur et que nous sommes Ses créatures. » La tragédie des siècles, p. 383.


Considérez ceci: Pourquoi l’adoration est-elle liée à la création? Étant donné que l’adoration est l’expression humaine de notre foi en la création, comment cette connaissance régit-elle la façon dont nous adorons? En quoi le sabbat du septième jour est-il une réponse à la création? Comment cette relation entre le sabbat et l’adoration affecte-t-elle le sabbat?


III. Le message du jugement et la création (Examinez Ecclésiaste 11:1, 6; 12:13, 14; et Apocalypse 14:6-13 avec la classe.)


L’association du jugement et de la création se réfère au jour des expiations, qui est la seule fête qui associe les deux notions et nous place dans le contexte de Daniel 7. Pour les Israélites, le jour des expiations symbolise la purification du monde, la véritable recréation. Dans Lévitique 16, le texte principal du jour de l’expiation, l’expression « tous leurs péchés » fonctionne comme un leitmotiv, ou un thème récurrent et dominant (Lev. 16:21, 22, 30, etc.). Le jour des expiations est le moment où « tous » les péchés d’Israël reçoivent le pardon. Le jour des expiations était la seule fois où tout le peuple d’Israël et tout l’espace du sanctuaire étaient complètement purifiés (Lev. 16:17, 33, 34).


Avec ce sens de recréation à l’esprit, Daniel utilise l’expression « soirs et matins » pour désigner le jour des expiations finales à la fin des 2300 soirs et matins (Dan. 8:14). Cette expression technique apparait uniquement dans le contexte de la création (Genèse 1:5, 8, 13, 19, 23, 31). Toutefois, notre passage fait allusion à plus que la création. La mention inattendue des sources d’eau contre le modèle régulier des trois composantes traditionnelles de la création (ciel, terre, mer) est particulièrement significative. Les sources d’eau désignent la nouvelle Jérusalem où l’Agneau conduit Son peuple (Apo. 7:17, 22: 17). De même, le livre d’Ézéchiel décrit la nouvelle Jérusalem regorgeant de sources d’eau (Ézéchiel 47:1-12).


Une autre caractéristique intéressante du texte apocalyptique qui véhicule les messages des trois anges, c’est que sa place dans le livre de l’Apocalypse correspond à celle du texte apocalyptique dans Daniel 7. Combien il est frappant de constater que la vision des messages des trois anges dans le livre de l’Apocalypse correspond à la vision du jugement de Daniel. Plus précisément, la vision des messages des trois anges est située au même endroit dans la séquence de la vision que le jugement dans Daniel, après cela suit la même vision terrestre des quatre animaux (Apo. 13:2-18; cf. Dan. 7:1-8) et précède la venue du Fils de l’homme (Dan. 7:13, 14; 14:14). Cette séquence signifie que la proclamation des messages des trois anges sur la terre est parallèle au jour des expiations dans le ciel.


Discussion:


1 Quelles leçons sont impliquées par le fait que la proclamation humaine des messages les trois anges sur la terre est parallèle au jour des expiations divines dans le ciel?


2 Que signifie le message selon lequel la fin des temps correspond au jour des expiations?


3 Pourquoi Jean ajoute-t-il l’expression inhabituelle « sources d’eau »?


ÉTAPE 3—Appliquer


Coin du moniteur: Dire que nous vivons aujourd’hui au temps du jour de l’expiation ne sera pas une tâche facile. Expliquez les caractéristiques du jour des expiations. Montrez les riches enseignements de cette vérité. Mettez l’accent sur les aspects existentiels et pratiques de ce message. Analysez Daniel 12:12 et discutez de la dimension du bonheur du message du jour des expiations.


Application:


1 Comment le message du jour des expiations s’applique-t-il à la vie quotidienne du chrétien?


2 Le message signifie-t-il que nous sommes appelés à vivre une vie ascétique de privation? Expliquez?


ÉTAPE 4—Créer


Coin du moniteur: Les doctrines du sanctuaire et du jour des expiations sont deux des croyances les plus difficiles et les plus abstraites à enseigner. Soyez conscient du fait que beaucoup de jeunes et de pasteurs évitent de tenter de les enseigner. N’enseignez pas ces sujets de façon dogmatique. Trouvez des moyens pour les rendre significatifs et surprenants.


Activités:


Utilisez une image ou construisez, si possible, un sanctuaire avec certains membres.


Organisez une visite dans une synagogue au jour des expiations. Discutez plus tard avec la classe à propos des éléments qui ont plus attiré leur attention sur le service.


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


*26 Mai – 1er Juin


Les séductions de la fin des temps


Sabbat Après-Midi


Lecture de la semaine: Apo. 2:13, 24; 2 Corinthiens 11:13-15; Ps. 146:4; Genèse 1-2:3; Apocalypse 13:1-17.


Texte à mémoriser: « Il fut précipité, le grand dragon, l’antique serpent, celui qu’on nomme Diable et Satan, le séducteur du monde entier, il fut précipité sur la terre et ses anges avec lui. » (Apocalypse 12:9, TOB).


Même au ciel, avant son expulsion, Satan s’acharnait à séduire les anges. « Abandonnant alors sa place en la présence immédiate de Dieu, le fier chérubin alla semer la discorde parmi les anges. Opérant dans le secret, et tout en cachant d’abord ses intentions réelles sous le masque d’une grande vénération pour Dieu, il s’efforça de soulever le mécontentement contre les lois qui gouvernaient les êtres célestes, affirmant qu’elles imposaient des restrictions inutiles. » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 435.


Au jardin d’Éden, il se déguisa en serpent et usa de ruse contre Ève. Tout au long de l’histoire, jusqu’aujourd’hui et même après le millénium, il utilisera la séduction (Apo. 20:8) pour aboutir à ses fins.


Malheureusement, il est beaucoup plus intelligent, plus puissant et plus rusé que quiconque d’entre nous, c’est pourquoi nous devons nous accrocher à Jésus et à Sa parole, afin de nous protéger contre ses ruses. « Et vous, qui vous êtes attachés à l’Éternel, votre Dieu, vous êtes aujourd’hui tous vivants » (Deut. 4:4, LSG). Le principe adopté ici reste vrai aujourd’hui aussi. Cette semaine, nous examinons quelques séductions les plus efficaces du diable et comment nous pouvons en être protégés.


* Étudiez cette leçon pour le sabbat 2 Juin



Leçon


9


(page 72 du guide standard)


27 Mai


La plus grande séduction


La première leçon de ce trimestre a parlé du « conflit cosmique », qui, malheureusement, est allé au-delà du cosmos pour atteindre notre terre elle-même.


Cependant, le problème est que beaucoup de gens, y compris les chrétiens, ne croient pas à ce grand conflit parce qu’ils ne croient pas que Satan existe. Pour eux, les textes bibliques parlant de Satan ou du diable sont simplement l’expression d’une culture préscientifique, essayant d’expliquer le mal et la souffrance dans le monde. Pour beaucoup de gens encore, l’idée d’une entité surnaturelle littérale ayant des desseins maléfiques sur l’humanité relève du domaine de la science-fiction, apparenté au personnage de Darth Vader du film populaire « La guerre des étoiles » ou des choses similaires.


Lisez les textes suivants, tous dans l’Apocalypse. Que nous apprennent-ils sur la réalité de Satan et en particulier sur son rôle dans les évènements des derniers jours? Apo. 2:13, 24; 12:3, 7-9, 12, 17; 13:2; 20:2, 7, 10.


Le livre de l’Apocalypse nous montre à quel point Satan aura une puissante influence sur un grand nombre d’habitants du monde dans les derniers jours, en les amenant non seulement loin du salut, mais aussi à persécuter ceux qui restent fidèles à Jésus.


De tous les « desseins de Satan » (2 Cor. 2:11) – une traduction du mot grec pour « esprit » (noemata) – peut-être la plus grande séduction est d’amener les gens à croire qu’il n’existe pas. Après tout, qui va chercher à se protéger contre un ennemi irréel? Il est étonnant de voir combien de gens prétendent être chrétiens et pourtant, ne prennent pas au sérieux l’idée d’un diable littéral. Ils avancent cet argument, toutefois, seulement en ignorant ou en interprétant mal les nombreux textes dans la parole de Dieu qui révèlent les artifices et les stratagèmes de Satan dans ce monde, alors que nous approchons de la fin des temps. Que tant de gens rejettent l’existence littérale de Satan, même face à tant de preuves bibliques accablantes, devrait être un rappel puissant pour nous sur combien il est crucial que nous comprenions ce que la Bible enseigne réellement.


Bien que l’Apocalypse parle des artifices de Satan, en particulier dans les derniers jours, quel grand espoir trouvons-nous dans Apocalypse 12:11? D’où nous vient la puissance contre le diable?


Dimanche


(page 73 du guide standard)


28 Mai


Deux grandes erreurs


Lisez les textes suivants. Qu’est-ce qu’ils nous disent sur la puissance de Satan dans la séduction?


2 Cor. 11:13–15__________________________________________


2 Thess. 2:9, 10__________________________________________


Apo. 12:9 ______________________________________________


Apo. 20:10 _____________________________________________


Comme nous l’avons vu dans une leçon précédente, Jésus avait mis en garde Ses disciples contre les séductions de la fin des temps. Parmi Ses avertissements se trouve l’injonction spécifique contre la montée de faux christs et de faux prophètes qui « séduiront beaucoup de gens » (Matthieu 24:5).


Cependant, les faux christs et les faux prophètes ne sont pas les seuls séducteurs de la fin des temps que nous devons redouter. Notre ennemi dans le grand conflit a de nombreux stratagèmes visant à tromper ceux qu’il peut. En tant que chrétiens, nous devons être conscients de ces stratagèmes, et nous ne pouvons le faire qu’à travers la connaissance de la Bible et l’obéissance à ce qu’elle enseigne.


Ellen G. White explique ce que seront les deux plus grandes séductions: « Deux grandes erreurs: l’immortalité de l’âme et la sainteté du dimanche vont être les moyens par lesquels Satan fera tomber le monde dans ses pièges. Tandis que la première jette les bases du spiritisme, la seconde établit un lien de sympathie avec Rome. Les protestants des États-Unis seront les premiers à tendre, par-dessus le précipice, la main au spiritisme, puis à la puissance romaine. Sous l’influence de cette triple union, les États-Unis, marchant sur les pas de Rome, fouleront aux pieds les droits de la conscience. » – La tragédie des siècles, p. 519.


Qu’il est incroyable, même plusieurs années après qu’elle ait écrit ces paroles, de voir à quel point ces « deux grandes erreurs » sont si répandues dans le monde chrétien.


Pourquoi la connaissance des vérités bibliques et la volonté d’obéir à ces vérités est l’arme la plus puissante que nous avons contre les séductions du diable, en particulier dans les derniers jours?


Lundi


(page 74 du guide standard)


29 Mai


L’immortalité de l’âme


Que nous apprennent les textes suivants sur « l’état des morts »? Quelle grande protection ces textes peuvent nous donner contre l’une des « deux grandes erreurs »? Eccles. 9:5, 6, 10; Ps. 115:17; Ps. 146:4; 1 Corinthiens 15:16-18; Daniel 12:2.


Ces dernières décennies, beaucoup d’attention a été accordée à des histoires de gens qui sont « morts » – parce que leurs cœurs ont cessé de battre et qu’ils ont cessé de respirer – juste pour être ramenés à la vie. Dans de nombreux cas, beaucoup de ces gens ont raconté des expériences incroyables d’une existence consciente après qu’ils fussent soi-disant « morts ». Certains ont parlé de comment ils flottaient dans l’air, et depuis le ciel, ils ont vu leur propre corps sur la terre. D’autres ont dit qu’ils flottaient hors de leurs corps et qu’ils ont rencontré un personnage merveilleux plein de lumière et qui révélait les vérités sur la bonté et l’amour. D’autres ont dit avoir rencontré et parlé avec des parents décédés.


Ce phénomène est devenu si commun qu’il a même un nom scientifique, la mort clinique. Bien que les histoires des morts cliniques restent controversées, beaucoup de chrétiens les ont utilisées comme preuve de l’immortalité de l’âme et de l’idée que, au moment du décès, l’âme s’élève à une autre sphère d’existence consciente.


Mais les histoires des morts cliniques sont, bien sûr, une autre manifestation de l’une des « deux grandes erreurs. » Quand quelqu’un croit qu’au moment du décès, l’âme vit sous une forme ou une autre, cette personne est grandement ouverte à plus de séductions occultes ou spiritualistes, lesquelles séductions peuvent facilement promouvoir, soit ouvertement, ou soit par implication, l’idée que l’on n’a pas besoin de Jésus. En fait, la plupart des morts cliniques ont affirmé que les êtres spirituels qu’ils ont rencontrés, ou même leurs parents décédés, leur ont adressé des paroles de réconfort sur l’amour, la paix et la bonté, mais rien n’a été dit sur le salut en Christ, rien sur le péché et rien sur le jugement à venir – ces choses bibliques les plus fondamentales. On pourrait penser que, en ayant le soi-disant avant-gout de la vie chrétienne après la mort, ils doivent aussi avoir reçu un avant-gout des enseignements chrétiens les plus élémentaires. Pourtant, souvent ce qu’ils disent sonnent un peu comme les dogmes de la religion du Nouvel Âge, ce qui pourrait expliquer pourquoi la plupart de ces gens deviennent moins intéressés au christianisme qu’ils étaient avant leur « mort clinique ».


En tant que chrétiens, pourquoi devons-nous rester fermes dans la parole de Dieu, même quand nos sens nous disent quelque chose de différent?


Mardi


(page 75 du guide standard)


30 Mai


Le sabbat et la théorie de l’évolution


Avec tant de succès que Satan a eu en séduisant le monde en ce qui concerne l’immortalité de l’âme, il a eu plus de succès en usurpant le saint sabbat biblique en le remplaçant par le dimanche (voir les leçons 6 et 8) et il l’a fait pendant la majeure partie de l’histoire chrétienne.


Ces dernières années, le diable est venu avec un autre mensonge qui diminue encore plus l’importance du sabbat du septième jour dans l’esprit des gens: la théorie de l’évolution.


Lisez Genèse 1-2:3. Que nous apprend ce passage sur comment le Seigneur a créé notre monde et combien de temps Il a pris pour le faire?


Même la lecture la plus superficielle de ces versets révèle deux points sur le récit biblique de la création. Tout d’abord, tout a été planifié et calculé; rien n’est arbitraire ou venu par hasard. L’Écriture ne laisse aucune place au hasard dans le processus de la création.


Ensuite, les textes révèlent sans ambigüité que chaque créature a été faite selon sa propre espèce; autrement dit, chaque créature a été créée séparément et distinctement des autres. La Bible n’enseigne rien sur un ancêtre naturel commun à toutes les espèces sur la terre (tel qu’à partir d’une simple cellule primitive).


Même une interprétation non-littérale de la Genèse ne laisserait aucun doute sur ces deux points: il n’y avait rien au hasard dans l’acte de création, et il n’y avait pas d’ancêtre commun naturel pour toutes les espèces.


Et voilà qu’apparait l’évolutionnisme darwinien, qui, sous ses diverses formes, enseigne deux choses: le hasard et un ancêtre naturel commun à toutes les espèces.


Pourquoi alors tant de gens interprètent-ils Genèse à travers le prisme d’une théorie qui, à son niveau le plus élémentaire, est en contradiction avec les fondements les plus élémentaires de Genèse? En effet, le mensonge de l’évolution a non seulement emporté des millions de gens laïques, mais il a aussi emporté un très grand nombre de soi-disant chrétiens, qui croient qu’ils peuvent harmoniser cette hystérie avec leur foi chrétienne, malgré les contradictions flagrantes évoquées.


Cependant, les implications de l’évolutionnisme dans le contexte des évènements de la fin des temps rendent le danger de la séduction encore plus évident. Pourquoi prendrait-on au sérieux un jour, le sabbat du septième jour, comme un mémorial – pas pour une création en six jours, mais pour une création qui a duré environ 3 milliards d’années (la dernière date que la vie aurait commencé sur terre selon l’évolutionnisme)? L’évolutionnisme dépouille le septième jour de toute réelle importance parce qu’il transforme les six jours de création en rien, sinon en un mythe semblable à celui qui dit que Romulus et Remus étaient nourris par des loups. De la même manière, qui, croyant que la création s’étend sur des milliards d’années au lieu de six jours, risquerait-il la persécution, ou la mort, en restant ferme pour le sabbat, par opposition au dimanche?


Mercredi


(page 76 du guide standard)


31 Mai


La trinité contrefaite


Le concept de la nature trine de Dieu se trouve tout au long de la Bible. Toutefois, dans le contexte des séductions de la fin des temps et de la persécution, le livre de l’Apocalypse révèle une « trinité contrefaite » composée du dragon, de la bête de la mer et de la bête de la terre d’Apocalypse 13.


Lisez Apocalypse 12:17; 13:1, 2. Qu’est-ce qui est décrit ici?


Ici, le dragon a été considéré comme la contrefaçon du Père, en ce sens qu’il est clairement celui qui contrôle tout le système de persécution. Il donne également puissance, autorité et trône à la bête qui sort de la mer, c’est donc cette bête qui est la contrefaçon de Christ. Pourquoi cette seconde puissance est-elle considérée comme un faux Christ?



Lisez Apocalypse 13:2-5. Quelles sont les caractéristiques de cette bête de la mer?


En plus de recevoir son autorité du dragon, qui rappelle ce que Jésus dit à propos du fait de recevoir Son autorité du Père (voir Matthieu 28:18), cette bête de la mer a aussi expérimenté une mort et puis une résurrection tout comme Jésus, (voir Apo. 13:3). En outre, cette bête est décrite comme exerçant son autorité pendant « quarante-deux mois » ou trois ans et demi, une contrefaçon prophétique du ministère de Christ de trois ans et demi littéraux, en se fondant sur le principe d’un jour égal à un an.


Lisez Apocalypse 13:11-17. Comment la bête de la terre est-elle décrite ici?


Cette bête de la terre promeut les intérêts de la bête de la mer, tout comme le Saint-Esprit ne se glorifie pas Lui-même, mais Jésus (Jean 16:13, 14). En outre, tout comme le Saint-Esprit a posé un acte puissant en faisant descendre le « feu » du ciel (Actes 2:3), la bête de la terre opère quelque chose de semblable (voir Apo. 13:13).


« À la fin, la bête de la terre effectuera une contrefaçon de la pentecôte! Dans quel but? Pour prouver au monde que la fausse trinité est le vrai Dieu. » – Jon Paulien, What the Bible Says About the End-Time (Hagerstown, Md: Review and Herald® Publishing Association, 1998), p. 111.


Quelles sont les autres impostures de la fin des temps que nous devons connaitre, et comment pouvons-nous aider les autres à les reconnaitre aussi comme étant des séductions?


Jeudi


(page 77 du guide standard)


1er Juin


Réflexion avancée: Nous allons insister plus sur les implications de la théorie de l’évolution dans le contexte des évènements des derniers jours, surtout en ce qui concerne le rôle du sabbat. Une des raisons pour lesquelles Charles Darwin, l’auteur de la théorie, a promu l’évolutionnisme était – pas pour comprendre le grand conflit – mais parce qu’il trouvait difficile de concilier le mal et la souffrance avec l’idée d’un Créateur bienveillant et amour. À cause de cette erreur, il a regardé dans une autre direction pour obtenir des réponses. Ce n’était pas une coïncidence non plus, qu’au cours des années 1800, alors que Darwin révisait et retravaillait sa théorie de l’évolution, Dieu a suscité un mouvement, l’Église Adventiste du Septième Jour, avec pour mission de contrer la théologie de Darwin. Il est aussi intéressant que l’Église Adventiste du Septième Jour, dont les fondements créationnistes sont révélés dans son nom même, a commencé à croitre et à se rependre presqu’au même moment que la théorie de Darwin.


Qui sait, peut-être si Darwin avait lu et cru ces quelques lignes courtes d’Ellen G. White, le monde aurait été épargné d’énormes bévues de la pensée humaine, du géocentrisme à la génération spontanée: « Quoique la terre fût souillée par le péché, la nature demeurait le livre d’étude de l’homme. Un livre qui ne pouvait plus présenter le bien seulement; car le mal était partout présent, marquant la terre, la mer, l’air de son empreinte dégradante. Là où autrefois éclatait uniquement le caractère de Dieu, la connaissance du bien, se manifestait désormais aussi le caractère de Satan, la connaissance du mal. La nature, qui reflétait maintenant le bien et le mal, avertissait sans cesse l’homme des conséquences du péché. » – Éducation, p. 21.


Malheureusement, Darwin conçut ses spéculations évolutionnistes, toutes basées sur une compréhension erronée de la nature et du caractère de Dieu et du monde déchu dans lequel nous vivons. Malheureusement encore, les conséquences de sa théorie ont mis et mettrons les gens en proie à des séductions de Satan, en particulier dans la crise finale.


Discussion:


Pourquoi tant de chrétiens rejettent-ils l’idée d’un diable littéral? Qu’est-ce que ce point de vue nous enseigne sur combien il est dangereux de rejeter l’enseignement clair de la Bible?


Que pouvez-vous dire à une personne qui, ayant eu une expérience de mort clinique, affirme que cette expérience lui montre que, en effet, nous continuons à vivre après la mort?


À quelle autre raison pouvez-vous penser quant à pourquoi ceux qui croient à l’évolutionnisme seraient beaucoup plus vulnérables aux séductions des derniers jours?


Vendredi


(page 78 du guide standard)


Histoire Missionnaire


Produit par le Comité de la Conférence Générale pour la Mission Adventiste. Site Web: www.AdventistMission.org



Emprisonné pour homicide involontaire


par Andrew McChesney, Mission Adventiste


À 2h: 00, le bar hurla dans l’État américain d’Alaska, quand Tony Pouesi, 28 ans, a assommé un homme d’un coup de poing.


L’homme tomba et frappa sa tête contre le sol. Il mourut le lendemain.


Tony fut inculpé pour homicide involontaire, qui vaut une peine de prison maximale de 20 ans. « J’étais ahuri », dit Tony. « J’étais dans une peur constante. Toute ma vie s’envolait devant mes yeux. »


Depuis sa cellule de prison, Tony se souvint de son enfance dans le lointain Shelton, une petite ville dans l’état de Washington. Sa famille n’avait jamais lu la Bible ou fréquenté une église. Il faisait usage d’alcool et des drogues illégales depuis son adolescence, et il abandonna les classes avant d’avoir fini le lycée. En tant qu’adulte, il avait déménagé dans l’Alaska pour travailler comme un pêcheur commercial.


En prison, Tony se mit à prier désespérément.


« Je disais: s’il y a un Dieu, je veux savoir qu’Il est réel », dit Tony, maintenant 30 ans, dans une interview. « Je pleurais sur mes genoux pendant des heures par jour sans aide. » Tony emprunta une Bible de la bibliothèque de la prison, et à son étonnement, il eut un immense sentiment de paix et de joie en la lisant. Il trouva un espoir spécial dans Deutéronome 31:6, un des premiers versets de la Bible qu’il a mémorisé. Il lit, « Fortifiez-vous et ayez du courage! Ne craignez point et ne soyez point effrayés devant eux; car l’Éternel, ton Dieu, marchera Lui-même avec toi, Il ne te délaissera point, Il ne t’abandonnera point » (LSG).


« En priant et en lisant la Bible, Dieu fit des miracles dans ma vie », dit Tony.


Après un certain temps, l’avocate publique de Tony annonça qu’elle avait de bonnes nouvelles: la peine de prison potentielle avait été réduite pour se situer entre deux à quatre ans. Puis la sentence a été réduite d’un à trois ans à cause d’une accusation d’homicide par négligence.


Un jour, Tony trouva une petite carte sur une étagère de la bibliothèque de la prison: c’était une invitation à suivre les leçons bibliques Découvertes de la voix de la prophétie, un ministère de l’Église Adventiste du Septième Jour. Il commanda ces leçons et les étudia avec impatience.


« Ce qui est merveilleux, c’est que je buvais de l’alcool, j’étais un drogué, et je n’ai pas un baccalauréat d’études secondaires, mais je comprenais bien la Bible », dit-il. « C’est merveilleux, n’est-ce pas? Vous n’avez pas besoin d’être un savant pour comprendre la Bible. » Peu de temps après avoir terminé les études bibliques, le cas de Tony arriva à la Cour. Là, dit Tony, Dieu a fait un miracle. Le juge annula la peine de trois ans avec sursis. Tony était libre.


« Dieu m’a délivré de prison », déclara Tony.


« Tout le temps que j’ai passé en prison était de neuf mois. »



À suivre...


Commentaires pour les moniteurs


La leçon en bref


Texte clé: 2 Corinthiens 11:14


Objectifs:


Savoir: S’informer des avertissements à propos des tromperies magistrales de Satan.


Ressentir: Garder tous nos sens alertes pour se protéger contre les pièges des fausses émotions.


Agir: Se protéger contre les tromperies de Satan.


Plan de l’étude:


  1. Savoir: Les tromperies de Satan

A Quelle est la tromperie la plus efficace de Satan sur lui-même?


B Quelles sont les deux principales erreurs sur la nature humaine nées des fausses déclarations de Satan?


C Comment Satan a-t-il propagé la fausse adoration?


  1. Ressentir: Le piège émotionnel

A Pourquoi sommes-nous plus vulnérables à Satan par nos sentiments?


B Quels types de sentiments répondraient mieux aux attaques de Satan?


C Comment pouvons-nous contrôler nos sentiments?


III. Agir: L’autodéfense contre Satan


A Quelle est la meilleure défense contre Satan?


B Quelles sont les meilleures armes contre Satan?


C Comment peut-on surmonter les tromperies de Satan?


Résumé: Les tromperies de Satan sur lui-même, sur Dieu et sur les humains sont des mensonges qui doivent être dévoilés et dénoncés pour permettre à Dieu de nous protéger efficacement.


Cycle d’apprentissage


ÉTAPE 1—Motiver


Pleins feux sur l’Écriture: Apocalypse 12:9


Concept clé de croissance spirituelle: La plus grande tromperie de Satan est l’illusion que nous n’avons pas besoin de Dieu et ne dépendons pas de Lui. Les concepts d’évolution et d’immortalité de l’âme illustrent cette tromperie, et ils peuvent conduire à l’adoration de la créature au lieu du Créateur. Notre meilleure défense contre ces illusions de notre indépendance est de dépendre uniquement du Seigneur et d’être continuellement conscient, en plaçant quotidiennement nos décisions sous Son contrôle total et leur mise en œuvre selon Sa volonté. Ensuite, nous devons écouter et attendre Sa direction et Son aide.


Coin du moniteur: Cette semaine, nous identifierons les tromperies de Satan afin d’éviter de tomber en proie dans ses pièges, et afin de nous défendre contre ses efforts de nous contrôler. Montrez comment les tromperies les plus dangereuses semblent venir de nous-mêmes, ce qui favorise les idéaux égocentriques. Expliquez comment cet égocentrisme est à l’origine de l’évolutionnisme et de l’immortalité de l’âme.


Discussion d’ouverture: Comment les deux fausses croyances – l’immortalité de l’âme et l’évolutionnisme – affectent-elles d’autres valeurs générales? Pourquoi est-il important d’être conscient des stratégies « théologiques » de Satan? Quelles sont les autres erreurs que Satan utilise pour tromper les chrétiens et le monde en général?


ÉTAPE 2—Explorer


Coin du moniteur: Satan a mis au point sa tactique de tromperie pour mener une triple attaque. Tout d’abord, il veut que vous vous détendiez et que vous soyez à l’aise à propos de sa menace contre vous; il vous fera croire qu’il est inoffensif et même qu’il n’existe pas. Ensuite, il veut vous faire sentir grand et puissant, et ainsi, il vous donnera l’illusion que vous n’avez pas besoin de Dieu pour vivre et être heureux. Et enfin, quand Satan arrive à créer le vide destiné à être comblé par Dieu seul, il remplit cet espace vide par lui-même.


Commentaire biblique


  1. Le piège le plus perfide du diable (Examinez Apocalypse 12:9, 20:10 avec la classe).

Beaucoup de gens dans notre culture laïque rejettent la réalité de Satan. Ils associent Satan aux contes de fées, ou tout simplement et plus efficacement, ils plaisantent sur son existence. Le poète français Charles Baudelaire a parlé avec un humour sceptique de la question de l’existence du diable: « [Son altesse ‘le diable’] m’avoua qu’elle n’avait eu peur, relativement à son propre pouvoir, qu’une seul fois, c’était le jour où elle avait entendu un prédicateur, plus subtil que le reste du troupeau humain, s’écrier en chaire: « Mes chers frères, n’oubliez jamais, quand vous entendrez vanter le progrès des lumières, que la plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu’il n’existe pas! » – Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris, Bibebook, p. 70, www.bibebook.com.


Dans l’Apocalypse, Jean expose clairement et sans ambigüité la méchanceté de Satan et sa réalité; il l’identifie explicitement comme « le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre » (Apo. 12:9, LSG). Pour Jean, Satan n’est pas un personnage mythique drôle, cornu, ayant une queue, et inoffensif. Il est réel et méchant, et il est le maitre du déguisement. Il aime à couvrir la méchanceté de la bonté, et inversement, pour transformer des vérités en erreurs. Il a utilisé cette stratégie contre Ève quand il a présenté la désobéissance comme une vertu (Genèse 3:5). Dans le livre de l’Apocalypse, Satan est une personne réelle et dangereuse.


Considérez ceci: Identifiez certaines idées fausses et dangereuses qui sont présentées comme la vérité (par exemple, manger de la viande vous donne de la force, le vin rouge est bon pour votre cœur; fumer des cigarettes est super, etc.). Pourquoi les idées populaires sont très rependues et/ou mélangées d’erreur?


  1. Évolutionnisme et immortalité de l’âme (examinez Ecclésiaste 9:5 et Hébreux 11: 1 avec la classe.)

Dès le début de la Bible, dans les récits de la création de Genèse 1 et 2, nous sommes confrontés à la vérité de nos origines et de la nature humaine qui sert de mise en garde contre deux grandes erreurs qui piègent beaucoup de gens: les idées d’évolution et d’immortalité de l’âme.


Contrairement à l’idée d’évolution, le texte biblique nous dit que Dieu a créé l’univers, et ensuite, Il a créé les premiers humains à Son image. En outre, il a béni le jour du sabbat et il l’a donné à l’homme comme un signe pour leur rappeler ce qu’Il a fait pour eux quand ils n’existaient pas encore (Genèse 2:1-3, Exode 20:8-11). L’idée d’évolution est très ancienne, ayant tenté les Égyptiens païens antiques d’observer que le scarabée semblait sortir de la bouse par lui-même, et de conclure que toute vie émergeait de soi. L’insecte fut alors appelé kheper, ce qui signifie « évolutif », qui est devenu le nom du dieu créateur dénommé Khépri, dont le nom saisit le concept évolutionniste. Khépri signifie « celui qui est né de lui-même, l’évolutif autonome. » Le psalmiste nous avertit contre cet aveuglement quand il dit: « C’est Lui qui nous a faits, et nous Lui appartenons » (Psaume 100:3, LSG).


Contrairement à l’idée d’immortalité, Dieu indique aux premiers humains qu’ils ne sont pas immortels par nature. Leur vie dépend du Créateur divin, et s’ils se déconnectent de Lui en désobéissant, ils « mourront » (Gen. 2:17, LSG). Depuis lors, Satan a fait tout son possible pour convaincre les humains qu’ils sont immortels: « le serpent dit à la femme: « vous ne mourrez point » (Genèse 3: 4, LSG). Les anciens Égyptiens s’imaginaient que leurs êtres spirituels pouvaient survivre hors de leurs corps et aller dans les cieux où ils deviendraient des dieux. Plus tard, le philosophe grec, Platon, médita sur la philosophie de l’immortalité de l’âme, qui, selon lui, existait en dehors de l’organisme. Cette fausse pensée a influencé le judaïsme et le christianisme traditionnel. Aujourd’hui, même les personnes non religieuses croient en l’idée de l’immortalité de l’âme et promeuvent toutes sortes de théories « spirituelles » et des soi-disant expériences pour soutenir leurs propres imaginations.


L’évolutionnisme et l’immortalité sont les deux idées fausses les plus populaires et les plus dominantes, répandues dans les cultures du monde entier. En fait, ces concepts sont enracinés dans la même erreur que les humains sont des dieux et se sont produit eux-mêmes à travers le processus d’évolution, aboutissant à l’étape de la divinité. Ils reposent tous sur les mensonges de Satan lui-même, faisant écho à l’Éden: « vous serez comme des dieux » (Genèse 3:5, LSG).


Considérez ceci: Pourquoi ces deux idées – l’évolution et l’immortalité de l’âme – sont si importantes dans le grand conflit? Quels sont les textes bibliques qui nient l’idée de l’immortalité de l’âme? Pourquoi la pratique de l’observation du sabbat du septième jour implique-t-elle la croyance en une création historique en six jours?


III. L’autre trinité (Examinez Apocalypse 12:17-13:18 avec la classe).


Le livre de l’Apocalypse présente presque satiriquement Satan comme une caricature de Dieu. Tout comme Dieu, Satan se présente comme une trinité: le dragon, la bête de la mer et la bête de la terre. Ces bêtes sont décrites dans une étroite relation et en lien avec le dragon. La bête de la mer est étonnamment similaire au dragon. Tout comme le dragon, la bête a sept têtes et dix cornes (Apo. 13:1). Cette bête a reçu son pouvoir du dragon (Apo. 13:4). Cette bête représente un pouvoir religieux (voir leçon suivante). De même, la bête de la terre, qui suit la bête de la mer, est décrite comme promouvant l’adoration de la bête de la mer (Apo. 13:12-14) et en soutenant le dragon (Apo. 13:4). La bête de la terre, qui s’allie à la bête de la mer, représente un pouvoir politique (voir leçon suivante).


Ces trois bêtes appartiennent au même camp et sont engagés dans un même projet. En outre, ces trois animaux monstrueux contrastent avec les trois créatures bien définies qui représentent la divinité: l’agneau, le lion et l’homme. Cette distorsion de Dieu doit nous alerter. Lorsque Satan imite Dieu, le résultat est non seulement trompeur et défigurant, mais aussi dangereux, et le tout conduit à l’abime.


Discussion:


Pourquoi Satan choisit-il d’imiter? Quelle est la signification de ces trois représentations symboliques: le dragon, la bête de la mer et la bête de la terre? Comment le dragon imite-t-il Dieu le Père? Comment la bête de la mer imite-t-elle Jésus? Comment la bête de la terre imite-t-elle le Saint-Esprit? Quel élément cosmique évoque chacune de ces trois bêtes? Comment leur représentation respective exprime-t-elle leur fonction?


ÉTAPE 3—Appliquer


Coin du moniteur: Selon le témoignage de l’historien grec Hérodote, c’était la coutume des anciens Égyptiens de s’assoir dans un banquet et de passer autour d’une statuette en forme de momie représentant une personne décédée afin de leur rappeler la mort et encourager les gens à repenser à la valeur de la vie. Bien que ce soit un acte morbide, quelles leçons pouvons-nous apprendre de cette coutume?


Application: L’expérience de la mort d’un être cher est souvent l’occasion de témoigner de votre foi. Discutez d’Ecclésiaste 7:1-4.


1 Pourquoi la perspective de la mort peut-elle apporter la sagesse?


2 Comment dénoncez-vous la supercherie de l’immortalité de l’âme tout en réconfortant ceux qui sont affligés par la perte de leurs bienaimés?


ÉTAPE 4—Créer


Coin du moniteur: Identifiez le dénominateur commun de ces trois tromperies: l’évolution, l’immortalité de l’âme et la fausse trinité de Satan. De quelle manière elles touchent la nature de Dieu, la nature de l’homme et le destin du monde? Pourquoi Satan s’identifie-t-il en trois personnes? Identifiez les parallèles entre ces trois bêtes et la trinité divine. Quelles sont les preuves bibliques de la trinité dans l’Ancien Testament?


Activités: Apportez si possible, une représentation (dessins ou statuettes) des trois bêtes sataniques en classe. Comparez les trois bêtes sataniques avec les trois représentations de Dieu. Quelles leçons Apprenez-vous sur la nature de Dieu à partir de cette comparaison?


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


*2 – 8 Juin


Les États-Unis d’Amérique et Babylone


Sabbat Après-Midi


Lecture de la semaine: Apo. 13:1-12; 14:9-11; 16:2; 19:20; 20:4; Jérémie 51:6, 7, 53, 57; Apo. 18:1-4.


Verset à mémoriser: « En ce temps-là se lèvera Michel, le grand chef, Celui qui tient bon en faveur des fils de ton peuple. Et ce sera un temps d’affliction, tel qu’il n’y en a pas eu depuis que les nations existent Jusqu’à ce temps-ci. En ce temps-là, ton peuple échappera, quiconque sera trouvé inscrit dans le livre. » (Daniel 12: 1, Colombe).


La semaine passée, nous avons étudié « la trinité contrefaite », composée de Satan (le dragon) et de deux puissances terrestres qui œuvreront ensemble pour amener la persécution sur le peuple de Dieu.


Une de ces puissances, la bête de la mer (Apo. 13:1-10), est décrite comme composée d’un léopard, d’un ours et d’un lion (Apo. 13:2) – images se référant directement à Daniel 7:4-6. Nous avons vu dans la leçon 6 que dans Daniel 7 – après la montée de Babylone (lion), de l’empire Médo-Perse (ours) et de la Grèce (léopard) – est venue la puissance terrestre finale, Rome. Elle a commencé par la Rome païenne et est devenue ensuite la Rome papale, la puissance de la petite corne de Daniel 7:7, 8; 19-21; 23-25, qui est venue directement de la quatrième bête. Nous l’avons vu aussi que bon nombre des caractéristiques de la Rome papale, telles que représentées dans ces versets de Daniel 7, réapparaissent dans la bête de la mer d’Apocalypse 13:1-10. Donc, les érudits de la Bible ont vu Rome comme l’un des principaux antagonistes dans le scénario de la fin des temps d’Apocalypse 13.


Cependant, Rome n’est pas seule. Une autre puissance s’y trouve représentée. Cette semaine, nous nous concentrerons principalement sur Apocalypse 13, sur les évènements et les puissances décrits dans ce chapitre, et comme toujours, en posant la question: que signifient ces évènements, et comment pouvons-nous être prêts?


* Étudiez cette leçon pour le sabbat 9 Juin.


Leçon


10


(page 80 du guide standard)


3 Juin


Une blessure mortelle guérie


Lisez Apocalypse 13:1-10 et cherchez les raisons pour lesquelles cela se réfère à la papauté, à la fois dans son rôle dans le passé et dans l’avenir. Notez spécifiquement combien elle a un rôle de premier plan. Que-ce que cela signifie dans le contexte des évènements des derniers jours?


Bien que Dieu ait des gens fidèles dans toutes les églises, l’Écriture pointe vers un rôle spécifique que cette institution a joué dans l’histoire et jouera dans les évènements des derniers jours.


Lisez Apocalypse 13:3. Qu’est-ce qui se passe ici, et qu’est-ce que cela nous enseigne sur la l’importance de Rome?


Pendant des siècles l’église romaine a été la religion centrale, et à bien des égards, le centre politique du monde occidental. Un exemple révélateur de sa puissance est vu dans l’histoire de l’empereur Romain Henri IV, qui, ayant offensé le pape Grégoire VII, était venu au château du pape pour faire la paix. Là, on fit attendre l’empereur romain dans une cour extérieure pendant trois jours dans le froid de l’hiver, avant que le pape lui autorise à entrer. Grégoire VII, exalté avec son triomphe, se vanta qu’il était de son devoir d’abattre l’orgueil des rois.


Néanmoins, grâce à l’influence de la réforme, le siècle des lumières et la révolution française, l’hégémonie politique et religieuse de Rome fut détruite vers la fin du XVIIIe siècle. Un des souverains pontifes, le pape Pie VI, avait en fait été capturé par l’armée française en 1798 et il mourut en exil en 1799.


Cependant, Apocalypse 13 parle d’une résurgence, la guérison de sa « blessure mortelle ». Et bien que Rome aujourd’hui ne soit pas le genre de pouvoir politique comme au jour de Grégoire VII, grâce à la popularité des papes récents, c’est une puissance influente, religieusement et politiquement (par exemple, le discours du pape François s’adressant aux deux chambres du congrès américain en 2015 était une première dans l’histoire). Selon la prophétie, cette influence ne fera que croitre.


Comment pouvons-nous être fidèles au message que nous avons été appelés à prêcher, mais en faisant ainsi d’une manière qui provoque le moins d’offense possible? Cependant, pourquoi ne devons-nous pas nous incliner devant « le politiquement correct » en annonçant la vérité présente?


Dimanche


(page 81 du guide standard)


4 Juin


Les États-Unis dans la prophétie


Les gens se posent cette question, et cela est compréhensible: Comment Rome peut-elle avoir le genre d’influence aujourd’hui, ou dans l’avenir, comme décrite dans Apocalypse 13? Il n’y a pas si longtemps, elle pouvait commander les armées, comme elle l’a fait dans le passé. La réponse se trouve aussi dans Apocalypse 13.


Lisez Apocalypse 13:11, 12. Quelles caractéristiques nous aident à identifier cette puissance?


La bête qui précède celle-ci, longtemps considérée comme Rome par les protestants, a été décrite comme ayant reçu la puissance pendant quarante-deux mois (Apo. 13:5). Les quarante-deux mois sont les mêmes qu’« un temps, des temps, et la moitié d’un temps » de Daniel 7:25, ou trois ans et demi (Apo. 12:14) ou 1260 jours prophétiques (Apo. 12:6) – le temps au cours duquel le pouvoir papal a opprimé ses adversaires. Cette période de temps prophétique (selon le principe de jour = année) a commencé avec la suprématie de la papauté, en 538 apr. JC et s’acheva en 1798, l’année où le pape a été pris captif. À cette époque, le pouvoir papal a reçu sa blessure mortelle et ainsi fut accomplie la prédiction.


Autour de ce point dans l’histoire, vers la fin des « quarante-deux mois » (1798), une autre puissance apparait (13:11, Apo. 13:1), cette fois-ci, sortant de la terre, ce qui contraste avec beaucoup des puissances précédentes, qui sont sorties de l’eau (voir Dan. 7:2, 3), un symbole des populations en masses. « Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations et des langues. » (Apo. 17:15, NBS).


Pour ces raisons et d’autres encore, cette puissance doit être les États-Unis d’Amérique, qui ont surgi dans une partie relativement inhabitée du monde et qui n’avaient pas besoin de renverser les grands empires pour s’établir.


« Quelle est la nation du Nouveau Monde qui, jeune encore vers 1798, attirait l’attention du monde et présageait un avenir de force et de grandeur? L’application du symbole ne permet pas un instant d’hésitation. Une nation, une seule, remplit les conditions de notre prophétie: les États-Unis d’Amérique. » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 385.


Bien que cette puissance soit d’abord décrite comme ayant deux cornes comme un agneau, symbolisant la douceur, elle parlera « comme un dragon » (Apo. 13:11), ce qui indique un temps de persécution comme celle qui a eu lieu sous la puissance précédente. Alors, Apocalypse 13:11-17 répond à la question: comment Rome exercerait-elle l’influence prédite par la prophétie biblique? Elle aura derrière elle la puissance des États-Unis – et voilà.


Lundi


(page 82 du guide standard)


5 Juin


Une question d’adoration


Tout au long de l’histoire sacrée, le Seigneur a constamment eu à faire avec ceux qui sont tombés dans l’idolâtrie et d’autres formes de fausse adoration (voir Matthieu 4:8-10). Dans la crise finale décrite dans Apocalypse 13, la question de l’adoration se posera à nouveau. Ici aussi, le peuple de Dieu devra faire un choix quant à qui il devra adorer et servir (voir Josué 24:15).


Dans la leçon 2, intitulée « Daniel et la fin des temps », nous avons étudié l’histoire de trois jeunes Hébreux à qui l’ordre était donné « d’adorer la statue d’or » (Dan. 3:5). Nous avons aussi vu comment Apocalypse 13 utilise un langage de ce chapitre pour dépeindre la persécution que le peuple de Dieu devra affronter à la fin des temps. Autrement dit, nous pouvons voir ce qui est arrivé dans Daniel 3 comme un évènement précurseur de ce qui se passera dans les derniers jours, tel que représenté dans le contexte immédiat des puissances représentées par des bêtes dans l’Apocalypse 13. Tous ont reçu l’ordre d’adorer la statue d’or, sous peine d’être mis à mort dans une fournaise ardente. De même, dans Apocalypse 13, « tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête [seront] tués » (Apo. 13:15, LSG).


Lisez Apocalypse 14:9-11; 16:2; 19:20; 20:4. Qu’est-ce que ces versets nous disent sur l’ampleur de la question de l’adoration?


Babylone a toujours été la capitale de la fausse adoration. La tour de Babel illustrait le désir de ses constructeurs, tout comme Lucifer, de monter « sur le sommet des nues » (Ésaïe 14:14), ainsi que leurs efforts pour se sauver en cas d’un autre déluge mondial. Aussi refusèrent-ils de croire à la promesse de Dieu de ne plus frapper la terre par une autre inondation universelle (Genèse 9:8-11).


L’empire néobabylonien exaltait les œuvres des mains humaines. Nabuchodonosor se vanta ainsi: « N’est-ce pas ici Babylone la grande, que j’ai bâtie, comme résidence royale, par la puissance de ma force et pour la gloire de ma magnificence? » (Dan. 4:30, LSG). Plus tard, le roi Belshazzar prit les coupes dorées du temple de Salomon pour faire un festin, et « ils burent du vin, et ils louèrent les dieux d’or, d’argent, d’airain, de fer, de bois et de pierre » (Dan. 5:3, 4, LSG). Notez que les vrais vaisseaux du temple étaient remplis de boissons enivrantes qui endormirent la sensibilité de tous ceux qui en burent. En conséquence, beaucoup de gens dans la ville périrent quand Babylone est tombée. Une apparence de vérité peut nous tromper en se déguisant en « vin de Babylone » mortel. La fausse adoration et les idées erronées constituent la devise monétaire du royaume de Satan.


Comment pouvons-nous nous assurer que nous ne sommes pas impliqués dans aucune fausse adoration maintenant?


Mardi


(page 83 du guide standard)


6 Juin


« Babylone la grande »


Lisez Lisez les textes suivants. Qu’est-ce qu’ils nous enseignent sur Babylone? Jérémie 51:6, 7, 53, 57; Zach. 2:7; Apocalypse 17:5, 6;18:2, 3.


Comme nous l’avons vu hier, Babylone a une longue histoire comme capitale de la fausse adoration; donc, c’est un symbole qui convient bien à une puissance de la fin des temps qui séduit les nations.


Comparez le dragon, la bête de la mer et la bête écarlate (Apo. 12:3, 13:1-3, 17:3). Quelles sont les similitudes et les différences?


Toutes les trois bêtes ont sept têtes et dix cornes, ce qui représente la somme totale des têtes et des cornes des bêtes de Daniel 7. Chaque empire successif a été bâti sur ceux qui les ont précédés. De même, la bête écarlate combine des éléments du dragon et de la bête de la mer (symbolisant respectivement la Rome païenne et papale), de même que de la bête de la terre (Apo. 13:11-14), regroupant « toutes les trois puissances – tous les ennemis de Dieu – en une véritable coalition. » – Jacques B. Doukhan, Secrets of Revelation, The Apocalypse Through Hebrew Eyes (Hagerstown, Md.: Review and Herald® Publishing Association, 2002), p. 162. Un élément supplémentaire dans Apocalypse 17 est la femme qui monte sur la bête écarlate, symbolisant une union illicite des pouvoirs religieux et politiques. Cette femme contraste fortement avec la femme pure d’Apocalypse 12:


Femme pure (Apo. 12) Femme prostituée (Apo. 17)


Dans le ciel Sur les eaux


Vêtue du soleil Vêtue de pourpre et d’écarlate


Portant une couronne de douze étoiles Ornée d’or, de pierres précieuses et de perles


Attaquée par le dragon Supportée par le dragon


Mère du peuple du reste Mère des prostituées


En tant que « mère des prostituées », Babylone a œuvré ardemment pour se reproduire elle-même. L’église apostate a beaucoup de filles apostates. Mais Dieu ne s’approprie pas les erreurs promulguées et des atrocités commises par le christianisme apostat. Son vrai peuple, quoique attaqué par Satan, survivra à travers les siècles.


Apocalypse 14:8 a déjà mis les gens en garde contre la chute de Babylone ou de l’apostasie de la vérité, qui conduit finalement à la naissance de la séduction finale qu’est la marque de la bête (Apo. 14:9-11). Cet avertissement sera répété avec beaucoup plus de puissance, ce qui culmine à un dernier appel au peuple de Dieu qui se trouve encore à Babylone, de sortir d’elle et de s’unir à l’Église du reste de Dieu, l’église de la fin des temps (Apo. 18:1-4).


Mercredi


(page 84 du guide standard)


7 Juin


Sortez d’elle, Mon peuple


Pendant des années, les étudiants de la prophétie biblique ont suivi les évènements mondiaux avec beaucoup d’intérêt, en particulier dans le contexte où elles se rapportent à la fin des temps. Considérez, par exemple, le rôle des États-Unis. Dès 1851, les Adventistes du septième jour ont identifié l’Amérique comme la seconde puissance ou la bête de la terre (Apo. 13:11-15), ce qui était une identification très remarquable, compte tenu du statut des États-Unis d’Amérique alors. Au milieu des années 1800, les grandes puissances étaient encore le vieux monde: la Prusse, la France, l’Autriche-Hongrie et l’Angleterre. À cette époque, l’Amérique n’avait qu’une armée de paix d’environ vingt mille hommes, environ un dixième des combattants à la bataille de Waterloo (1815). En 1814, seulement quarante ans plus tôt, les Britanniques envahirent et brulèrent Washington D. C.; en 1867, les braves de Sitting Bull anéantissent la cavalerie du septième régiment des États-Unis dirigée par le Général Custer. Ainsi, même après que certains commentateurs aient identifiés les États-Unis comme la puissance qui pourrait un jour faire appliquer la « marque de la bête » au monde, la nation combattait encore les Amérindiens sur son propre sol, et continuait toujours à perdre!


Sans aucun doute, les évènements mondiaux suivent leur cours tels que prévus. Mais, il y a encore plus de choses avant la fin. C’est pourquoi, par exemple, en parlant de la « marque de la bête », il est très important de souligner que personne ne l’a maintenant, que l’on soit observateur du quatrième commandement ou non.


En outre, beaucoup de choses vont arriver dans le cours de l’histoire.


Lisez Apocalypse 18:1-4. Que se passe-t-il ici, et pourquoi est-ce important de se rappeler maintenant? Que nous enseignent ces versets sur notre mission dans le monde?


Ces versets peignent un tableau sombre du monde sur les plans politique, moral et spirituel. Ils montrent l’influence maléfique des faux enseignements religieux dans le monde. Dans le même temps, toutefois, ils offrent beaucoup d’espoir, car un autre ange du ciel éclaire le monde de sa gloire. En outre, le peuple fidèle de Dieu, ceux qui n’ont pas encore appris ce qu’ils doivent savoir sur les évènements, sont appelés à sortir de Babylone. Donc, cela signifie simplement que jusqu’à la fin, le peuple de Dieu qui est déjà hors de Babylone a une mission à accomplir pour ceux qui sont encore dans Babylone.


Qu’est-ce que cela devrait nous dire sur le fait que le Seigneur appelle certains de ceux qui sont encore dans Babylone « Mon peuple »? Pourquoi est-ce un point important à se rappeler dans nos relations avec les autres?


Jeudi


(page 85 du guide standard)


8 Juin


Réflexion avancée: L’attaque de Satan contre la loi de Dieu est une attaque contre Dieu Lui-même, à la fois sur Son autorité et sur Son gouvernement. Ainsi, dans les derniers jours, dans les évènements cataclysmiques de la crise finale, Satan s’en prendra à ceux qui observent « les commandements de Dieu » (Apo. 12:17, 14:12), car ils sont les seuls sur la terre qui refusent de Lui rendre hommage par le biais de ses mandataires ici sur terre. La bataille qu’il a menée contre Dieu dans le ciel il y a longtemps se poursuivra sur la terre, et tout comme il a été vaincu dans le ciel, il sera aussi vaincu sur la terre. « Dès l’origine du conflit dans le ciel, le but constant de Satan a été d’abolir la loi de Dieu. C’est dans cette intention qu’il a levé l’étendard de la révolte contre le Créateur et que, chassé du ciel, il a transporté et continue infatigablement cette lutte sur la terre. Séduire les hommes et les pousser à la transgression de la loi de Dieu, tel est l’objet invariable de son activité. Qu’il atteigne son but en faisant rejeter la loi entière, ou en faisant répudier un précepte seulement, les conséquences finales sont les mêmes. Celui qui “pèche contre un seul commandement” témoigne de son mépris pour toute la loi; il “devient coupable de tous” Jaques 2:10. » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 514.


Discussion:


En classe, parlez des évènements mondiaux et de quelles façons ils pointent vers ce que nous croyons devoir arriver dans les derniers jours. Quels sont les évènements qui doivent encore arriver? Comment pouvons-nous apprendre à rester vigilants à propos des signes de la fin des temps tout en évitant le fanatisme, la fixation des dates et les prédictions ‘’audacieuses’’ des choses que ni la Bible ni Ellen White n’ont explicitement enseignées?


Attardez-vous plus sur la question de l’adoration. Que signifie adorer quelque chose? Comment adorons-nous ce que nous adorons?


w Attardez-vous plus sur l’idée que Dieu a encore des gens dans Babylone. Qu’entendons-nous par le terme « Babylone » (qui est évidemment un symbole et non un terme littéral)? Qu’est-ce que cela nous enseigne sur notre obligation à continuer à prêcher le message aux autres, indépendamment de leurs convictions politiques et ou religieuses?


Vendredi


(page 86 du guide standard)


Produit par le Comité de la Conférence Générale pour la Mission Adventiste. Site Web: www.AdventistMission.org



Histoire Missionnaire


Les chapeaux « Confiance en Jésus »


par Andrew McChesney, Mission Adventiste


Tony Pouesi, emprisonné pendant neuf mois après la mort d’un homme dans un combat au bar, a commencé une marche plus étroite avec Dieu après sa libération surprise de prison dans l’État américain d’Alaska. N’ayant nulle part où aller, il alla dans un centre adventiste du septième jour d’anciens détenus, le Greater Works Christian Living Center, à Anchorage. Il commença à faire ses dévotions matinales. Il assistait aux réunions de prière le mercredi et le vendredi soir. Il observait le sabbat.


« C’était la première fois que j’ai eu à faire l’expérience d’une famille de vrais chrétiens », dit-il.


Il eut un désir ardent dans son cœur pour partager son amour pour Jésus, et il décida de créer le ministère de la rue d’Alaska. Cinq jours par semaine, il distribuait des tracts GLOW, des livres sur les promesses bibliques, des vivres et des vêtements. Il prie avec des inconnus et parle de Jésus. Tony trouva que porter un chapeau ou une chemise estampillé par ces paroles: « Confiance en Jésus » est un bon début d’une excellente conversation.


« C’est un excellent outil pour témoigner », dit-il.


« Beaucoup de gens viennent à moi pour juste commencer à parler de Dieu. S’ils sont intéressés, je leur dis comment Dieu a changé ma vie. »


Toutefois, le plus grand fardeau de Tony est sa propre famille. Il a appelé sa mère célibataire à Shelton, Washington, peu après avoir été libéré de prison. « Il y a une seule chose dans ce monde que je vais te demander », lui dit-il. « Je veux que tu suives ces études bibliques Découvertes. »


À la suite des études de la Voix de la Prophétie, sa mère cessa de fumer et perdit 14 kg de son poids. Elle observe le jour du sabbat.


« Je savais qu’elle ne serait jamais la même après les études bibliques », dit Tony. « C’est la puissance de Dieu. »


Tony est maintenant à la recherche de nouvelles façons de partager Jésus. Un sabbat après avoir quitté l’église, il rencontra un homme portant une grosse croix blanche. L’homme expliqua qu’il avait transporté la croix autour du monde pendant six ans, et après avoir entendu l’histoire de Tony, il la lui présenta.


Il a fallu à Tony quelque temps pour avoir le courage de sortir avec la croix en publique. Mais quand il l’a fait, la réaction a été stupéfiante.


« Les gens sifflaient et agitaient les mains en disant: « gloire à Dieu! », dit Tony. « C’était génial ». Tony n’est pas convaincu que la croix est la meilleure façon de témoigner. Mais il est persuadé que ses vêtements « Confiance en Jésus » sont efficaces. Il est à la recherche des fonds pour soutenir son ministère de rue en vendant les chapeaux et les chemises en ligne.


« Dieu m’a donné ce feu pour répandre l’évangile et je l’ai encore », dit-il.


Tony Pouesi, à gauche.


Commentaires pour les moniteurs


La leçon en bref


Texte clé: Apocalypse 13:1-18


Objectifs:


Savoir: Identifier les puissances historiques représentées par les deux bêtes et reconnaitre les évènements qui leur sont associés.


Ressentir: Évaluer la gravité de l’enjeu et contrôler ses sentiments dans l’expérience de l’adoration.


Agir: Documenter les preuves à l’appui de l’accomplissement des prophéties et trouver davantage de raisons de faire confiance à Dieu qui contrôle l’histoire.


Plan de l’étude:


  1. Savoir: Babylone et les États-Unis

A Quels indices montrent que la bête de la mer est l’église catholique romaine?


B Quels indices donnent à penser que la bête de la terre représente les États-Unis d’Amérique?


  1. Ressentir: Contrôle émotionnel

A Pourquoi avoir un bon sentiment n’est pas une indication fiable de la présence de Dieu?


B Comment pouvez-vous être surs que vos sentiments d’adoration sont en harmonie avec le vrai Dieu?


C Pourquoi aimez-vous les gens malgré le fait qu’ils peuvent appartenir au camp de la bête?


III. Agir: être connecté à Dieu


A Quelle est la tentation la plus courante de la fausse adoration?


B Comment peut-on sortir de Babylone?


C Pourquoi sortir de Babylone ne suffit-il pas pour éviter son influence?


Résumé: L’ambition de Babylone est d’être adorée par le monde entier.


Cycle d’apprentissage


ÉTAPE 1—Motiver


Pleins feux sur l’Écriture: Apocalypse 13:10


Concept clé de croissance spirituelle: La vie spirituelle n’est pas égoïste; elle implique plutôt une expérience d’adoration centrée sur Dieu et une vie fondée sur la confiance en Dieu. La véritable adoration n’est pas seulement la compagnie et le fait de passer de bons moments ensemble. L’appartenance au camp de véritables croyants ne suffit non plus à constituer la véritable adoration. Plutôt, une véritable adoration doit conduire à une dévotion sincère à Dieu.


Coin du moniteur: L’identification des puissances derrière les deux bêtes d’Apocalypse 13 devrait nous aider à situer la période prophétique dans laquelle nous vivons et nous instruire à mener notre vie en conséquence. Examinez les preuves historiques qui soutiennent l’identification des bêtes. Autant que possible, sélectionnez les sources bien connues, même des livres historiques, afin d’assurer l’objectivité et la crédibilité. L’objectif principal de cette leçon est de nous inspirer à nous engager complètement et à adorer le vrai Dieu.


Discussion d’ouverture: Il n’y avait jamais eu autant de religions et de confessions qui prétendent être la véritable église de Dieu. Discutez de comment le réflexe de cette prolifération des sectes est de se réfugier dans l’église traditionnelle dans laquelle nous avons grandi à cause de sa légitimité historique.


Discussion:


1 Comment peut-on expliquer cette prolifération des sectes?


2 Examinez plus loin l’erreur de se réfugier dans les églises traditionnelles, simplement parce qu’elles ont une légitimité historique. Comment pouvons-nous dénoncer cette illusion sans tomber dans le piège de l’orgueil et de l’autonomie qui caractérise l’église de Laodicée (Apo. 3:17)?


ÉTAPE 2—Explorer


Coin du moniteur: Il est important d’être aussi sensible que possible dans votre présentation du matériel de cette leçon. Tout d’abord, dévoilez l’identité des deux bêtes à la lumière des évènements contemporains. En second lieu, identifiez le principal enjeu et discutez pourquoi le fait de dénoncer l’erreur de retomber dans une église traditionnelle est important pour notre vie spirituelle. Soyez créatifs et pertinents dans votre présentation. Renforcez le fondement de votre démarche en utilisant les meilleurs éléments de preuve et d’arguments pour présenter cette leçon.


Commentaire biblique


  1. Babylone et ses alliés (Examinez Apocalypse 13:12 avec la classe).

Les caractéristiques de la bête de la mer évoquent les quatre animaux de Daniel 7 – les trois premiers étant le léopard, l’ours et le lion (Apo. 13:2; comparez à Dan. 7:2, 3). Mais l’accent est mis particulièrement sur la quatrième bête (Apocalypse 13:1, comparez à Dan. 7:7). L’élément caractéristique de ce quatrième animal qui retient particulièrement l’attention de Jean est la petite corne. Tout comme la petite corne, la bête de la mer usurpe le pouvoir de Dieu, et elle veut être adorée. L’expression « qui est semblable à la bête », prononcée par ses adorateurs (Apo. 13:4, LSG) est calquée sur l’expression traditionnelle qui caractérise l’adoration de Dieu dans l’ancien Israël: « qui est semblable à Toi, ô Éternel? » (Exode 15:11; Ps. 35:10). En outre, tout comme la petite corne, cette bête persécute le peuple de Dieu pendant la même durée de temps, 42 mois, ce qui correspond au temps, des temps et la moitié d’un temps de la petite corne (Apo. 13:5, Dan. 7:25), à partir de 538 apr. JC et se terminant en 1798 apr. JC. La bête de la mer représente alors la même puissance que la petite corne: autrement dit, l’église catholique romaine en tant qu’institution.


La vision de l’Apocalypse ajoute une marque d’identification supplémentaire à notre compréhension de la petite corne: la bête de la mer (petite corne) sera blessée et perdra son prestige pendant un certain temps, après quoi elle récupèrera et recevra des éloges à nouveau (Apo. 13:8). La plaie se réfère à la pression de la révolution française, et plus particulièrement, au coup de Napoléon contre l’église romaine lorsqu’il a capturé et emprisonné le pape en 1798. La guérison de la plaie se réfère à la récupération de l’église, à partir du XIXe siècle lorsque, entre autres choses, le dogme de l’infaillibilité du pape a été prononcé (1870). La popularité et l’influence politique de la papauté n’ont jamais été plus grandes dans les temps modernes, qu’elles le sont aujourd’hui.


Considérez ceci: Selon Apocalypse, quelles sont les caractéristiques qui font de la quatrième bête une puissance persécutrice?


  1. L’adoration est en jeu (Examinez Apocalypse 13:16, 17, avec la classe.)

Après la vision de la bête de la mer, Jean voit une bête s’élevant de la terre. Cette bête de la terre supportera la bête de la mer et encouragera même les gens à l’adorer (Apo. 13:12), tout comme le dragon avait déjà encouragé l’adoration de la bête (Apo. 13:4).


Maintenant, avec la venue de la bête de la terre, cette revendication de la bête de la mer à être adorée est réaffirmée. La bête de la terre fait tout en son pouvoir politique pour favoriser l’adoration de la bête de la mer. Le langage de la vision de Jean rappelle l’histoire de Daniel 3 où Nabuchodonosor a érigé une statue qui était la réplique de celle de son rêve, dans Daniel 2, et puis il a ordonné à tous les peuples d’adorer cette image. Ceux qui refusaient étaient tués (Dan. 3:4, 7). De même, la bête de la terre « fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués » (Apo. 13:15, LSG).


Le texte biblique d’Apocalypse spécifie comment cette adoration de la bête de la mer se manifestera: l’adorateur de la bête reçoit la marque sur la main et sur le front (Apo. 13:16). Pour le juif fidèle, ce langage évoque la vieille coutume (Deut. 6:8) de lier les commandements sur la main et sur le front pour symboliser sa soumission totale aux commandements de Dieu (voir Prov. 3:3, 6:21, 7:3), impliquant les deux actions (la main) et la pensée (le front). Le même symbole apparait dans Apocalypse 14:9, où il était associé à la foi en la création, ce qui suggère une indication plus précise du sabbat (voir la leçon 6). Un certain nombre d’indices donnent à penser que la bête de la terre se réfère aux États-Unis d’Amérique. Cette prophétie n’a pas encore été complètement accomplie. Les indices suivants aideront à confirmer l’identité de la bête de la terre:


  1. Cette puissance est différente de la bête de la mer: elle n’est pas religieuse; elle n’est pas adorée (Apo. 13:12, 15). C’est une puissance politique; elle peut tuer (Apo. 13:15) et fonctionne comme une puissance économique; elle détermine qui peut acheter ou vendre (Apo. 13:17).

  1. Cette puissance entre en importance après la bête de la mer, et elle commence à agir immédiatement après que la bête de la mer ait reçu sa blessure (Apo. 13:12); par conséquent, avant la fin du XVIIIe siècle.

  1. Cette puissance a un caractère rassurant. Elle ressemble à l’agneau (Apo. 13:11) qui est le symbole de Jésus-Christ dans sa vulnérabilité. Pourtant, elle parle comme un dragon; elle a un immense pouvoir. En outre, il s’agit de la « terre » – une partie peu peuplée de la terre, contrairement à la bête de la mer (voir Apo.17:15).

  1. Cette puissance exerce une grande influence politique et culturelle sur le monde; c’est une superpuissance.

Le prophète biblique n’accuse pas seulement ces puissances maléfiques. L’intention spirituelle derrière la révélation des mouvements de l’histoire n’est pas de jouer le juge et de pointer du doigt contre les personnes.


Au contraire, l’intention est de nous pousser à sortir de Babylone (Apo. 18:2) et de fortifier notre foi et notre espérance (Apo. 13:10). C’est pour instaurer la confiance en la parole de Dieu et en Sa maitrise de l’histoire et de nous exhorter à adorer le seul vrai Dieu.


Discussion: Quelles caractéristiques de la bête de la terre répondent aux caractéristiques des États-Unis d’Amérique? Quels sont les évènements contemporains pointant dans la direction des États-Unis d’Amérique dans l’accomplissement de son rôle prophétique comme indiqué dans l’Apocalypse? Qu’est-ce qui fait du sabbat le test idéal de l’adoration? Que signifie sortir de Babylone? Quel est l’effet de l’accomplissement des prophéties sur votre vie spirituelle? Comment l’association paradoxale de l’agneau et du dragon caractérise-t-elle les États-Unis dans la prophétie? Comment cette association paradoxale rappelle-t-elle la petite corne avec des caractéristiques humaines?


ÉTAPE 3—Appliquer


Coin du moniteur: L’internet est plein de leçons sur la prophétie. Paradoxalement, les gens ne croient pas en Dieu parce qu’ils pensent que c’est une foi naïve; mais ils s’enfoncent dans les horoscopes et consultent avidement les diseurs de bonne aventure. Pourquoi?


Application:


Comment pouvons-nous nous protéger contre les interprétations très éloignées du livre de l’Apocalypse?


Pourquoi avons-nous tant d’interprétations différentes et même contradictoires du livre de l’Apocalypse de nos jours?


ÉTAPE 4—Créer


Coin du moniteur: Discutez du document suivant rapportant le voyage du pape François aux États-Unis:


« Il est venu comme un berger et est allé partout paitre son troupeau, avec le contact humain qui a captivé les sceptiques … Nous avons vu des éléments de ce spectacle avant: Paul VI fut le premier pape à se rendre aux États-Unis, en 1965, quand Vatican II venait juste de commencer... Jean Paul II a fait sept visites aux États-Unis pendant son règne de 27 ans… Mais rien de cela n’a eu lieu à l’ère de l’Instagram, lorsque chacun des millions qui sont venus le voir pouvaient partager l’expérience avec des millions d’autres… Il est le premier pape à faire un lieu de rencontre sur Google et le premier à réunir plus de 20 millions d’adeptes et de fans sur Twitter » – Time, October 5, 2015, pp. 36, 40).


Activités: Cherchez des documents récents des magazines populaires qui parlent de la prophétie d’Apocalypse 13.


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


*9 au 15 juin


Le sceau de Dieu ou


la marque de la Bête?


Sabbat Après-Midi


Lecture de la semaine: Genèse 17:9-11; Exode 31:13, 17; Apo. 13:17; Eph. 1:13, 14; Hébreux 4:9, 10.


Verset à mémoriser: « Tes œuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout puissant! Tes voies sont justes et véritables, Roi des nations! » (Apocalypse 15:3).


Le cantique de Moïse et de l’Agneau commence par les paroles de notre verset à mémoriser de cette semaine. Il est chanté par « ceux qui avaient vaincu la bête, et son image, et le nombre de son nom », alors qu’ils sont sur la mer de verre dans le ciel (Apo. 15:2). Comment pouvons-nous être parmi ce nombre?


Un des signes les plus révélateurs du vrai peuple de Dieu des derniers jours est leur proclamation du message du troisième ange, qui met en garde contre la réception de la marque de la bête. Cependant, malgré qu’il n’y ait pas de plus sérieux avertissements dans toute la Bible que cela, beaucoup d’idées confuses quant à ce qu’est cette marque ont été proposées au cours des années: un code à barre sur le front, un numéro de carte de crédit ou une identification biométrique.


Nous ne devrions pas être surpris par la prolifération des idées confuses à Babylone. Après tout, son nom signifie « confusion ». Mais le peuple du reste de Dieu a besoin d’une compréhension claire de ce sujet afin de proclamer le message du troisième ange avec puissance. Cette semaine, nous allons essayer de mieux comprendre ce qu’est la marque de la bête et comment l’éviter – en recevant le sceau de Dieu.


* Étudiez cette leçon pour le sabbat 16 Juin.



Leçon


11


(page 88 du guide standard)


10 Juin


Le signe de Dieu identifiant Son peuple


À l’époque de l’Ancien Testament, il y avait deux signes extérieurs identificateurs du vrai peuple de Dieu. L’un d’eux était la circoncision. À qui ce signe était-il donné pour la première fois? Genèse 17:9-11; Exode 31:13, 17.


Dieu avait demandé à Abraham et ses descendants d’être circoncis, en guise de signe de l’alliance du salut. Les hommes devaient être circoncis le huitième jour après la naissance (Lev. 12:3). Toutefois, ce rituel avait une signification plus profonde. Il était destiné à symboliser la nécessité d’une « circoncision » ou d’un renouvèlement du cœur (voir Deut. 30:6). C’est pourquoi Paul écrit: « Le Juif, ce n’est pas celui qui en a les dehors; et la circoncision, ce n’est pas celle qui est visible dans la chair. Mais le Juif, c’est celui qui l’est intérieurement; et la circoncision, c’est celle du cœur, selon l’esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu. » (Rom. 2:28, 29, LSG).


Les textes tels que 1 Corinthiens 7:19, Galates 5:6 et 6:15 montrent que, dans le Nouveau Testament, la circoncision a été remplacée par le baptême, qui symbolise la transformation, une « nouvelle création », une mort au péché et une résurrection à une vie nouvelle (cf. Rom. 6:3, 4). C’est pourquoi Paul dit que la circoncision n’est plus importante et que c’est « un service par la foi et par amour » et l’obéissance aux « commandements de Dieu » qui comptent vraiment (Rom. 2:25-27).


Quel est le deuxième signe extérieur que Dieu a donné pour identifier Son peuple, et pourquoi l’avait-Il donné? (Exode 31:13, 17; Ézéchiel 20:12, 20).


Notez que le sabbat comme un signe a son origine à la création (voir Gen. 2:2, 3), tandis que la circoncision a commencé seulement avec Abraham. Ainsi, Jésus dit, en se référant à la Genèse, que « le sabbat a été fait pour [l’humanité] » (Marc 2:27). Il montre que nous appartenons à Dieu, par la création, parce qu’Il nous a créés, et par la rédemption, parce qu’Il nous justifie et nous sanctifie. Ainsi, bien que Paul dise que la circoncision n’est plus importante, il fait valoir que l’observation des commandements de Dieu (y compris le sabbat) est toujours importante (voir Hébreux 4:9)


Comment vos pensées et vos intentions révèlent-elles si oui ou non vous avez vraiment été circoncis dans le cœur?


Dimanche


(page 89 du guide standard)


11 Juin


La bête et la fausse adoration


Lisez Lisez les textes suivants. Qu’est-ce qu’ils nous enseignent sur combien il importe d’éviter « la marque de la bête »? Apo. 13:17; 14:9, 10; 16:2.


Recevoir la colère sans mélange de Dieu, être punis par les sept derniers fléaux, et en fin de compte, jetés dans l’étang de feu. Quel contraste avec ceux qui ont refusé la marque de la bête et qui sont debout sur la mer de cristal, en chantant triomphalement la louange à Dieu et à l’Agneau!


Quelle est cette marque que personne ne voudrait recevoir? De toute évidence, les versets ci-dessus se rapportent à une fausse adoration. En outre, comme nous l’avons vu dans une leçon précédente, la quatrième puissance de Daniel 7 dans sa dernière phase (également décrite comme la bête de la mer d’Apocalypse 13), « espèrera changer les temps et la loi » (Dan. 7:25). Une loi que cette bête a changée est le sabbat, le quatrième commandement, le seul des dix qui se réfère au temps et qui pointe directement vers Dieu comme celui qui « a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour » (Exode 20:11).


Évidemment, le message du premier ange nous ramène à ce commandement que la bête a essayé de changer, et l’ange dit clairement que nous devons adorer le Seigneur seul comme Créateur. En fait, les sept versets se référant à l’adoration dans l’Apocalypse 12-14, ce verset (Apo.14:7) est le seul qui évoque la véritable adoration; les six autres mettent en garde contre la fausse adoration, c’est-à-dire, adorer la bête et son image (Apo. 13:4, 8, 12, 15; 14:9, 11). Immédiatement après la description par le troisième ange du sort de ceux qui se livrent à cette fausse adoration, les vrais adorateurs de Dieu sont décrits: « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus » (Apo. 14:12).


En d’autres termes, la proclamation de ces trois messages répartie toute l’humanité en deux groupes: ceux qui adorent le Créateur en gardant tous Ses commandements, y compris le commandement du sabbat du septième jour, et ceux qui adorent la bête et son image. Donc, cette fausse forme d’adoration propose une alternative au fait d’adorer le Créateur en gardant le commandement du sabbat.


Pensez davantage à la relation intrinsèque entre l’adoration et la loyauté. Quels aspects de l’adoration sont essentiels dans notre loyauté à Dieu?


Lundi


(page 90 du guide standard)


12 Juin


Le sceau de Dieu


Un sceau, tout comme une signature, est utilisé pour authentifier un document. Dans l’antiquité, c’était un timbre pressé sur la cire molle ou l’argile pour montrer l’authenticité ou la propriété, et portant l’autorité de son propriétaire à l’arrière-plan.


Qu’est-ce que le sceau de Dieu, et comment et quand est-il donné? Eph. 1:13, 14; 4:30; 2 Timothée 2:19; Apocalypse 7:1-4; 14:1.


Le sceau de Dieu est un signe de la propriété de Dieu et de la protection de Son peuple. Paul décrit le sceau dans le cadre de la conversion et de la réception du don du Saint-Esprit. Il appelle ce don, un « dépôt » ou un « gage » donné à tous les croyants comme une promesse de la rédemption complète et de l’héritage futur qu’ils recevront au retour de Jésus.


Le livre de l’Apocalypse décrit un autre scellement, juste avant le second avènement. Ce sceau final est donné aux 144,000 au moment de l’effusion de l’Esprit Saint lors de la pluie de l’arrière-saison. Ils ont le nom de Dieu (ou la signature) écrit sur leurs fronts. Grâce à l’œuvre de l’Esprit Saint dans leur vie, ils reflètent le caractère de Dieu.


Comparez le sceau de Dieu avec la marque de la bête. Quelles différences y’a-t-il entre les deux? Apocalypse 7:3, 14:9.


Le sceau est donné aux vrais adorateurs de Dieu, tandis que la marque est donnée aux adorateurs de la bête. Le sceau est donné seulement sur le front, indiquant un choix précis de la pensée pour adorer Dieu tel qu’Il le recommande. La marque, en revanche, est donnée soit sur le front ou sur la main. Cela signifie que les gens peuvent adorer la bête de deux manières. Soit dans leur esprit, ils sont d’accord avec elle, pensant qu’ils adorent vraiment Dieu, ou soit, ils ne sont pas d’accord avec elle mais ils acceptent faire ce qu’elle demande parce qu’ils ont peur des conséquences graves de leur opposition, telles que l’impossibilité d’acheter ou de vendre et d’être finalement tués (Apo. 13:17, 15).


« Ceux qui s’unissent avec le monde reçoivent le train de vie du monde et se préparent pour la marque de la bête. Ceux qui sont méfiants à l’égard de soi, qui s’humilient devant Dieu et qui purifient leurs âmes en obéissant à la vérité, sont ceux qui reçoivent le moule céleste et se prépare pour recevoir le sceau de Dieu sur leurs fronts. » – Ellen G. White, Testimonies for the Church, vol. 5, p. 216.


Mardi


(page 91 du guide standard)


13 Juin


La marque de la bête


Quelle est cette marque si redoutable? Comme nous l’avons vu dans une leçon précédente, la quatrième bête de Daniel 7, dans sa dernière phase (également représentée par la bête de la mer d’Apocalypse 13), « [espère] changer les temps et la loi » (Dan. 7:25). Une loi qu’elle a changée est le sabbat, le quatrième commandement, le seul commandement qui pointe directement Dieu comme celui qui « a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et Il s’est reposé le septième jour » (Exode 20:11).


Cependant, le message du premier ange dit clairement – en pointant le lecteur à ce même commandement, celui que la puissance de la bête a essayé de changer – que nous devons adorer le Seigneur seul en tant que Créateur. Puis, après un avertissement sur le sort de ceux qui adorent plutôt la « bête et son image » (Apo. 14:9), le peuple fidèle de Dieu est représenté au verset 12.


Lisez Apocalypse 14:12. Compte tenu du contexte immédiat, comment cette description du peuple fidèle de Dieu nous aide-t-elle à comprendre pourquoi le sabbat est si central aux évènements de la fin des temps?


Le texte dit: « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. » (Apo. 14:12, LSG). Comme nous l’avons vu, « les commandements de Dieu » incluent le quatrième commandement, le sabbat, qui pointe Dieu comme le Créateur, et le seul qui soit digne d’être adoré. Pas étonnant, donc, que beaucoup considèrent la question de la « marque de la bête » comme étant directement liée à la question de l’adoration du dimanche, un « sabbat » contrefait, que Dieu n’a jamais ordonné dans la Bible, plutôt que d’observer le quatrième commandement, qui fait objet d’un commandement dans la Bible.


Cela signifie-t-il que les chrétiens qui adorent Dieu le dimanche ont maintenant la marque de la bête? Non. Selon Apocalypse 13:15, ceux qui refusent de se joindre à cette fausse adoration de la bête seront tués. Elle finira par devenir une question de vie ou de mort. Évidemment, les évènements n’ont pas encore atteint ce niveau, et la marque de la bête ne sera donnée qu’après ce dernier test. Par conséquent, personne n’a encore reçu la marque de la bête.


Les commandements de Dieu. La foi de Jésus. Pourquoi ces caractéristiques sont-elles des aspects cruciaux de ce que cela signifie d’être un vrai chrétien même maintenant?


Mercredi


(page 92 du guide standard)


14 Juin


Le sabbat comme sceau


Comme nous l’avons vu, le sabbat du septième jour a été un signe du vrai peuple de Dieu tout au long de l’histoire, en commençant par Adam et Ève et pendant la période du royaume d’Israël. Nous le voyons aussi perpétué dans l’église du Nouveau Testament avec la pratique de Jésus et des apôtres et comme un signe distinctif du peuple de Dieu des derniers jours, ceux qui « gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus » (Apo. 14:12).


Pourquoi le jour du sabbat est-il si important, et que signifie cette importance pour les chrétiens? Exode 20:8-11; Hébreux 4:9, 10.


Le sabbat apparait au cœur des dix commandements. Il a été donné par le Créateur comme un signe ou un sceau de Son autorité. Il L’identifie par Son nom, « Le Seigneur ton Dieu ». Il identifie le territoire de Sa juridiction, « les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu ». Il identifie également la base de Son autorité, « en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer … et Il s’est reposé le septième jour »


Le Nouveau Testament identifie Jésus comme celui par qui Dieu a fait toutes choses (Jean 1:1-3; Col. 1:16; Hébreux 1:1, 2). C’est Jésus qui a créé notre monde en six jours et s’est reposé le septième jour. Par conséquent, Il est hautement significatif que, alors que Jésus pendait encore sur la croix le vendredi après-midi, Il s’écria (Jean 19:30): « Tout est fini » (PDV) ou « Tout est achevé » (NBS et TOB). Tout comme Il s’est reposé sur le sabbat après avoir terminé Son œuvre de création, Jésus s’est reposé dans la tombe pendant le sabbat après avoir terminé Son œuvre sacrificiel en mourant à notre place pour notre rédemption. Ainsi, le jour du sabbat est doublement béni, tout d’abord à la création puis à la croix. C’est pourquoi, selon le livre des Hébreux, en se reposant le jour du sabbat, le chrétien montre qu’il « se repose aussi de ses œuvres, comme Dieu [s’est reposé] des siennes » (Heb. 4:10, LSG). Le sabbat est un symbole parfait du fait que nous ne pouvons pas nous sauver nous-mêmes, que du début jusqu’à la fin, c’est l’œuvre de Christ, rendue possible par la foi qui nous sauve (cf. Hébreux 12:2).


Si le sabbat symbolise le repos de nos travaux, que représente l’observance du dimanche, et comment cela cadre-t-il parfaitement avec le caractère fondamental de Babylone?


Jeudi


(page 93 du guide standard)


15 Juin


Réflexion avancée: « Aussitôt que les enfants de Dieu sont scellés au front – ce n’est pas un sceau ou une marque que l’on peut voir, mais plutôt une vie dans la vérité, aussi bien intellectuellement que spirituellement, afin que personne ne puisse enlever ce sceau – dès que le peuple de Dieu est scellé et préparé pour l’épreuve, elle arrive. En effet, elle a commencé déjà; les jugements de Dieu sont maintenant sur la terre ... afin que nous sachions ce qui va arriver. » – Ellen G. White, The Faith I Live By, p. 285.


« La question du jour de repos – le point de la vérité particulièrement contesté – sera la grande pierre de touche de la fidélité. Lorsque les humains seront soumis à cette épreuve finale, une ligne de démarcation claire et précise sera établie entre ceux qui servent Dieu et ceux qui ne Le servent pas. D’une part, l’observation du faux jour de repos, conformément à une loi de l’État opposée au quatrième commandement, constituera la soumission à une autorité en conflit avec celle de Dieu; et, d’autre part, l’observation du vrai jour de repos selon la loi de Dieu sera une preuve de fidélité au Créateur. Tandis que les uns, en acceptant le signe de leur soumission au pouvoir terrestre, prendront la marque de la bête, les autres, en choisissant le signe de la fidélité à l’autorité divine, recevront le sceau de Dieu. » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 535.


Discussion:


Quels sont les moyens par lesquels nous pouvons dire aux autres la vérité sur la marque de la bête et le sceau de Dieu et qui ne causent pas des conflits inutiles? Par exemple, Pourquoi devons-nous insister sur le fait que personne n’a actuellement la marque de la bête?


Comment le sabbat et le scellement du Saint-Esprit sont-ils liés?


Réfléchissez sur l’idée qui précède le sceau comme « une vie dans la vérité, aussi bien intellectuellement que spirituellement. » Qu’est-ce que cela signifie?


x Discutez de ce qui caractérise la Babylone spirituelle, ses valeurs et ses méthodes. Comment sont-elles différentes des valeurs du royaume de Dieu? Comment certaines des valeurs de Babylone peuvent-elles être rampantes dans notre propre église même maintenant? Comment pouvons-nous apprendre à les reconnaitre et chercher à les délaisser, toutefois d’une manière chrétienne, qui reflète les valeurs du royaume de Dieu?


Vendredi


(page 94 du guide standard)


Produit par le Comité de la Conférence Générale pour la Mission Adventiste. Site Web: www.AdventistMission.org


Histoire Missionnaire


Mon mari, mon champ


par une femme adventiste aux États-Unis


Mon mari et moi avons toujours voulu être des missionnaires adventistes du septième jour. Nous avons tous deux servi comme étudiants missionnaires dans différentes parties du monde, et nous sommes devenus volontaires après le mariage. C’était une merveilleuse expérience pendant 10 ans. Nous avons servi dans trois pays et semé de nombreuses graines que Dieu arroserait plus tard. Mais je m’ennuyais de plus en plus avec mon mari. Au début, c’était des petites choses telles que toujours ajuster son col de chemise. Il pouvait faire un repas mais ne pouvait pas se rappeler où retourner les ingrédients dans le placard. On pouvait tomber d’accord sur une date, mais il l’annulerait lui-seul au dernier moment en faveur de quelque chose qui aurait attiré son attention.


J’ai exprimé ma frustration chez ma mère par téléphone. Elle m’a appelée hypercritique et m’a sermonnée d’être une bonne femme. Ma mère a changé d’avis lorsque nous sommes retournés sur le terrain missionnaire et avons vécu avec elle pendant un certain temps. Elle a vu que mon mari nous surprenait en faisant la vaisselle, mais ensuite, nous ne retrouvions pas où il avait mis les plats dans les placards. Ma mère s’est excusée auprès de moi, disant: « je suis désolée, chérie, car je pensais que c’était juste toi. Mais tu dois toujours lui pardonner et le respecter. »


Le cœur de mon mari est toujours aussi bon. Il veut être utile. Cependant, quand nous vivons avec lui jour et nuit, ses efforts ne sont pas toujours utiles, mais plutôt fatigants parce qu’il nous crée plus de travail. Il a continué au point que j’avais perdu tout respect pour lui. Je ne pouvais pas faire confiance à sa parole. Ne sachant pas vers qui se tourner, j’ai demandé l’avis d’un conseiller respecté des Adventistes du septième jour. Quand j’ai décrit le comportement de mon mari, le conseiller m’a arrêté: « Pensez-vous qu’il est possible que votre mari ait un TDAH? », dit-il. TDAH ou trouble du déficit d’attention et d’hyperactivité, est un trouble lié aux fonctions exécutrices du cerveau et est caractérisé par des difficultés à faire attention, se manifestant par un comportement impulsif et l’hyperactivité. Ainsi, 18 ans après le mariage, j’ai finalement compris pourquoi mon mari agissait ainsi. J’ai dû laisser tomber mes attentes et me rendre compte que Dieu voulait travailler dans mon cœur. J’aime mon mari. Nous pouvons ne plus être missionnaires d’outre-mer à nouveau, et ce n’est pas un problème pour moi. Ellen White a dit, « notre travail pour Christ doit commencer avec la famille, à la maison… Il n’y a aucun champ missionnaire plus important que cela » (Testimonies for the Church, vol. 6, p. 429).


J’ai trouvé mon champ missionnaire.



Commentaires pour les moniteurs


La leçon en bref


Texte clé: Apocalypse 14:9


Objectifs:


Savoir: Connaitre la signification du sceau de Dieu et de la marque de la bête qui caractériseront, respectivement, le peuple de Dieu et ceux qui adorent la bête dans les derniers jours de l’histoire humaine.


Ressentir: Apprécier la signification spirituelle du sceau comme signe d’une relation personnelle et d’amour avec le Dieu qu’il ou elle adore.


Agir: Réaffirmer son attachement au Créateur et Sauveur, pour s’assurer que nous faisons partie du camp de Dieu au lieu du camp du diable.


Plan de l’étude:


  1. Savoir: Le sens du sceau

A Que représente l’image du « sceau »?


B Pourquoi la « marque » est-elle mise sur le front ou sur la main?


C Quelle est la différence entre le sceau de Dieu et la marque de la bête?


  1. Ressentir: Le but de l’adoration

A Pourquoi adorons-nous?


B Pourquoi la foi en la création est-elle une expression de notre dépendance de Dieu?


C Pourquoi le sabbat est-il le signe de la véritable adoration?


III. Agir: L’adoration c’est la vie


A Comment devrions-nous observer le sabbat en tant que signe de la véritable adoration?


B Pourquoi l’adoration est-elle plus qu’une simple observation du sabbat?


C Comment l’observation du sabbat affecte-t-elle notre vie quotidienne?


Résumé: Le sceau de Dieu indique notre appartenance à Dieu, notre Créateur et Sauveur, et c’est donc un signe de vie et d’espoir. La marque de la bête, en revanche, indique l’apostasie, et c’est donc un signe de perte et de mort.


Cycle d’apprentissage


ÉTAPE 1—Motiver


Pleins feux sur l’Écriture: Éphésiens 1:12-14


Concept clé de croissance spirituelle: Le sceau de Dieu est tout un processus qui implique l’œuvre de l’Esprit Saint, confirmant que nous avons « entendu la parole de la vérité » (Eph. 1:13, LSG). Cela signifie que le sceau n’est pas un badge magique et arbitraire. Tout comme la circoncision ou le baptême, le sceau de Dieu est un signe de l’alliance entre Dieu et Son peuple. Ce signe correspond à un état interne de la sainteté et se rapporte à la vie de foi. Le signe est vu dans le cœur des enfants de Dieu, dans l’intimité de leurs pensées et de leurs sentiments; il exprime leur amour pour Dieu. On le voit également dans la dynamique de leurs actions, qui exprime l’authenticité de leurs réponses à Dieu.


Coin du moniteur: La leçon de cette semaine est une partie de notre préparation pour la lutte finale qui fera la différence entre les deux camps: les justes et les méchants. Le défi est donc d’informer et d’expliquer le sens et l’importance du signe qui identifie les justes (le sceau de Dieu), à la différence du signe qui révèlera les méchants (la marque de la bête). Examinez le rôle du sabbat dans ce processus.


Discussion d’ouverture: Certains chrétiens interprètent littéralement la marque de la bête, par exemple, comme un code à barres, un numéro de carte de crédit, ou comme une certaine identification biométrique. Trouvez un élément représentatif de chacune de ces trois interprétations littérales et identifiez les arguments qui les soutiennent.


Discussion: Pourquoi ces applications littérales de la marque de la bête contredisent-elles le point de vue spirituel et symbolique du livre de l’Apocalypse? Quels sont les indices dans le texte biblique qui suggèrent plutôt une application spirituelle de la marque de la bête?


ÉTAPE 2—Explorer


Coin du moniteur: Jean, le prophète de l’Apocalypse, utilise une série d’images et de notions qu’il emprunte à l’Ancien Testament pour suggérer un contraste frappant entre ceux qui reçoivent le sceau de Dieu comme un signe de leur appartenance à Lui et ceux qui reçoivent la marque de la bête comme un signe de leur allégeance à la bête. Décodez le langage symbolique et discutez des questions suivantes:


1 Quelle est la signification de la réception de la marque « sur le front ou sur la main »?


2 Qu’implique cette procédure en ce qui concerne la relation avec la bête?


3 Quelles leçons ces images laissent-elles sur la question cruciale de l’adoration?


4 Quelle est la place du sabbat dans ce drame qui aura lieu à la fin des temps?


5 Comment le sabbat est-il lié au sceau de Dieu et à la marque de la bête?


Commentaire biblique


  1. Le sceau de Dieu (Examinez Apocalypse 7:1-4, 9:4 avec la classe).

Dans le cadre de la vision des sept sceaux (Apocalypse 6:1-8:1) – immédiatement après le sixième sceau, qui s’ouvre avec la colère de Dieu (Apo. 6:17) – le prophète Jean voit le « sceau de Dieu » qui marque ceux qui survivront à la colère de Dieu (Apocalypse 7:3). Ce sceau particulier contraste avec les autres sept sceaux. Alors que les sept sceaux apportent un message de destruction et de mort, ce sceau porte la promesse du salut et de la vie. De même, alors que les autres sceaux impliquent l’idée de confidentialité, ce dernier révèle la propriété.


Les gens de l’ancien temps apposaient souvent un cachet sur les marchandises afin d’attester leur appartenance. Ce sceau se composait d’un morceau de métal ou d’une pierre précieuse (Exode 28:11, Esther 8:8), dans laquelle le nom du propriétaire ou d’un symbole qui le représente était gravé. Le sceau était conçu pour être appuyé sur la terre battue qui fermait le document ou la marchandise. Dans la vision prophétique de Jean, le sceau était placé sur le front pour sauver le peuple de Dieu des catastrophes à venir (Apo. 7:3, 9:4). Le prophète Ézéchiel se réfère à la même fonction de protection de la marque sur le front (Ézéchiel 9:4-6, cf. Gen. 4:15). Dans ce passage d’Ézéchiel, le sceau marque seulement ceux qui adorent le Dieu vivant, le Créateur, pour les distinguer de ceux qui « se prosternaient à l’orient devant le soleil. » (Ézéchiel 8:16, LSG).


La vision d’Apocalypse 7 exprime la même signification. Elle contient une séquence qui nous ramène au récit de la création. En fait, la séquence « terre, mer, arbres » (Apocalypse 7:3) est identique à celle du récit de la création elle-même (Comparez à Genèse 1:9-13). Ainsi, la mention de cette séquence souligne le fait que le sceau marque ceux qui reconnaissent Dieu comme leur Créateur, ceux qui Lui appartiennent (Psaume 24:1, 2; 100:3, 89:12, 13). Être scellé par Dieu signifie que nous et tout ce que nous avons et sommes, nous Lui appartenons, c’est Lui qui a tout créé.


Considérez ceci: Qu’est-ce qui est le signe visible que le peuple de Dieu a reçu le « sceau de Dieu »?


  1. La marque de la bête (Examinez Apocalypse 13:15, 16; 14:9, avec la classe.)

Pour rivaliser avec Dieu et confondre les êtres humains, l’ennemi de Dieu, représenté par « la bête », a également produit sa propre marque comme signe d’allégeance. Le livre de l’Apocalypse décrit cette marque comme étant estampillée sur la main droite ou sur le front (Apo. 13:16). Ce symbole a été emprunté au livre de Deutéronome, où il symbolise la fidélité à la loi de Dieu. Pour s’assurer que les enfants d’Israël n’oublient pas de conserver les paroles de Dieu et Ses commandements dans leur cœur, Dieu a recours à une image: « Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux. » (Deut. 6:8, LSG; comparez à Exode 13:9). Pourtant, aujourd’hui, les Juifs appliquent ce dispositif mnémonique littéralement et lient le tefillin (« phylactères ») sur la main et sur le front pour se rappeler de leur soumission totale à la loi de Dieu, ce qui inclut à la fois les actions (la main) et la pensée (le front).


Tout comme le « sceau de Dieu » sur le front est un signe qui rappelle au peuple de Dieu de se soumettre à Ses commandements, la « marque de la bête » sur la main ou sur le front est un signe d’engagement qui caractérise les adorateurs de la bête. En fait, comme le précise le troisième ange, c’est la question de l’adoration qui est en jeu ici. L’avertissement « si quelqu’un adore la bête » est expliqué dans l’instruction parallèle « …et reçoit sa marque sur son front ou sur sa main » (Apo. 14:9). La conjonction grecque kai, « et », qui introduit cette déclaration correspond au mot explicatif hébreu waw, signifiant un lien direct entre l’adoration de la bête et la réception de sa marque.


Considérez ceci: Pourquoi la « marque de la bête » est-elle un signe d’adoration? Comparez la « marque de la bête » au « sceau de Dieu ». Pourquoi l’adoration est-elle la question cruciale de la phase finale du grand conflit?


III. Le sabbat, signe d’adoration (Examinez Genèse 2:1-3 et Exode 20:8-11 avec la classe).


L’histoire de l’humanité a commencé le jour du sabbat, un temps d’adoration. Le sabbat marque par conséquent, la première adoration humaine dans l’histoire, en effet la première réponse humaine au don divin de la création. Il est également significatif que le sabbat, qui se rapporte à la création, occupe le centre géographique du décalogue. Cette place est aussi vraie sur le plan thématique: le sabbat se réfère à la fois à notre relation avec Dieu (comme les commandements 1 à 3) et à notre relation avec nos semblables humains (comme les commandements 5 à 10).


Il est intéressant de remarquer que dans les anciens documents d’alliance, le sceau était placé au centre pour s’assurer que personne ne peut manipuler ou effacer l’accord. La place du sabbat au centre du décalogue est une indication que c’était censé être le sceau du Créateur (cf. leçon 6, étape 2, section III. Un signe des temps).


Discussion:


1 Le sabbat est le seul commandement du décalogue qui a été contesté (et modifié) dans le christianisme traditionnel. Pourquoi le sabbat est-il le seul commandement qui a été et est encore contesté?


2 Comment le changement du sabbat affecte-t-il la relation entre chrétiens et Juifs?


ÉTAPE 3—Appliquer


Coin du moniteur: Le sabbat du septième jour se réfère à la création, selon le quatrième commandement, tandis que la tradition catholique du dimanche se rapporte à la résurrection. Discutez avec votre classe de comment ces deux explications différentes sur quel jour observer ont affecté leurs manières respectives de pensée.


Application:


Comment devrions-nous garder le sabbat dans nos familles, pour qu’il soit pertinent et pour tenir compte de sa fonction comme le sceau de Dieu?


Quelle est la différence entre ce qui se fait le dimanche par les autres chrétiens et ce qui est fait par les Adventistes du septième jour le jour du sabbat?


ÉTAPE 4—Créer


Coin du moniteur: Observez et analysez les services d’adoration dans votre église et comparez-les avec les services d’adoration dans d’autres églises ou religions. Discutez de la signification de l’adoration avec votre classe.


Activités: Préparez un service liturgique de sabbat qui exprime la théologie adventiste du septième jour sur l’adoration?


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


*16 – 22 Juin


Babylone et Harmaguédon


Sabbat Après-Midi


Lecture de la semaine: Apocalypse 14:8; 16:19; Ésaïe 52:9; Apocalypse 18:1-10; 16:12-16; 1 Rois 18:1-40; 1 Corinthiens 15:1, 2.


Verset à mémoriser: « Sur son front était écrit un nom, un mystère: BABYLONE LA GRANDE, LA MÈRE DES IMPUDIQUES ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE. » (Apocalypse 17:5, LSG).


Le livre de l’Apocalypse, comme nous l’avons déjà vu, est plein d’images et d’un langage, directement tirés de l’Ancien Testament. Par exemple, le nom de Babylone apparait six fois dans l’Apocalypse. Mais il ne parle pas du royaume antique de Nabuchodonosor, qui était effacé de l’histoire mondiale des centaines d’années plus tôt. Au contraire, Jean utilisait des images de l’Ancien Testament pour exprimer une vérité. Dans ce cas, Babylone, une grande puissance politico-religieuse qui a opprimé le peuple de Dieu – décrit maintenant les puissances religieuses et politiques massives qui chercheront à faire la même chose à la fin des temps.


Quelque chose de similaire se produit avec le mot Harmaguédon, qui apparait seulement dans l’Apocalypse, mais qui repose sur une expression hébraïque qui semble vouloir dire « Mont de Megiddo », une référence à un emplacement dans l’ancien Israël. Il existe beaucoup de spéculations sur Harmaguédon, et plusieurs personnes espèrent une bataille militaire massive qui aurait lieu à Megiddo, vers la fin du monde.


Cette semaine, nous étudions Babylone et Harmaguédon et cherchons à apprendre ce que la Bible nous dit avec ces images.


* Étudiez cette leçon pour le sabbat 23 Juin.



Leçon


12


(page 96 du guide standard)


17 Juin


« Le vin de sa fureur »


Lisez Apocalypse 14:8; 16:19; 17:5; 18:2, 10, 21, les six références à Babylone dans le livre de l’Apocalypse. En gardant à l’esprit l’histoire de Babylone telle que relatée dans l’Ancien Testament, qu’est-ce que ces textes nous apprennent sur Babylone telle qu’elle apparait dans le cadre des évènements des derniers jours?


Il a été dit que la Bible est un conte de deux villes, Jérusalem et Babylone. Alors que Jérusalem était la ville de Dieu et de Son peuple de l’alliance tout au long de la Bible (Psaume 102:21, Esa. 52:9, 65:19, Apo. 3:12), Babylone est synonyme de l’oppression, de la violence, de la fausse religion et d’une rébellion ouverte contre Dieu.


Pensez, par exemple, à la tour de Babel (Genèse 11:9). Le mot hébreu pour « Babel » est le même mot désignant le royaume de « Babylone ». Dans 1 Pierre 5:13, Pierre envoie des salutations de l’église de « Babylone », qui est généralement comprise comme signifiant – pas les ruines de l’ancien royaume situé dans l’Irak d’aujourd’hui, mais Rome elle-même, bientôt oppresseuse de l’église. Il s’agit d’une appellation intéressante à la lumière du livre de l’Apocalypse et du rôle de Rome tel que présenté dans ce livre.


Lisez Apocalypse 14:8 et 18:3. Que révèlent ces textes sur l’influence maléfique de Babylone sur le monde et le peuple de Dieu?


Il n’y a aucun doute que la puissance représentée par Babylone, comme décrite dans le livre de l’Apocalypse, est corrompue jusqu’à la moelle avec cette influence corruptrice qui s’étend dans le monde entier, sur un plan ou un autre. L’expression « le vin de la fureur de son impudicité! » (Apo. 14:8) est clairement une référence aux fausses doctrines, aux faux enseignements et pratiques de corruption et les conséquences qui en découlent. Babylone est une force maléfique qui s’est propagée à « toutes les nations » (Apo. 18:3). Par conséquent, chacun doit être vigilent de peur d’être corrompu aussi.


Regardez dans le monde aujourd’hui: la corruption, la confusion, l’oppression. Qu’est-ce que cela devrait nous apprendre sur notre besoin d’être ancré en Jésus et en Sa parole?


Dimanche


(page 97 du guide standard)


18 Juin


Babylone est tombée


Quelle que soit la corruption et l’influence de grande envergure de Babylone dans le monde, le livre de l’Apocalypse enseigne qu’un jour tout cela prendra fin.


Lisez Apocalypse 18:1-10. Que nous disent ces versets sur « Babylone la grande »?


Le message du deuxième ange (Apocalypse 14:8) sur la chute de Babylone est répété ici, dans Apocalypse 18:2. C’est l’expression de l’ampleur de la corruption de cette entité.


« La Bible déclare qu’avant la venue du Christ, Satan opèrera “avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité”, et que ceux qui “n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés” recevront “une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge”. Ce n’est que lorsque cet état de choses sera atteint, et que l’union de l’église avec le monde sera consommée dans toute la chrétienté, que la chute de Babylone sera complète. Ce changement est progressif, et l’accomplissement total du message du second ange est donc encore dans l’avenir. » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, pp. 339, 340.


Si cet « accomplissement total » est venu, Dieu seul sait. Mais ce que nous savons est que, selon ces textes, Babylone spirituelle devra un jour faire face au jugement de Dieu à cause de son grand mal. « Car ses péchés se sont accumulés jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités » (Apo. 18:5, LSG). Cette expression reflète aussi le langage de l’Ancien Testament sur l’ancienne Babylone (voir Jérémie 51:9) et signifie qu’un jugement imminent arrive.


Ce jugement à venir, bien sûr, ne devrait pas être une surprise. Après tout, l’ancienne Babylone avait aussi fait face à un jugement (voir Daniel 5). L’Écriture dans de nombreux endroits est très claire qu’un jour, chacun aura à répondre de ses actes, y compris Babylone. Combien il est réconfortant de savoir qu’en tant que chrétiens, nous avons un Intercesseur dans ce jugement qui plaidera en notre faveur (1 Jean 2:1; Dan. 7:22). Sans cette intercession, notre destin ne sera en rien mieux que celui de Babylone.


Comment pouvez-vous vous réconforter dans la promesse que l’injustice et l’iniquité qui semblent rester impunies maintenant recevront un jour un châtiment final de Dieu?


Lundi


(page 98 du guide standard)


19 Juin


Harmaguédon


Bien que la plupart de gens, dont beaucoup de chrétiens, ne sachent pas beaucoup sur le livre de l’Apocalypse, une image ou un mot de ce livre a fait le tour de la culture populaire: Harmaguédon (voir Apo. 16:16). Même dans la culture séculière, le mot est compris comme une lutte finale dans laquelle le sort de la terre est dans la balance. Hollywood a produit un film intitulé Armageddon sur un astéroïde géant s’apprêtant à détruire la planète. Dans une certaine mesure, l’idée de la fin du monde est aussi dans l’esprit des gens du monde.


Beaucoup de chrétiens familiers avec le livre de l’Apocalypse et qui croient en son contenu voient la bataille d’Harmaguédon comme un conflit littéral militaire au Proche-Orient vers la fin du monde. Une version de cette interprétation avance qu’une armée de 200 millions d’hommes d’Asie balayera le nord d’Israël. D’autres sont obsédés sur les divers conflits politiques et militaires dans cette partie du monde qui établiront, selon leur compréhension, la scène de la bataille militaire finale d’Harmaguédon dans la région de Megiddo.


Cependant, la Bible donne une image totalement différente. L’Écriture présente Harmaguédon comme le point culminant, non entre les nations belligérantes, mais entre les deux camps du conflit cosmique. C’est une lutte religieuse, pas économique, ni politique, quand bien même des facteurs économiques et politiques pourraient entrer en jeu.


Lisez Apocalypse 16:12-16. D’après ces textes seuls, que pouvons-nous apprendre sur Harmaguédon?



Tout d’abord, notez à quel point le langage ici est symbolique. Les esprits comme des grenouilles qui sortent de la bouche du dragon, de la bouche du faux prophète et de la bouche de la bête (références aux puissances d’Apocalypse 13; le « faux prophète » ici est une référence à la bête de la terre d’Apocalypse 13:11). Le grand conflit se manifeste ici aussi au moment où les « esprits de démons » (Apo. 16:14, LSG) sortent pour combattre au « grand jour du Dieu tout-puissant » (Apo. 16:14). Autrement dit, la guerre d’Harmaguédon aura lieu; c’est un conflit mondial entre les forces de Christ et de Satan. Ce n’est pas une bataille locale dans la région de Megiddo, pas plus que Babylone dans l’Apocalypse ne parle des évènements dans un coin de l’Irak moderne.


Lisez Apocalypse 16:15. Qu’il est fascinant qu’au milieu de ces évènements, Jésus nous encourage avec le message de l’évangile, à la fois avec la promesse de Sa venue et notre besoin d’être couverts de Sa justice. Comment cela nous aide-t-il à comprendre la nature spirituelle de la bataille dans laquelle nous sommes?


Mardi


(page 99 du guide standard)


20 Juin


Harmaguédon et le Mont Carmel: 1ère partie


Qu’est-ce alors cette grande bataille d’Harmaguédon? Tout d’abord, le nom semble signifier « Montagne de Megiddo. » Cependant, il n’y a aucune montagne dans la région connue comme Megiddo, mais le Mont Carmel est situé à proximité, et les érudits ont vu l’expression montagne de Megiddo comme une référence au Mont Carmel.


Plus précisément, les étudiants de la Bible ont vu l’histoire d’Élie et des faux prophètes de Baal au Mont Carmel comme un symbole, un type de ce qui se passera dans Apocalypse 13.


Comme nous l’avons vu hier, Apocalypse 16:13, avec sa mention du dragon, de la bête et du faux prophète, pointe en arrière aux évènements d’Apocalypse 13, la trinité contrefaite que nous avons vue dans la leçon 9.


Les questions d’Apocalypse 13 commencent à arriver à un point culminant dans les versets 13 et 14, lorsque la deuxième bête opère des actes surnaturels, « de grands prodiges, même jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. » (Apo. 13:13, LSG). Ces évènements conduisent alors à la confrontation directe entre Dieu et Satan, entre ceux adorant le vrai Dieu et ceux adorant « l’image de la bête » (Apo. 13:14).


Lisez 1 Rois 18:1-18. Qu’est-ce qui se passe dans cette histoire qui reflète en partie des choses qui se dérouleront dans les derniers évènements, comme on le voit dans le livre de l’Apocalypse?


À bien des égards, ce que nous voyons ici est un portrait saisissant du grand conflit. Élie exprime très clairement le problème au verset 18: les gens ont abandonné la loi de Dieu et adorent et suivent les faux dieux. Ceci n’a-t-il pas toujours été le problème, quels que soient les formes infinies et les façons dont ce mal s’est manifesté tout au long de l’histoire? Nous adorons, soit « Celui qui a fait le ciel, la terre, la mer et les sources d’eaux » (Apocalypse 14:7), ou soit quelqu’un ou quelque chose d’autre. Dans le cas d’Apocalypse 13 et les évènements qui s’y déroulent, au lieu d’adorer le Seigneur, les gens adorent la bête et son image. Il n’y a pas de demi-mesure. Nous sommes du côté de Dieu ou du côté de Satan. C’est l’importance des questions en jeu maintenant, et surtout dans la bataille d’Harmaguédon, où, comme on le voit dans l’histoire du Mont Carmel, la distinction devient très claire.


Mercredi


(page 100 du guide standard)


21 Juin


Harmaguédon et le Mont-Carmel: 2e partie


Lisez 1 Rois 18:18-40. Qu’est-ce qui se passe, comment l’histoire finit-elle, et (sans pousser trop loin les parallèles) comment cette histoire reflète-t-elle ce qui se passera – mais sur une plus grande échelle – quand le grand conflit atteint son point culminant à la fin des temps?


La bataille sur le Mont Carmel était engagée entre Élie, prophète de Dieu, et 450 prêtres de Baal. (Remarquez comment le mal est numériquement plus grand que le bien). C’était un test pour montrer qui est le vrai Dieu, le Dieu qui a créé les cieux et la terre, ou Baal, qui n’était rien d’autre qu’une autre manifestation du « dragon », et un autre moyen par lequel il cherche à séduire le monde (Apo. 12:9).


Les prêtres prient Baal d’envoyer le feu pour bruler leur sacrifice du taureau. Ils ont crié du matin jusqu’à midi. Et Élie de les ironiser: « Criez à haute voix … Peut-être qu’il dort » (1 Rois 18:27, LSG). Ces prêtres se lancèrent dans une frénésie. Ils s’incisèrent avec des épées jusqu’à faire couler du sang. Fatigués et usés, ils abandonnèrent la scène au moment de l’offrande du soir.


On versa trois fois de l’eau sur le sacrifice d’Élie, et l’eau déborda les tranchées. Élie fit une simple prière à Dieu. Et Dieu brula instantanément tout, même l’autel en pierre et le sol en dessous. La puissance du vrai Dieu contrairement à Baal était alors indubitable.


Lisez Apocalypse 16:13; 19:20, 21 et comparez ces textes avec le sort des faux prophètes de Baal. Que voyons-nous ici?


Quel que soit ce qui reste inconnu sur Harmaguédon, du moins pour l’instant, nous connaissons l’issue: la destruction des ennemis de Dieu et la manifestation de la justice de Dieu en faveur de Ses saints.


Lisez 1 Corinthiens 15:1, 2. Bien que le contexte immédiat soit différent d’Harmaguédon, quel est le point que Paul veut ressortir, et pourquoi il est important de se le rappeler, surtout à la lumière de ce qui arrive? Voir aussi Apocalypse 16:15, où le contexte est certainement Harmaguédon. Dans l’ensemble, qu’est-ce que ces textes nous disent?


Jeudi


(page 101 du guide standard)


22 Juin


Réflexion avancée: « À plusieurs endroits dans le récit de la bataille d’Harmaguédon, des créatures hideuses et des évènements redoutables forment l’arrière-plan d’un moment et d’un aperçu de la vérité plus personnelle. Comme nous l’avons vu, l’une des références est Apocalypse 16:15: « Voici, Je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte » (LSG). Ce texte, venant juste dans le seul contexte de la Bible où Harmaguédon est nommé, fait écho à plusieurs passages du Nouveau Testament sur la préparation personnelle aux évènements de la fin des temps et du retour de Jésus.


Un autre texte est Apocalypse 17:14: « Ils combattront contre l’agneau, et l’agneau les vaincra, parce qu’Il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec Lui les vaincront aussi » (LSG). Ici, la grande bataille finale implique une armée de gens dont le but principal n’est pas de détruire les autres avec des armes, mais d’être fidèles à leur vocation divine et à leur élection. C’est un genre très différent des conflits que les nations et les opérations insurgées mènent encore aujourd’hui. Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, la bataille d’Harmaguédon relève de l’esprit et de la pensée. C’est aussi une bataille pour le cœur, un cœur qui exprime une allégeance sincère à l’Agneau qui a été immolé (Apo. 5:9, 10, 12; 13:8). » – Jon Paulien, Armageddon at the Door (Hagerstown, Md.: Autumn House Publishing, a division of Review and Herald Publishing Association, 2008), p. 193.


Discussion:


Comment pouvez-vous aider quelqu’un qui croit que la plupart des évènements relatés dans le livre de l’Apocalypse auront lieu aux endroits littéraux mentionnés? Quelles approches pourraient les aider à voir pourquoi c’est une mauvaise façon d’interpréter les textes?


Comme nous l’avons vu, l’influence de Babylone s’étend partout dans le monde. Quels sont certains des enseignements de Babylone, et comment nous pouvons apprendre à les discerner et à les éviter?


Dans la référence d’Ellen G. White dans l’étude de lundi, elle dit: « Ce n’est que lorsque cet état de choses sera atteint, et que l’union de l’église avec le monde sera consommée dans toute la chrétienté, que la chute de Babylone sera complète ». Méditez sur l’expression « l’union de l’église avec le monde ». Quel avertissement puissant y trouvons-nous?


Vendredi


(page 102 du guide standard)


Produit par le Comité de la Conférence Générale pour la Mission Adventiste. Site Web: www.AdventistMission.org


Histoire Missionnaire


Vente de livres de miracle


par Kamil Metz


Helen Johnston s’est brusquement rendue compte alors qu’elle marchait dans une rue à Battle Creek, dans l’État américain du Michigan, qu’elle n’avait pas prié. Donc la représentante évangéliste et étudiante s’arrêta pour solliciter les conseils de Dieu. C’était les vacances 2015, et elle avait besoin de fonds pour les études. Quand Helen (photo ci-dessous) se dirigeait vers la porte suivante, elle entendit une voix dire: « un homme ouvrira la porte, et il a besoin de La tragédie des siècles ». Quelques instants plus tard, la porte de la maison s’ouvrit. Un homme y entra. Helen, conformément à la pratique de chercher d’abord à se faire des amis, lui offrit un livre de santé. Puis elle sortit une copie d’Ellen G. White, La tragédie des siècles. L’homme était intrigué par le livre. Il voulait sa propre copie, mais il ne pouvait pas se l’acheter. Helen ressentit la certitude que Dieu voulait qu’il ait le livre, donc elle le lui offrit gratuitement.


L’homme secoua la tête. Helen demanda s’il avait quelque monnaie à la maison. L’homme revint avec une poignée de pièces, mais ce n’était pas encore assez. Il remit l’argent à Helen, mais il refusa toujours de prendre le livre. Déçue, Helen se tourna pour quitter. Elle fit quelques pas mais trébucha. Les pièces s’éparpillèrent sur le sol. Helen demanda rapidement à l’homme de prendre le livre. Après avoir ramassé les pièces de monnaie, elle commença à s’éloigner. L’homme cria après elle. « Votre livre », dit-il. « Vous avez oublié votre livre. » Helen regarda en arrière et sourit. « C’est à vous », dit-elle. Il lui sourit à son tour. « Vous gagnerez », dit-il.


Une heure plus tard, Helen faisait le porte-à-porte dans un quartier plus animé. Comme elle se présentait et s’apprêtait à prononcer son nom, la femme à la porte l’interrompit. « C’est Helen, n’est-ce pas? », dit-elle. Helen était ébahie. Elle n’avait jamais vu la femme auparavant. « Je suis une Adventiste du septième jour », dit la femme. « Ce matin quand je lisais ma Bible j’ai été inspirée par Dieu qu’Helen viendrait à ma porte. J’ai également été inspirée que je devais faire un chèque de 20 $ parce qu’Helen rencontrerait un homme qui aurait besoin de La tragédie des siècles, mais qui n’aurait pas d’argent pour se l’acheter. » La femme sortit un chéquier et signa la somme de 20 $. Elle devait seulement ajouter le nom du destinataire. « À qui suis-je en train d’écrire ce chèque? », dit-elle.


Kamil Metz est le coordinateur international du ministère de tracts de GLOW.



Commentaires pour les moniteurs


La leçon en bref


Texte clé: Apocalypse 14:8


Objectifs:


Savoir: Connaitre la bataille finale qui opposera le camp de Dieu au camp de Babylone.


Ressentir: Apprécier la nature spirituelle du conflit et comment il porte également sur notre relation personnelle avec Dieu.


Agir: Utiliser l’équipement de Dieu pour résister et lutter contre l’ennemi, et ainsi, se préparer à l’ultime conflit.


Plan de l’étude:


  1. Savoir: La bataille d’Harmaguédon

A Quelle est le sens du mot hébreu Harmaguédon?


B Quand et où aura lieu cette bataille?


C Quelles sont les identités des armées belligérantes?


  1. Ressentir: Le combat spirituel

A Pourquoi est-ce un combat spirituel?


B Comment cette bataille affectera-t-elle votre vie personnelle?


C Comment ce combat spirituel sera-t-il différent de vos combats spirituels présents?


III. Agir: Se préparer pour le combat


A De quelles armes spirituelles aurez-vous besoin pour survivre à la bataille?


B Comment l’idée d’une bataille littérale distrait-elle les gens de l’action réelle?


C Comment devriez-vous vous préparer aujourd’hui pour la bataille d’Harmaguédon?


Résumé: La bataille d’Harmaguédon est spirituelle et opposera toutes les forces du mal au camp du royaume de Dieu.


Cycle d’apprentissage


ÉTAPE 1—Motiver


Pleins feux sur l’Écriture: Éphésiens 6:10-18


Concept clé de croissance spirituelle: Que la bataille d’Harmaguédon soit spirituelle ne signifie pas qu’elle sera moins difficile et moins réelle que les batailles militaires réelles: « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. » (Eph. 6:12, LSG). Pour la première fois dans l’histoire, toutes les forces du mal se réuniront et dévoileront plus en détail leurs vrais visages et leurs véritables intentions. La bataille spirituelle a une portée cosmique. Nos luttes quotidiennes actuelles seront intensifiées.


Coin du moniteur: La leçon de cette semaine est une partie de notre initiation à la bataille finale d’Harmaguédon. Le défi est, par conséquent, d’informer et d’expliquer le scénario de cette bataille, en l’ayant à l’esprit, tout en la rapportant à nos batailles spirituelles présentes. Discutez du thème de la bataille spirituelle, le « grand conflit », tel que présenté dans les Écritures. Présentez des textes clés dans l’Ancien et le Nouveau Testaments qui font référence à la bataille spirituelle (Nombres 24; Daniel 10-11; Matthieu 26:36-42, et ainsi de suite).


Discussion d’ouverture: Beaucoup de chrétiens évangéliques croient en une bataille littérale d’Harmaguédon qui aura lieu en Israël et qui impliquera des armées réelles. Discutez des différentes interprétations évangéliques si populaires aujourd’hui.


Discussion: Pourquoi une interprétation littérale d’Harmaguédon, qui s’inscrit dans la perspective évangélique, contredit-elle la vision spirituelle du grand conflit? Quels sont les arguments contre l’interprétation littérale d’Harmaguédon?


ÉTAPE 2—Explorer


Coin du moniteur: L’histoire de la tour de Babel est restée dans la mémoire des prophètes bibliques comme un paradigme de la folie de l’orgueil humain. Revoyez cette histoire (Genèse 11:1-9) avec la classe. Apportez une photo des ruines de la grande ziggourat d’Ur (près de la Base aérienne d’Ali en Irak). Montrez comment Daniel fait allusion à cette histoire (Dan. 1:2, 3:1, 8:11, etc.).


De même pour Jean, Babel (ou Babylone) représente la puissance maléfique qui veut usurper la place de Dieu. Le motif de Babylone, le nom grec de Babel, traverse le livre de l’Apocalypse (il est utilisé six fois, un nombre associé à Babylone) et atteint son point culminant dans la prophétie sur Harmaguédon. Tout comme les bâtisseurs de la tour de Babel, les forces du mal se réunissent contre le Roi des cieux. La grande rencontre se termine, comme dans l’histoire de la tour de Babel, avec la descente du Dieu du ciel et la chute de Babylone spirituelle. Sa chute est racontée en des termes qui rappellent la chute de l’ancienne Babylone historique.


Commentaire biblique


  1. Le rassemblement de Babylone (Examinez Apo. 16:16 et Daniel 11:43 avec la classe.)

Le livre de l’Apocalypse se réfère au dernier évènement de l’histoire humaine comme une bataille aux proportions gigantesques qui « rassemble » toutes les forces du mal (Apo. 16:16), unissant le dragon et les deux bêtes (Apo. 16:13; comparez avec Apo. 12:17; 13:1, 11; cf. leçon précédente). Cette puissance triumvirat traine derrière elle « les rois de la terre » (Apo. 16:14, LSG). Ce camp est identifié comme « la grande ville » (Apo. 16:19, LSG), un nom qui désigne Babylone (Apocalypse 14:8).


Le prophète Daniel avait eu la même vision. Dans sa prophétie sur les royaumes, représentés par une statue humaine, il voit à la fin un grand rassemblement des rois de la terre (Daniel 2:43, 44). Le même scénario réapparait dans sa prophétie de la « grande calamité » (Dan. 10:1, LSG), qui s’achève ici aussi avec le rassemblement de toutes les forces du Nord, unies à celles du Sud (Dan. 11:40).


Selon ces prophéties, les derniers symptômes de l’histoire de l’humanité seront caractérisés par des mouvements d’unité. On ne sait pas comment ces mouvements d’unité se feront. Il est intéressant, cependant, que ce scénario commence à se dérouler sous nos yeux: toutes les puissances du monde s’efforcent de s’unir pour mettre le monde sur un seul niveau – culturellement, sur le plan religieux, économique, des systèmes politiques et militaires dans leurs complexités. De plus, nous avons tendance à parler la même langue, à nous habiller de la même manière, à chanter les mêmes chansons, manger la même nourriture et même penser et croire de la même manière. Le monde n’a jamais été si intimement lié. Il est de plus en plus « un village planétaire. » .


Considérez ceci: Quelles sont les institutions mondiales qui suggèrent la tendance à l’unité globale? Quelles institutions mondiales témoignent clairement de la mentalité de Babylone? Quelles institutions mondiales peuvent recevoir notre approbation et pourquoi? Quelle est votre expérience personnelle du « village planétaire »?


  1. La bataille de Babylone (Revoyez Daniel 2:35, 45; 11:45 avec la classe.)

Dans ces deux prophéties, Daniel met le rassemblement des forces du mal en opposition à la sainte montagne céleste. De même, le livre de l’Apocalypse met cette ultime rencontre en opposition au « temple du ciel » (Apo. 16:17, LSG); qui est, également sur la sainte montagne, comme l’indique le préfixe har (« montagne ») du nom d’Harmaguédon. Le mot Mageddon, l’ancien nom de Megiddo, rappelle de nombreux conflits (Juges 7; 2 Rois 10:11; 2 Rois 23:29, 30). La prophétie parle de la Jérusalem céleste et non de la Jérusalem terrestre de l’État moderne d’Israël. Il ne s’agit pas des conflits militaires opposant des armées terrestres, et elle n’a rien à voir avec le conflit du Moyen-Orient, comme un certain nombre de chrétiens évangéliques le croient.


La bataille d’Harmaguédon est spirituelle par nature, opposant deux ennemis – Babylone spirituelle et la Jérusalem céleste. Le camp de Babylone est représenté par les trois bêtes: le dragon, la bête de la mer et la bête de la terre. La puissance de la dernière bête est désignée maintenant avec un nouveau nom « le faux prophète », un titre qui confirme son rôle de défenseur de l’institution terrestre de la papauté (Jérémie 5:30, 31; 23:14) et en tant que séducteur (Jérémie 5:13, 23:16). La prophétie indique que ces puissances utilisent des méthodes paranormales, les « esprits de démons » pour séduire les « rois de la terre » (Apo. 16:14, LSG).


Considérez ceci: Regardez sur une carte pour situer la ville de Megiddo. Quelle est la distance entre le Mont Carmel et la ville de Megiddo? Comment comprenez-vous le fait qu’il n’y a aucune montagne de Megiddo? Quelle bataille de Megiddo est rapportée dans la Bible? Pourquoi, alors, est-il impossible que la bataille d’Harmaguédon se déroule sur la « montagne », ou même dans la vallée de Megiddo?


III. La chute de Babylone (Revoyez Daniel 2:35, 45; 11:45; Apocalypse 16:17-21 avec la classe.)


Dans les visions de Daniel, tout comme dans la vision de Jean, le dénouement est le même: Dieu descend et détruit toutes les forces du mal. L’auteur du livre de l’Apocalypse décrit cette destruction comme une division de Babylone, qui s’appelle « la grande ville » (Apo. 16:19; comparez avec Apo. 14:8, LSG). Le « grand rassemblement » a ensuite été écrasé, tout comme le grand rassemblement des forces des bâtisseurs de Babel était dispersé par les langues (Genèse 11:7, 8).


L’histoire ancienne de la chute de la Babylone historique sert de plan pour la chute future de la Babylone spirituelle. Les eaux de l’Euphrate sont taries « afin que le chemin des rois venant de l’Orient fût préparé. » (Apo. 16:12, LSG). La Bible rapproche la conquête de Babylone par Cyrus en 539 av. JC. à l’assèchement de l’Euphrate: « Je dis à l’abime: Dessèche-toi, Je tarirai tes fleuves. Je dis de Cyrus: Il est Mon berger, et il accomplira toute Ma volonté. » (Ésaïe 44:27, 28, LSG; Jérémie 50:38). L’historien antique Hérodote (484-425 av. JC) témoigne de cette stratégie: « [Cyrus] positionna son armée à l’endroit où la rivière entre dans la ville, et une autre partie de l’armée là où l’eau sort de la ville, et il ordonna à ses hommes de rentrer dans la ville par le canal de l’Euphrate quand ils verraient qu’elle est prenable… Quand cela est arrivé, les Perses, qui se trouvaient là aux aguets, entrèrent dans Babylone par le canal de l’Euphrate dont les eaux ne s’arrêtaient qu’aux genoux. » – Herodotus I, Books I and II, translated by A.D. Godley (Mass.: Harvard University Press, 1975), 22 p. 239.


Discussion d’ouverture: Notez le style du passé de l’expression « Babylone est tombée » pour désigner l’évènement futur de la chute de la Babylone spirituelle.


Discussion:


Pourquoi la chute de Babylone était-elle si importante pour les Juifs de cette époque? Qui est le seul roi païen qui a été appelé un messie, et pourquoi?


2 Quels sont les parallèles entre la chute de Babylone historique et la Babylone spirituelle?


ÉTAPE 3—Appliquer


Coin du moniteur: La Bible se réfère souvent à un évènement bien connu dans le passé pour parler d’un évènement futur qui doit avoir lieu. Identifiez quelques exemples de cette pratique biblique dans l’Ancien Testament, ainsi que dans le Nouveau.


Application:


Quelle leçon pédagogique peut être tirée de cette pratique de faire référence à un célèbre évènement passé comme un moyen de parler d’un évènement qui n’a pas encore eu lieu?


Pourquoi le prophète biblique utilise-t-il le temps passé pour parler d’un évènement futur? Quels autres exemples de cette pratique biblique connaissez-vous?


ÉTAPE 4—Créer


Coin du moniteur: Les médias regorgent de références à Harmaguédon. Faites la liste de certaines d’entre elles en classe.



Activités: Choisissez si possible un exemple, comme une chanson, qui illustre la fascination dans les médias avec Harmaguédon. Partagez avec la classe et discutez des diverses raisons de cette tendance.


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


*23 – 29 Juin


Le retour de notre Seigneur Jésus


Sabbat Après-Midi


Lecture de la semaine: Ésaïe 13:6, 9; Matthieu 24:30, 31; Dan. 2:34, 35; 2 Timothée 4:6-8; 2 Thess. 1:7-10.


Verset à mémoriser: « Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme » (Matthieu 24:27, LSG).


Le poète T. S. Eliot a commencé un poème avec le vers: « Ma fin se trouve dans mon commencement ». Aussi succinctes qu’elles soient, ses paroles véhiculent une puissante vérité. Les finalités des choses sont marquées dans leurs origines. Nous voyons les échos de cette réalité dans notre nom, Adventiste du Septième Jour, qui renferme deux enseignements bibliques de base: « le septième jour », le sabbat des dix commandements, un mémorial hebdomadaire de la création de la vie sur terre en six jours; et « adventiste », pointant vers la seconde venue de Jésus, dans laquelle toutes les espérances et les promesses de l’Écriture, y compris la promesse de la vie éternelle, trouveront leur accomplissement.


Bien qu’éloignées l’une de l’autre dans le temps, la création du monde (notre début) et la seconde venue de Jésus (notre finalité, du moins la fin de cette existence pécheresse), sont intrinsèquement liées. Le Dieu qui nous a créés (Jean 1:1-3) est le même Dieu qui sera de retour et, en un instant, « en un clin d’œil, à la dernière trompette » (1 Corinthiens 15:52), nous amènera à notre rédemption ultime. En effet, nous trouvons notre fin dans nos débuts.


Cette semaine, nous parlerons de l’évènement qui mettra fin à tous les évènements de la fin, du moins en ce qui concerne notre monde actuel: la seconde venue de notre Seigneur Jésus.


* Étudiez cette leçon pour le sabbat 30 Juin.



Leçon


13


(page 104 du guide standard)


24 Juin


Le jour du Seigneur


Même si nous avons tendance à penser à la seconde venue de Jésus comme un enseignement du Nouveau Testament seul, ce n’est pas le cas. Bien sûr qu’après la première venue de Jésus, après Sa mort, Sa résurrection et Son ascension, nous avons une révélation plus complète et plus riche de la vérité entourant la seconde venue. Mais, tout comme les nombreux textes dans le Nouveau Testament, l’Ancien Testament révèle des conseils et des indices de cette vérité essentielle, longtemps avant que cela se produise. Avec la doctrine de la seconde venue de Jésus, les auteurs du Nouveau Testament n’ont pas révélé une nouvelle vérité; au contraire, ils ont grandement étayé une vérité déjà révélée dans la Bible. Seulement maintenant, à la lumière du Sauveur crucifié et ressuscité, la promesse de la seconde venue peut être mieux comprise et appréciée.


Lisez les textes suivants. Qu’est-ce qu’ils nous enseignent sur la seconde venue de Jésus? Ésaïe 13:6, 9; Zach. 14:9; Daniel 12:1.


Sans aucun doute, le « jour du Seigneur » sera un jour de destruction, de tristesse et d’agitation pour les perdus. Mais c’est aussi un jour de délivrance pour tous les enfants de Dieu, ceux dont les noms sont « écrits dans le livre » (voir aussi Phil. 4:3, Apo. 3:5, 13:8). Ce thème, celui du « jour du Seigneur » comme un temps de jugement contre les méchants, mais aussi un moment où les fidèles de Dieu sont protégés et récompensés, se trouve exprimé dans l’Ancien Testament. Par exemple, alors que certains devront faire face à la « colère ardente de l’Éternel », ceux qui répondent à l’appel de « chercher la justice » et de « chercher l’humilité » seront « épargnés au jour de la colère de l’Éternel » (Sophonie 2:1-3, LSG).


Lisez Matthieu 24:30, 31. Comment ces versets montrent-ils cette même grande dichotomie entre les perdus et les rachetés au second avènement de Jésus?


Alors que les derniers évènements se déroulent, le camp de chaque individu ne fera que devenir plus évident. Quels choix pouvons-nous et devons-nous faire maintenant pour nous assurer que nous sommes sur le bon côté?


Dimanche


(page 105 du guide standard)


25 Juin


Daniel et la seconde venue de Jésus


Bien que beaucoup de Juifs à l’époque de Jésus attendissent un Messie qui puisse renverser les Romains et établir Israël comme le pays le plus puissant du monde, ce n’est pas ce que les avènements de Jésus, à la fois le premier et le second, étaient censés être. Au contraire, Dieu avait quelque chose de beaucoup plus grand pour Son peuple fidèle, quelque chose de plus grand qu’un réaménagement de l’ancien monde pécheur et déchu.


Peut-être rien d’autre dans l’Ancien Testament ne révèle aussi clairement comme le fait Daniel 2, la vérité que le nouveau monde ne surgira pas de l’ancien, mais au contraire, ce serait une nouvelle création et une qui soit radicalement différente.


Daniel 2 montre l’ascension et la chute de quatre grands empires mondiaux – Babylone, Médo-Perse, Grèce, et puis finalement Rome, qui s’est ensuite décomposée pour former les nations de l’Europe moderne. Toutefois, la statue que Nabuchodonosor a vue dans son rêve (symbolisant la succession de ces quatre grandes puissances mondiales) se termine d’une façon spectaculaire qui montre le grand écart entre ce monde et celui qui viendra après le retour de notre Seigneur Jésus Christ.


Lisez Daniel 2:34, 35, 44, 45. Qu’est-ce que ces versets nous enseignent sur le sort de ce monde et la nature du nouveau monde?



Ces versets laissent très peu d’ambigüité sur ce qui se passera quand Jésus reviendra. Dans Luc 20:17, 18, Jésus s’est identifié à cette pierre, qui a réduit en poussière tout ce qui restait de ce monde. L’araméen de Daniel 2:35 se lit qu’après que l’or, l’argent, l’argile, le fer et l’airain aient été écrasés, ils « devinrent comme de la bale sortant des aires en été: le vent les emporta et on n’en trouva plus aucune trace » (TOB). Autrement dit, rien n’est laissé de cet ancien monde après le retour de Jésus.


Cependant, la pierre qui détruit toute trace de ce vieux monde « devint une grande montagne et remplit toute la terre ». Ce royaume, qui surgit à la suite de la seconde venue, est celui qui « ne sera jamais détruit » et qui « subsistera éternellement » (Dan. 2:44, Colombe).


Une seule des deux finalités attend tout être humain qui ait jamais vécu sur cette planète. Soit nous serons avec Jésus pour l’éternité, ou soit nous disparaitrons dans le néant avec la paille de ce vieux monde. D’une manière ou d’une autre, l’éternité nous attend tous.


Lundi


(page 106 du guide standard)


26 Juin


Perspectives à long terme


Lisez Tite 2:13. Quel grand espoir cela nous donne-t-il et pourquoi?


En décrivant ses croyances sur les origines de notre univers, un éminent conférencier a affirmé qu’il y a environ 13 milliards d’années « une masse minuscule infiniment dense a jailli de rien et que la masse a explosé et de cette explosion, notre univers a vu le jour ». À la question de savoir comment cette « masse minuscule infiniment dense » a pu surgir de rien, le conférencier n’a pu le dire. Il a simplement supposé, par la foi, que cela doit avoir été ainsi.


Maintenant, comme nous l’avons mentionné dans l’introduction à la leçon de cette semaine, nos finalités se retrouvent dans nos origines. C’est pourquoi, selon ce conférencier, nos finalités ne sont pas trop optimistes, du moins à long terme. L’univers, créé à partir de cette « masse minuscule infiniment dense », était voué à une éventuelle extinction, ainsi que tout ce qui était en lui, y compris l’humanité bien sûr.


En revanche, le concept biblique de nos origines est non seulement beaucoup plus logique que ce point de vue, mais aussi beaucoup plus prometteur. Grâce au Dieu des origines, nos finalités à long terme sont très bonnes. Nous avons tant à espérer dans l’avenir, et cet espoir repose sur la promesse de la seconde venue de Jésus.



Lisez 2 Timothée 4:6-8. Que dit Paul ici, et en quoi met-il son espoir?


Bien que Paul fût dans un état où son exécution était imminente, il vivait dans l’assurance du salut et dans l’espérance du retour de Christ, ce qu’il appelle « Son apparition » (2 Timothée 4:8, Colombe). Une « couronne de justice » l’attend, pas sa propre justice (1 Tim. 1:15), mais la justice de Jésus. C’est sur elle que Paul repose son espérance en la promesse de Son second avènement. Quelle que soit sa situation immédiate, qui était bien misérable (en prison, en attente d’être exécuté), Paul savait que son destin à long terme est très rassurant. Et c’est parce qu’il regardait le tableau d’ensemble, en ne se focalisant pas uniquement sur la situation immédiate.


Quelle que soit votre situation actuelle, comment pouvez-vous avoir la même espérance que Paul? Comment pouvons-nous apprendre à regarder au tableau d’ensemble et à l’espérance que Christ nous offre?


Mardi


(page 107 du guide standard)


27 Juin


Dans les nuées


Bien que la seconde venue de Jésus soit centrale et cruciale dans la Bible, ce ne sont pas tous les chrétiens qui voient cet évènement comme un retour littéral et personnel de Jésus Lui-même. Certains affirment, par exemple, que la seconde venue de Jésus, ce n’est pas Christ Lui-même qui retournera sur la terre, mais c’est quand Son Esprit est rendu manifeste dans Son église sur la terre. En d’autres termes, la seconde venue de Christ se produit lorsque les principes moraux du christianisme sont révélés chez Son peuple.


Cependant, combien reconnaissants devons-nous être, que cet enseignement est faux. En effet, si cela était vrai, quel espoir aurions-nous vraiment?


Lisez les textes suivants du Nouveau Testament sur la seconde venue de Jésus. Qu’est-ce qu’ils révèlent sur la nature du retour de Christ?


Matt. 24:30______________________________________________


1 Thess. 4:16_____________________________________________


Matt. 26:64________________________________________________


Apo. 1:7 __________________________________________________


2 Thess. 1:7–10_____________________________________________


« Le firmament semble s’ouvrir et se refermer. La gloire du trône de Dieu parait. Les montagnes oscillent comme des roseaux agités par le vent, et des masses de rochers déchiquetés volent de toutes parts. De sourds grondements annoncent l’approche d’une tempête. La mer se déchaine avec furie. On croirait entendre la voix de démons accomplissant une œuvre de destruction. La terre entière se soulève et s’affaisse comme les vagues de la mer. Le sol se crevasse. Les assises du monde semblent s’effondrer. Des chaines de montagnes, des iles habitées disparaissent. Des ports de mer, véritables Sodomes d’iniquités, sont engloutis par les vagues irritées. Dieu “s’est souvenu de Babylone la grande, pour lui donner la coupe du vin de son ardente colère” » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 563.


Le retour de Jésus est un évènement d’une magnitude indescriptible qui amène littéralement le monde que nous connaissons à sa fin. Quand Il arrivera, tout le monde le saura aussi. Ce que Jésus a accompli pour nous lors de Sa première venue sera pleinement manifeste à Sa seconde venue.


Comment le fait de vivre avec la réalité de la seconde venue devrait-il influencer notre façon de vivre maintenant? Comment cela devrait-il nous aider à se rappeler les choses qui importent vraiment dans la vie?


Mercredi


(page 108 du guide standard)


*28 Juin


Les vivants et les morts


Avant de ressusciter son ami Lazare du tombeau, Jésus a prononcé ces paroles: « Je suis la résurrection et la vie: celui qui croit en Moi, même s’il meurt, vivra » (Jean 11:25, TOB). Cependant, sans laisser de chance aux gens de prendre sa parole pour une revendication incroyable, Il est allé ressusciter Lazare de la mort, qui avait été mis au tombeau depuis longtemps et dont le cadavre commençait à puer (Jean 11:39).


Ceux qui croient en Jésus, en effet, meurent. Cependant, comme Jésus l’a dit, même s’ils meurent, ils vivront à nouveau. C’est tout le message de la résurrection des morts. Et c’est ce qui rend la seconde venue de Jésus si essentielle à tous nos espoirs.


Selon ces textes, que se passera-t-il pour les morts en Christ, quand Jésus reviendra? Romains 6:5; 1 Thess. 4:16; 1 Corinthiens 15:42-44, 53-55.


La grande espérance de la seconde venue, c’est que la résurrection des morts que Jésus Lui-même a expérimentée sera aussi l’expérience de Ses fidèles disciples de tous les temps, qui seraient morts avant Sa venue. C’est dans Sa résurrection qu’ils trouvent leur espoir et leur assurance.


Qu’arrive-t-il à ceux qui sont vivants quand Jésus revient? Phil. 3:21, 1 Thess. 4:17.


Les fidèles vivants à l’arrivée de Jésus conserveront un corps physique, mais pas dans son état actuel. Il sera miraculeusement transformé au même genre de corps incorruptible que celui des ressuscités. « Les justes vivants sont changés “en un instant, en un clin d’œil”. À la voix de Dieu, ils sont glorifiés, immortalisés, et, avec les saints ressuscités, enlevés dans les airs, à la rencontre du Seigneur. » – Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 571.


Faites une liste de toutes les choses de ce monde qui sont si importantes pour vous au point que vous pourriez même sacrifier la vie éternelle afin de les conserver maintenant. Qu’y a-t-il sur la liste?


Jeudi


(page 109 du guide standard)


29 Juin


Réflexion avancée: La seconde venue de Jésus n’est pas l’épilogue, l’annexe ou la postface de la triste histoire du péché et de la souffrance humaine dans ce monde déchu. Au contraire, la seconde venue est le grand point culminant, la grande espérance de la foi chrétienne. Sans elle, quoi d’autre? L’histoire de l’humanité ne serait qu’une succession d’évènements malheureux, une scène misérable après l’autre, une tragédie après l’autre, jusqu’à ce que tout finît à la mort. Sans l’espoir que le retour de Christ nous offre, la vie serait, comme William Shakespeare le dit, « une légende racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien. » Toutefois, nous avons cet espoir parce que la parole de Dieu nous le confirme à maintes reprises. Nous avons cet espoir parce que Jésus nous a rachetés par Sa vie (Marc 10:45), et en effet, Jésus revient pour moissonner ce qu’Il a payé pour nous. Les étoiles dans le ciel ne nous parlent pas de la seconde venue. Les oiseaux ne l’annoncent non plus. Ces choses pourraient mettre en évidence quelque chose de bon, plein d’espoir, sur la réalité elle-même. Mais elles ne nous enseignent pas qu’un jour, quand Jésus reviendra, « La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. » (1 Corinthiens 15:52, LSG). Ces éléments de la nature ne nous enseignent pas qu’un jour nous lèverons nos yeux et nous verrons « le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel. » (Marc 14:62, LSG). Non, nous savons ces choses, parce qu’elles ont été rapportées dans la parole de Dieu, et nous avons confiance en ce que nous promet la parole de Dieu.


Discussion:


u Pensez à ce que cela signifierait si la seconde venue de Jésus n’était vraiment rien d’autre que ce que certains pensent: la pleine expression des principes chrétiens dans la vie des disciples de Christ. Quel que soit ce que cela pourrait être, en fin de compte, pourquoi cette croyance nous laisse sans espoir?


v Pourquoi l’idée actuellement en vogue que l’univers a surgi de rien est une idée « insensée »? Pourquoi les gens promeuvent-ils une telle notion, et pourquoi certains la croient? Pourquoi la croyance en un Dieu éternel, qui a créé toutes choses, est-elle l’explication la plus logique et la plus rationnelle?


w Partagez avec votre classe les choses que vous mettriez sur une liste exprimant ce que vous trouvez si important dans cette vie au point de sacrifier l’éternité afin de les conserver maintenant. Que pouvez-vous apprendre des listes des uns et des autres? Si les gens n’ont rien sur leurs listes, comment pouvons-nous être vraiment surs que rien dans notre vie ne nous empêche d’avoir le salut, comme ce sera le cas pour beaucoup de gens?


Vendredi


(page 110 du guide standard)


Produit par le Comité de la Conférence Générale pour la Mission Adventiste. Site Web: www.AdventistMission.org


Histoire Missionnaire



« Chasseur d’âmes »


par Andrew McChesney, Mission Adventiste


Danny Whatley était sur le toit du monde – et pas seulement parce qu’il travaillait comme un pilote de brousse dans l’État américain d’Alaska. Danny a une entreprise prospère qui offre des voyages de chasse privée pour les plus grands voyageurs du monde. Les clients incluaient le Président de Citibank et la famille Rockefeller. « Je voulais être dans l’élite », déclare Danny. « Je ne voulais pas être une personne ordinaire. J’ai aimé ces gens. » Mais ensuite il reçut une copie de La tragédie des siècles.


Danny avait fait la cour à une ancienne Adventiste du septième jour et à travers elle, il avait commencé à jouer au basketball et au volleyball à l’Église Adventiste dans sa ville natale, Palmer. Un membre d’église lui donna le livre. Danny prit le livre avec lui lors de son voyage en brousse et lut comment le sabbat du septième jour avait été changé au dimanche. Il n’avait jamais entendu parler d’une auteure telle qu’Ellen G. White, mais il a instantanément senti la conviction que c’était la vérité. Du retour à Palmer, Danny se préparait pour la saison de chasse quand les membres d’église l’invitèrent à une série d’évangélisation. L’exposé d’ouverture sur la prophétie de Daniel 2 le captiva. « Je suis devenu accro tout de suite », dit-il. « Les gens qui disent que l’évangélisation ne fonctionne pas n’ont jamais été sur le bon côté d’une série d’évangélisation. » La nuit suivante, Danny amena son père.


Quand le prédicateur Vern Snow a parlé du baptême une nuit, une lutte commença dans l’esprit de Danny. Il ne voulait pas perdre des clients à cause du sabbat. « La lutte continua pendant la séance entière », déclara Danny. « À la fin, j’ai dû prendre une décision. Je suis allé vers Vern et je dis, « Je veux être baptisé. » Après ce moment, il rendit tout, y compris son entreprise, à Jésus. « J’étais un gars de chasse faisant tout en mon nom, et maintenant je me suis rendu compte que je ne pouvais pas faire tout en mon nom », dit-il. Lors du baptême, le pasteur déclara: « Voici un chasseur de trophées, qui est maintenant un chasseur d’âmes. » Le père de Danny et sa belle-mère furent baptisés le sabbat suivant. D’autres personnes rejoignirent également l’église à travers l’influence de Danny.


Au travail, Danny dit aux clients qu’ils ne pouvaient plus chasser le samedi. Au lieu de cela, dit-il, ils pourraient profiter gratuitement de la journée dans la nature. Avec les voyages coutant $ 1 500 par jour, les clients embrassèrent joyeusement le nouveau plan de tarification. Deux ans plus tard, Danny vendit son entreprise florissante. Il a également perdu son désir d’être parmi l’élite. « Je voulais voyager comme eux, » déclara Danny (photo à gauche), aujourd’hui un entrepreneur à succès. « Mais maintenant, je fais des voyages missionnaires, ce qui est beaucoup mieux ».


Commentaires pour les moniteurs


La leçon en bref


Texte clé: Daniel 7:13


Objectifs:


Savoir: Examiner la réalité et le tournant décisif de la seconde venue de Jésus.


Ressentir: Anticiper et se réjouir à la perspective de rencontrer le Seigneur face à face.


Agir: Vivre avec espoir malgré la perspective de la mort et la réalité actuelle du désespoir.


Plan de l’étude:


  1. Savoir: La fin c’est le début

A Pourquoi le royaume céleste implique-t-il la destruction des royaumes terrestres?


B Pourquoi la seconde venue est-elle réelle et pas juste une parabole spirituelle?


C Pourquoi la seconde venue a-t-elle un sens?


  1. Ressentir: Le désir ardent de Le voir

A Quels sentiments avez-vous quand vous pensez à la seconde venue?


B Comment l’espérance de la seconde venue affecte-t-elle votre apparence?


C Pourquoi la seconde venue est-elle la seule véritable solution à nos souffrances?


III. Agir: Espérer contre toute espérance.


A Comment l’espérance de la seconde venue vous aide-t-elle à faire face à l’injustice?


B Comment l’espérance de la seconde venue vous aide-t-elle à faire face à l’idée de la mort?


C Comment l’espérance de la seconde venue vous aide-t-elle à prendre les bonnes décisions dans votre vie quotidienne?


Résumé: La seconde venue de Christ est la croyance fondamentale qui donne un sens à toute la religion chrétienne. C’est l’évènement qui accomplit ultimement tous les rêves et espoirs de l’humanité.


Cycle d’apprentissage


ÉTAPE 1—Motiver


Pleins feux sur l’Écriture: 2 Timothée 4:7, 8


Concept clé de croissance spirituelle: Une croyance en la seconde venue de Jésus comprend plus qu’une vérité dogmatique à répéter dans notre confession de foi. C’est la pierre angulaire de notre vie spirituelle. La prière de Jésus « que Ton règne vienne » (Matthieu 6:10, LSG) est le summum de Sa prière modèle. Les anciens Israélites priaient en ayant la face vers Jérusalem (Dan. 6:10), parce que la prière est l’expression de leur espérance.


Coin du moniteur: La croyance en la seconde venue de Christ contient tous les autres points importants de la foi. Analysez avec les membres la signification du nom « Adventiste du septième jour ». Demandez-leur de méditer sur le sens de chaque composante du nom et sur l’importance de la relation entre elles. Partagez la citation suivante: « Notre nom est composé de deux entités opposées… Alors que l’expression ‘’septième jour’’ nous relie à l’existence terrestre et à l’histoire humaine, le mot ‘‘adventiste’’ nous emmène à l’avenir de l’histoire, ce qui vient après l’histoire humaine et qui appartient au domaine prophétique, pointant vers l’ordre céleste. Alors que l’expression ‘’septième jour’’ nous confronte à la réalité actuelle de la cité terrestre et nous fait respirer au rythme des temps ‘’sous le ciel’’ (Eccl. 3:1), le mot ‘’adventiste’’ nous éloigne d’ici et nous fait rêver, prier et espérer la venue du royaume des cieux et renforce dans notre cœur le sens de ‘’l’éternité’’ (Eccl. 3:11). » – Extrait de Jacques Doukhan, ‘‘The Tension of Seventh-day Adventist Identity: An Existential & Eschatological Perspective’’ Journal of the Adventist Theological Society (26 Janvier 2015), p. 29, 37.


Discussion d’ouverture: Examinez le lien entre la vérité de la seconde venue et les autres vérités adventistes du septième jour. Si vous n’avez pas cette espérance, comment les autres croyances peuvent-elles avoir un sens? Quel est le lien entre l’espérance en la seconde venue et le commandement du sabbat?


Discussion:


1 Pourquoi la Bible commence-t-elle par la création et se termine par le royaume de Dieu? Quels autres exemples trouvez-vous dans la Bible qui attestent de cette même connexion?


2 Pourquoi ne serait-il pas possible d’être un bon adventiste sans le sabbat? À l’inverse, pourquoi n’est-il pas possible d’être un bon adventiste du septième jour sans l’espérance de la seconde venue?


ÉTAPE 2—Explorer


Coin du moniteur: Un professeur chrétien avait raillé ces chrétiens qui croyaient en la seconde venue de Jésus du ciel comme étant des naïfs: « Pensez-vous que Jésus reviendra dans un parachute? » Les gens se mirent à rire, et le professeur avança son point de vue. Au siècle dernier, de nombreux théologiens chrétiens ont souligné l’importance d’avoir une rencontre existentielle avec Jésus Christ. Ce qui est important, affirment-ils, c’est notre relation personnelle avec Lui, notre vie éthique et notre foi en Son amour pour nous dans notre vie présente.


Cette leçon traitera de cette pensée pernicieuse. L’espérance biblique n’est pas de cette vie, mais porte plutôt sur un monde radicalement nouveau, qui sera inauguré par l’interruption historique réelle de Dieu, qui mettra fin à notre histoire pour apporter une vie nouvelle qui n’a rien à voir avec notre condition mortelle actuelle.


Commentaire biblique


  1. Le royaume à venir (Examinez Daniel 2:34, 35, avec la classe.)

Les prophéties de Daniel sont très claires. Le royaume céleste de Dieu sera différent de tous les autres royaumes terrestres. L’histoire prophétique des royaumes de la terre est décrite comme une succession continue des royaumes, qui disparaissent les uns après les autres, tout en gardant quelque chose des royaumes antérieurs.


Le royaume de Dieu, en revanche, apparait brusquement du ciel et n’a aucune relation que ce soit avec les royaumes terrestres précédents. En effet, l’établissement du royaume de Dieu implique la destruction totale et radicale de tous les autres royaumes: « Il n’en resta aucune trace » (Dan. 2:35). Notez que cette opération n’est pas le résultat des guerres humaines ou même d’une catastrophe écologique. Tout comme la création du monde était une opération unique de Dieu, la destruction du monde n’arrivera « par aucune main humaine » (Dan. 2:45). En revanche, « le Dieu du ciel mettra en place un royaume qui ne sera jamais détruit » (Dan. 2:44). Alors que les royaumes terrestres ne durent pas et n’ont pas d’avenir, le royaume de Dieu est le seul qui s’ouvre vers l’avenir.


Cette perspective future du royaume de Dieu contient le secret de la sagesse biblique. Alors que la sagesse du monde est axée sur le présent, la sagesse du royaume de Dieu est orientée vers l’avenir. Tout ce que nous faisons doit être testé par ce paradigme. Comme Ellen G. White le dit: « Aucun plan de travail, aucun projet de vie ne peut être solide ou complet s’il ne vise que les années de vie terrestre et n’embrasse pas l’éternité. Il faut que les jeunes apprennent à tenir compte de la vie éternelle. » – Éducation, p. 117.


Considérez ceci: Quelles sont les différences entre les royaumes terrestres (représentés par les métaux) et le royaume céleste (représenté par la pierre) dans la vision de Daniel 2? Pourquoi la seconde venue de Jésus est-elle inconciliable avec l’idée d’évolution?


  1. Comme un voleur (Examinez 2 Thessaloniciens 5:4, Apocalypse 3:3, 16:15 avec la classe.)

La conception biblique de l’espérance est radicalement différente des théories humaines. Alors que toutes les philosophies humaines d’espoir cherchent la solution aux misères humaines à partir de ce monde et de l’effort humain, la Bible promet que la solution à notre problème vient de Dieu dans le ciel. Pour cette raison, le Messie notre Sauveur est décrit comme quelqu’un qui vient « avec les nuées des cieux » (Dan. 7:13, Matthieu 24:30, 14:14). Nous ne pouvons pas nous sauver nous-mêmes, tout comme nous ne pouvons pas nous créer nous-mêmes.


Nous ne pouvons non plus prédire le moment de Sa venue. Selon la Bible, la « fin » n’est pas un processus graduel, le résultat d’une maturation progressive. Le mot hébreu qets pour « fin » est dérivé du verbe hébreu qatsats, qui signifie « couper » (Deut. 25:12) et implique un évènement brutal, qui n’a aucun lien avec les évènements précédents. Par conséquent, la venue de Jésus va surprendre et frapper comme un coup violent et inattendu.


La Bible compare la venue de Christ à la venue d’un voleur. Cette comparaison donne à penser que le monde qu’il va prendre n’est pas encore en Sa possession; il est entre les mains d’un ennemi (Matthieu 13:28, comparez à Job 1:11, 12). Pour nous sauver, Dieu est obligé de venir par surprise et nous dérober, comme Il l’a fait en dérobant Israël de Pharaon ou quand Il a dérobé les possédés des mains du diable (Matthieu 12:28, 29).


Discussion:


1 Pourquoi les humains ne peuvent-ils pas se sauver?


2 Quelles philosophies humaines parlant d’espoir connaissez-vous? Comment et pourquoi ont-elles échoué, ou vont-elles échouer?


3 Pourquoi le peuple de Dieu, tout comme tout le monde, sera-t-il surpris par la seconde venue de Christ?


4 Pourquoi le salut que Dieu donne au monde implique-t-il la violence?


5 Quelle leçon la comparaison à un voleur implique-t-elle pour nous dans notre attente de Sa venue? (Lisez Matthieu 24:44).


III. Les nouveaux cieux et une nouvelle terre (Examinez Ésaïe 65:17-25 avec la classe.)


Dieu ne « déroberas » pas seulement. Il donnera de nouvelles choses. Le royaume de Babylone est détruit, et à l’opposé, la nouvelle Jérusalem est créée. La mort est remplacée par la vie éternelle. La résurrection des morts, sera la première manifestation de la seconde venue. Daniel est le livre de l’Ancien Testament qui résonne le plus avec cette espérance (Daniel 12:2, 3, 13). La vie éternelle sera pleinement vécue dans notre corps nouvellement formé. Le royaume de Dieu sera un endroit que notre imagination ne peut concevoir (1 Cor. 2:7-9).


Le fait que le royaume de Dieu soit au-delà de la capacité de notre imagination ne signifie pas que ce nouveau monde échappe à notre compréhension. Au contraire, cela signifie que la promesse de Dieu est réelle même si nous ne pouvons pas l’imaginer, car le « voleur » ne vient pas de notre esprit ou de nos rêves. Le ciel est un lieu réel que notre « Dérobeur » a préparé pour nous (Jean 14:2). La vie dans ce royaume sera une vraie vie, plus que tout ce que nous avons connu dans notre vie terrestre, car, pour la première fois après le jardin d’Éden, ce sera une vie sans l’ombre de la mort.


Considérez ceci: Pourquoi n’est-il pas possible pour nous d’imaginer le royaume de Dieu? Pourquoi la résurrection des morts exclut-elle l’idée d’immortalité de l’âme?


ÉTAPE 3—Appliquer


Coin du moniteur: L’auteur du guide moniteur de ce trimestre a été une fois interviewé sur une radio publique française. Au cours du programme, il a parlé de son espérance au royaume de Dieu dans le ciel. Contrairement à ses commentaires sur l’espérance au Dieu du ciel, le technicien de la musique, un athée, a diffusé une chanson populaire qui parlait d’un oiseau qui vole dans le ciel pour suggérer que la foi de l’auteur n’était pas réelle. Pour le technicien, le ciel signifiait seulement les oiseaux et le ciel littéral. Contrairement à ce que cette chanson voulait proposer, pourquoi l’espérance en la seconde venue est-elle une chose réelle, bien qu’invisibles?


Application:


Pourquoi n’est-il pas possible de témoigner du royaume céleste de Dieu si nous ne vivons pas en tant que citoyens du ciel ici et maintenant?


Quelles sont les choses dans nos vies aujourd’hui qui nous distraient du royaume céleste de Dieu?


ÉTAPE 4—Créer


Coin du moniteur: Discutez avec la classe des défis que nous rencontrons en partageant la vérité de la seconde venue avec ceux qui n’y croient pas.


Activités:


Demandez aux membres de votre classe de partager avec d’autres la semaine prochaine toute leur espérance en la seconde venue et de rapporter les réponses le sabbat prochain.


Encouragez les membres à traduire la leçon en actes réels dans leur vie: que feront-ils différemment dans leur vie, après avoir étudié cette leçon?


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Commentaires pour les moniteurs


Plusieurs historiens croient que les trois décennies les plus cruciales dans l’histoire mondiale sont celles au cours desquelles un petit groupe de personnes, principalement des Juifs, sous la puissance du Saint-Esprit, a annoncé l’Évangile au monde. Le livre des Actes est un compte rendu de ces décennies cruciales, qui ont duré de la résurrection de Jésus à l’an 31 de notre ère jusqu’à la fin du premier emprisonnement de Paul par les Romains à l’an 62. Le livre des Actes est un compte rendu des débuts de l’église primitive, où il y avait une croissance considérable. Ceci peut être vu dans la façon dont l’église traite des questions relatives à la seconde venue de Jésus, au statut des Gentils et au rôle de la foi dans le salut. Ce que l’église primitive a réalisé dans un laps de temps se présente aussi comme un témoignage perpétuel de ce que Dieu peut faire à travers ceux qui humilient leur cœur dans la prière, qui vivent au-delà des différences individuelles et qui se laissent utiliser par l’Esprit pour l’honneur et la gloire de Dieu. Le guide de ce trimestre intitulé Le livre des Actes, par Wilson Paroschi, examine l’histoire de ceux qui sont appelés par Dieu à commencer l’œuvre de l’Évangile. Nous étudierons ce guide à la lumière de notre époque, et nous tirerons des leçons qui s’appliquent à nous qui sommes appelés par Dieu à la fin des temps.


Leçon 1—Vous serez Mes témoins


La semaine en bref:


Dimanche: La restauration d’Israël (Actes 1:6, 7)


Lundi: La mission des disciples (Actes 1:8)


Mardi: Il revient bientôt (Actes 1:9-11)


Mercredi: Préparation de la Pentecôte (Actes 1:12-14)


Jeudi: Le douzième Apôtre (Actes 1:21, 22)


Verset à mémoriser: Actes 1:8


Résumé: Christ a promis aux disciples le don du Saint-Esprit pour autonomiser et conduire une mission qui devrait atteindre les extrémités de la terre.


Leçon 2— La Pentecôte


La semaine en bref:


Dimanche: La venue de l’Esprit (Actes 2:1-3)


Lundi: Le don des langues (Actes 2:5-12)


Mardi: Le Sermon de Pierre (Actes 2:22-32)


Mercredi: La glorification de Jésus (Actes 2:33-36)


Jeudi: Les prémices (Actes 2:38, 39)


Verset à mémoriser— Actes 2:32, 33


Résumé: Après l’ascension de Jésus et Son exaltation dans le ciel, cette effusion de l’Esprit a été un évènement surnaturel qui a transformé de simples Galiléens en Apôtres pleins de conviction et de courage, et qui ont changé le monde.


Leçons pour les malvoyants: Le Guide d’Étude Biblique de l’École du Sabbat est disponible gratuitement chaque mois en braille et sur CD audio pour les malvoyants et les personnes handicapées physiques qui ne peuvent lire les imprimés à l’encre normale. Ceci inclut les personnes qui, en raison de l’arthrite, de la sclérose, de la paralysie, des accidents et autres, ne peuvent pas tenir ou se concentrer pour lire les publications imprimées à l’encre normale. Contactez les Services Chrétiens d’Enregistrement des Aveugles, B. P. 6097, Lincoln, NE 68506-0097. Téléphone:402-488-0981; e-mail: info@christianrecord.org; site Web: www.christianrecord.org.


2018